Image de Ardores

Ardores

6 lectures

2

La fin du confinement est pour moi le retour du malaise à vivre dans une société pour laquelle je suis inadapté, à croiser une foule anonyme de gens inaccessibles, donc de la solitude subie, des confrontations inévitables, des obligations détestables, autrement dit de tout ce qui vient d’une construction sociale complexe et étouffante, imposant ses règles incompréhensibles ou insupportables, tout à fait artificielles, où chacun croit créer du lien en participant à des groupes dans lesquels chaque individu peut rester inconnu pour les autres, mais évite surtout de se confier dans des relations individuelles et de partager son mal de vivre dans un monde où l’indifférence règne et qui convient à très peu de gens.
2

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Tu as laissé en t'en allant un léger goût de vide, ou de trop peu. Quelque chose d'inachevé, un peu comme des espoirs déçus.Dans un premier temps, au moins. On m'avait promis des fous rires,...

Du même thème