Une ombre bien mystérieuse

il y a
2 min
59
lectures
35
Qualifié

Entre les espaces de la nuit l'absence a glissé ses épines de rosiers pour recoudre en vain la déchirure du jou  [+]

Image de 2018
Image de Très très courts
Il y a fort longtemps, dans une contrée éloignée, un arbre fort étrange était le centre de toutes les attentions.
De petite taille, jamais il ne poussait ou ne prenait de l’envergure. Il fleurissait tous les 17 ans de fleurs extraordinaires et parfumées qui ne fanaient qu’une fois une année passée. Mais ce n’était pas là son étrange particularité.
Quelle que soit la position du soleil dans le ciel, l’ombre de cet arbre restait toujours à la même place. Elle indiquait le sud.
De nombreux scientifiques étaient venus pour étudier ce que tout le monde s’accorder à dire que c’était impossible. Comment cette ombre pouvait elle défier les lois de dame nature. Avait-elle un accord avec elle ?
En remontant la rue principale, Guniter se posait tout un tas de questions qu’il n’arrivait pas à élucider. Cela faisait 3 mois que tous les jours, il rendait visite à cet arbre qu’il avait fini par appeler « le Gardien du temps ». De l’avis de Guniter, il n’y avait pas deux solutions à cette énigme. Le gardien du temps évolué dans un espace-temps différent du nôtre et sa place ici ne pouvait être qu’une erreur. Mais alors d’où venait la lumière qui formait cette ombre et comment notre soleil ne pouvait-il ne pas avoir d’effet sur lui. Ce matin, il étudierait de plus près la vie animale qui évoluait dans son ombre.
Ce qui le surpris de prime abord, c’était l’absence de vie. Pas une fourmi, pas une sauterelle, en fait aucune trace d’insecte. Il approcha sa loupe vers une zone limite de l’ombre et remarqua que les insectes ne pénétraient pas dans l’ombre et fuyaient même lorsque par inadvertance, ils venaient à aller trop loin.
« Que recherches-tu ? » Demanda une voix. Guniter sursauta et se retourna dans le même mouvement. Surpris, il ne vit personne.
« Que recherches-tu ? » Répéta la voix en lui.
Seul le gardien du temps lui faisait face. Guniter se concentra sur l’arbre.
« J’essaie de comprendre ce phénomène impossible ».
Il entendit à nouveau cette voix douce et chaude qui l’avait interpellé.
« Ne te laisse pas aveugler par l’obscurité de tes connaissances.
Dans tes yeux, l’ombre ne peut exister sans la lumière et la lumière ne peut être sans l’obscurité. L’ombre et la lumière ne sont qu’un seul et même phénomène. Ouvre ton esprit et non tes yeux, alors, peut être verras-tu ce que tes yeux te cachent. La nature est remplie de merveilles visibles et invisibles. Ce que je vois est merveilleux, les vibrations qui nous entourent ont des couleurs que tu ne peux même pas imaginer. Tu crois que je ne suis pas à ma place ici et tu te trompes encore. Je suis à la place ou dame nature a bien voulu que je pousse.
Ce que tu prends pour une ombre n’est pas l’ombre que tu cherches. Ce n’est que la face obscure de ce monde, la haine, le mal, et tu as toi-même remarqué que les insectes la fuyaient. Cependant si chaque matin, tu étudies ce qui t’est invisible, mais qui nous permet de voir la beauté d’une fleur ou d’un papillon, c'est-à-dire la lumière, tu pourras y déceler du bonheur et de l’amour.
L’amour peut illuminer ta vie et ton être. Il peut te permettre d’effectuer l’ascension vers un autre plan. Si tu y arrives et tu peux y arriver alors derrière toi, il y aura une ombre figée de ce que l’on ne peut oublier où se détacher, mais qui ne fera plus partie de ton âme purifiée, mais qui hélas te suivra de façon éternelle pour se rappeler à toi au cas où tu viendrais à faire demi-tour sur le chemin de la régression. »
Guniter senti ses yeux se fermer et il comprit alors qu’il était temps pour lui d’emprunter la voie de la sagesse et de l’amour et que surtout, il ne devrait jamais dévier de ce chemin d’éclat. Quand il les rouvrit, le Gardien du temps avait disparu et seule son ombre gisait au sol, inerte. Elle vibra une fois, deux fois et s’évapora sans laisser de traces à la grande joie des insectes.
Guniter baissa la tête et fixa son ombre qui lui sembla tout à coup bien lourde à tirer.
35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,