Une pensée vers les Étoiles

il y a
1 min
25
lectures
4

Scribouillarde à mes heures perdues. - poèmes - nouvelles(bientôt) - inclassables  [+]

Les Hommes s'extasient devant les Étoiles.
Elles-mêmes les contemplent. De là-haut .
Brillantes, mais froides sont ces astres sur le ciel, cette noire toile.
Aussi indifférentes aux merveilles de la vie qu'à la mort.
Leurs morts.
Aussi indifférentes que la mort qui s'approche.
Fascinante , mais froide , qui rôde .
Qui rampe vers la chaleur de la vie,
Qui chancelle sous le coup, et selon le hasard s'éteint,
Comme la flamme d'une bougie qu'on souffle, brusquement, sans préavis.
Pas de bruit, ensuite, le Néant.
Et c'est peut-être pour cela que les Hommes aiment aussi la Musique.
Le Bruit.
Les Danses sur cette succession de notes et de rythmes énergiques.
Le Mouvement.
Comme une lutte incessante contre l'engourdissement, contre le Néant .
La lutte de La Mort contre La Vie.
Tango Mortel.
Sarabande Éternelle.
La Chaleur contre Le Froid.
Le Mouvement contre L'Immobilité.
Le Temps s'égraine.
Le Corps s'enchaîne.
Pourtant Vie et Mort n'existerait pas l'une sans l'autre.
Sans Lumière, pas d'Ombre.
Alors pourquoi ?
Pourquoi cette lutte éternelle ?
Pourquoi cette chute d'un combat dans un puits sans fond ?
"Demande aux étoiles.
- Mais...
- Tu sais pourquoi elle ne te répondront pas.
- Alors pourquoi...
- Pour elles nous sommes trop petits.
- Enfin...
- Tu n'auras pas de réponses.
- Arrête...Laisse-moi au moins...
- Non.
-...
-..."
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Puncak Jaya

Pamela Hayek

L’instant se prolongeait, le temps amorti prenait les traits de l’éternité. Junko ne ressentait plus la douleur qui dévorait ses jambes. Son corps las se revigora. Le septième sommet ... [+]