2
min

Une phrase à la place

Image de Catherine Perrin

Catherine Perrin

124 lectures

124

— Pourquoi c’est interdit d’utiliser une amano, omonatopé dans une rédaction ?
Installée sur un coin de la table de cuisine, Rose mâchonnait son stylo bleu en regardant l’écriture rouge de son professeur.
— Onomatopée. Arrête de manger ton stylo ; c’est sale, dit sa maman en ouvrant la porte du réfrigérateur.
— Onomatopée. Pourquoi on ne peut pas en mettre dans une rédaction ?
La boîte d’œufs à la main tout juste sorti du réfrigérateur, sa mère se pencha sur la rédaction.
— Mme Taupin t’a enlevé 2 points ?
— Elle a dit qu’il fallait que je fasse une phrase à la place. Elle me remettra un point si je refais une phrase.
L’adolescente leva des yeux, plein d’espoir.
— Je fais comment ?
— Tu peux faire une phrase avec le verbe vrombir, à la place.
— C’est moche, vrombir
— Alors cherche un synonyme. De quoi elle parle ta rédaction ?
— Du jour où Tristan est venu nous voir avec sa moto. C’était...tu sais bien.
La jeune femme soupira, se tourna vers le placard au-dessus de l’évier, sortit un saladier, cassa les œufs au-dessus du saladier. Au bout d’un moment, elle dit :
— C-était-tu-sais-bien, ça ne plairait pas à madame Taupin
Rose fronça les sourcils, porta le stylo bleu à sa bouche, le retira, le fit brimbaler entre ses doigts.
— Tristan était trop content, mais pas toi. Toi, tu avais l’air en colère dit-elle.
— Tristan était très content, corrigea la maman, toujours le dos tourné.
— Pourquoi tu étais en colère ?
— Je n’étais pas en colère.
—Si. Tu étais en colère
—Je n’étais pas en colère.
—Si. Tu étais en colère
— Je n’étais pas en colère. J’étais triste.
— Pourquoi tu étais triste ?
— A cause de ton oncle Laurent
Pendant quelques minutes, la jeune fille resta aussi muette que la boîte d’œufs vide sur le plan de travail. Les fourchettes, dont le clappement contre le saladier annonçait l’imminence du repas, s’exprimaient davantage.
— Quel oncle Laurent ?
— Je n’aime pas en parler
— Mamaaaan ! Qui est l’oncle Laurent ? Pourquoi tu ne veux pas en parler ? Pourquoi est-ce que j’ai un oncle que je n’ai jamais vu ?
— Je vais te montrer sa photo.
La mère de Rose prit le temps de sortir les fourchettes du saladier, de les ranger dans le lave-vaisselle, de s’essuyer les mains avant de quitter la cuisine.
L’adolescente posa le stylo, prit sa tablette, tapa dictionnaire des synonymes puis se remit à écrire :
La moto vrombissait. Affreux
La moto grondait. Ça ne va pas
La moto mugissait. Ce sont les vaches qui mugissent
Une fois sa maman revenue, elle regarda le portrait d’un jeune homme avec un drôle de blouson en cuir rouge qui lui faisait des épaules démesurées.
— C’est lui ? Il est où ?
— Il avait une moto. En rentrant à la maison, un chauffard a brûlé un stop. Le chauffard n’a rien eu mais Laurent est mort sur le coup.
– Il est mort ?
— Oui. Maintenant, finis ta phrase. On va manger. Dans cinq minutes, j’appelle ton père et tes frères.
Pendant que la jeune femme retournait ranger l’instantané, Rose regardait sa tablette en fronçant les sourcils. Elle effaça tout.
La moto avait beau vrombir, mugir et ronfler, c’était quand même une sacrée saloperie.
— Ça m’étonnerait que tu rattrapes un point avec ça, dit la maman quand sa fille lui montra sa phrase.
Rose se blottit contre sa mère.
— Tant pis.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
124

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une superbe œuvre bien écrite, captivante et touchante ! Bravo !
Aimez-vous toujours “Sombraville” ? Merci de renouveler vos voix !
Il ne nous reste que 2 jours pour voter. Bonne journée
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombraville

·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Merci de votre visite
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Touchée par cet instant de vie, la complicité entre la mère et la fille. La chute est belle et émouvante.
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Merci Isabelle
·
Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
Une jolie complicité mère-fille, un dévoilement, un partage, tout est suggéré, très doux.
·
Image de JigoKu Kokoro
JigoKu Kokoro · il y a
Bonjour Cathy ( ^_^)
Je vais aller lire un troisième texte car je retrouve des similitudes dans ce texte avec les dernier que j'ai lu. La simplicité en est une, le touchant une autre. J'aime là aussi beaucoup ce que vous avez raconté. C'est très "vrai" et cela sonne du coup comme un récit qui pourrait être authentique. Le rythme est bon, la lecture se fait de manière fluide. On retrouve votre soin de provoquer un attachement aux différents personnages en faisant ressortir au mieux leur caractères. Votre style s'accorde parfaitement avec ce type de récit et je me demande ce que cela pourrait donné dans un genre plus éloigné.
Au plaisir ( ^_^)

·
Image de MCV
MCV · il y a
Excellent, savoureux, touchant, ce dialogue! Dommage que je ne l'aie pas lu à temps.
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Très belle leçon de choses... Toutes mes voix:)
·
Image de Francisco
Francisco · il y a
A défaut d'un point, 5 voix...Bien aimé
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Merci
·
Image de Damoclès
Damoclès · il y a
Je retiens ce qui fait écho à la trame de l'histoire : le son vrouuum qui est bien le terme interdit. Ensuite le mot brimbalement qui aurait pu servir aussi pour le bruit des fourchettes - en tant qu'objets qui font entendre un son musical -, avec en arrière plan l'onomatopée ding ding au final. A cela s'ajoute le silence du stylo qui se balance sur les doigts, et le mutisme de la boîte à œufs vide.
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Une jolie histoire. Bravo!
·
Image de Thara
Thara · il y a
Avec ses questions en rapport avec sa rédaction à refaire, Rose à découvert son oncle Laurent (même pour un seul instant)...
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Merci Thara
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur