4
min

Une ombre au tableau

Image de Marc Vidon

Marc Vidon

508 lectures

368

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un texte parcouru d'un doux mystère, d'une ambiance fantastique légère, que l'on touche du bout des doigts. Le récit, bien structuré, s'appuie ...

Lire la suite

La femme s’approcha du gardien :
— Excusez-moi, je peux vous montrer quelque chose ?
— Bien sûr, répondit l’homme en uniforme en se levant.
— Ça concerne « Saint-Joseph charpentier» de Georges de La Tour
— Un magnifique tableau ! Vous voulez des explications ?
— Venez plutôt voir et constater par vous même.
Le gardien resta bouche bée lorsqu’il aperçut la toile. Elle représentait Joseph penché sur une pièce de bois qu’il travaillait. À ses côtés, Jésus l’éclairait en tenant une chandelle.
— Les coins du tableau ont... noirci et la bougie a commencé à... fondre, balbutia le gardien. L’enfant a même de la cire sur les mains !
— Un problème de conservation peut-être ? suggéra la femme.
Le gardien ne l’écoutait plus. Il avait saisi son téléphone pour contacter le conservateur et lui expliquer la situation. Ce dernier arriva dans les minutes qui suivirent :
— Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? demanda-t-il à l'employé qui l'avait appelé.
Le gardien tendit son doigt vers le tableau en guise de réponse. Le conservateur effaré ordonna que la peinture soit décrochée et qu’un spécialiste l’inspecte à l’atelier de restauration.
Julien Lemarchand était reconnu par ses collègues comme étant un expert en matière de dégradations. Lorsqu’il reçut la toile, il la posa sur sa table de travail et l’observa longuement. La noirceur envahissait uniquement les coins, le dos du tableau n’étant pas atteint. En comparant avec les photos du catalogue, il constata effectivement que la taille de la bougie avait diminué comme si elle avait été consumée par la flamme.
Il n’avait jamais été confronté à ce phénomène auparavant et toutes les hypothèses qui se bousculaient dans sa tête se révélèrent fausses. Sa perspicacité lui fit remarquer un détail qui lui sembla anodin au premier abord : la zone encore visible du tableau était centrée sur la flamme de la bougie. Les pieds de Joseph avaient disparu et seuls persistaient les visages des deux personnages. Il se saisit d’un scalpel et gratta tout en douceur la peinture noircie, mais aucune couleur n’apparut. Il transmit tout de même son prélèvement au laboratoire pour connaître la nature de cette poussière sombre.
Il se dirigea ensuite vers le centre de documentation pour rechercher si un tel cas avait déjà été signalé. Il contacta de nombreux collègues dans le monde entier, passa des heures sur Internet, mais en vain. Fatigué, il déposa ses lunettes sur le bureau et se massa le visage des deux mains. Il regarda sa montre : vingt-deux heures quinze. Il était temps de rentrer chez lui dans son petit appartement de vieux garçon. Sa curiosité le poussa à jeter un œil à l’œuvre qu’on lui avait confiée : le tableau était à présent totalement noir. Il resta un moment à observer ce qui subsistait de la peinture, envahi par un sentiment d’impuissance et de déception face à la disparition d’une telle œuvre, puis il regagna son domicile.
Le lendemain matin, il saisit délicatement la toile à deux mains et se rendit dans le bureau d’Anne Delamare, restauratrice spécialiste du XVIIe siècle.
— Salut Julien. Qu’est-ce que tu m’apportes de beau ?
— Le « Saint-Joseph charpentier »...
— De de La Tour, coupa Anne.
Julien retourna le tableau et lui montra l’ampleur du désastre.
— Qu'est-il arrivé ? demanda Anne avec une forte émotion dans la voix.
— J’en sais rien. Le tableau a commencé à noircir depuis les coins et ça s’est propagé jusqu’à la bougie. J’ai fait un prélèvement, mais je n’ai pas encore les résultats.
— Laisse-le-moi, je vais le radiographier, ça nous donnera peut-être plus d’informations. Je te passe un coup de fil dès que j’ai du nouveau.
Julien regagna son bureau sur lequel il découvrit le compte-rendu d’analyse de l'échantillon : de la peinture. De la peinture identique à l’original. Le noir qui recouvrait le tableau était donc constitué de la même matière que celle employée par Georges de La Tour quelque trois cent quatre-vingts ans auparavant. Cela semblait inconcevable.
En fin de matinée, le téléphone sonna et, lorsque Julien décrocha, il entendit la voix surexcitée d’Anne lui demandant de venir immédiatement. Il raccrocha et quelques minutes plus tard il ouvrit la porte du bureau de sa collègue.
- Ah Julien ! Assis-toi, ça vaudra mieux, lui intima Anne.
Elle se saisit de la souris et en quelques clics elle fit apparaître une radiographie de « Saint-Joseph charpentier ».
— On avait la radio en archive ? interrogea Julien.
— Oui, sauf que l’image que tu vois là est celle que j’ai prise tout à l’heure !
Julien resta un moment sans voix. La toile noire recelait toujours le tableau original, mais les analyses avaient révélé qu’aucune substance suspecte ne couvrait la scène. C’était à n’y rien comprendre.
— Comment expliques-tu ça ? demanda-t-il.
— Je n’en sais rien. En plus, je ne peux pas le restaurer puisqu’il n‘y a plus rien à restaurer.
— Tu pourrais en faire une copie sur la toile d’origine, ce serait une façon de continuer à présenter l’œuvre au public.
— On me dit souvent que je suis une très bonne copiste, mais de là à reconstituer la lumière subtile de la scène...
— De toute façon, il nous faut l’aval du conservateur. Tu as le temps d’y réfléchir.
Anne transmit le dossier complet à qui de droit en y incluant sa proposition.
Quelques jours plus tard, elle obtint l’autorisation de repeindre le tableau avec toutes les précautions d’usage qui s’imposaient et notamment l’utilisation de méthodes réversibles pour préserver les pigments et la toile. Elle consulta les archives afin de retrouver une image la plus fidèle possible de « Saint-Joseph charpentier », tant au niveau des couleurs que de la technique.
L’observation du tableau lui intima de commencer par la bougie afin de faciliter la reproduction du clair-obscur. Après avoir mis en place de nombreux points de repère, la chandelle se révélait lentement, touche de couleur après touche de couleur, qu’Anne appliquait avec toute la dextérité que lui conférait son expérience. À peine eut-elle déposé la première trace jaunâtre de la base de la flamme qu’une faible lueur apparut sur la toile, dévoilant l’auriculaire de Jésus. Puis, la flamme se propagea comme si la bougie avait été rallumée. Le tableau renaissait progressivement sous les yeux ébahis d’Anne.
Elle se leva brutalement et eut un mouvement de recul. Son premier réflexe fut de téléphoner à Julien :
— Viens vite, il se passe quelque chose.
Et elle coupa brusquement la communication.
Quand Julien surgit dans la pièce, la toile avait retrouvé toute sa splendeur. Anne se précipita dans ses bras en tremblant. Ils restèrent un moment l’un contre l’autre, jusqu’à ce qu’Anne reprenne ses esprits et s’écarte de son collègue d’un air gêné. Elle inspecta le tableau et élimina ses retouches ; la bougie d’origine apparut sous la peinture nouvellement ajoutée.
Les membres du service de restauration se réunirent en urgence afin de débattre de ce cas et de statuer sur le devenir du tableau. De nombreuses hypothèses furent émises, pour la plupart invérifiables. Devant l’incohérence de la discussion, le responsable décida d’entamer des recherches à ce sujet et de raccrocher la toile à son emplacement dans la galerie. Il précisa également que ce qui s’était passé ne devait pas sortir du service tant qu’une explication rationnelle ne serait pas trouvée.
* * *
Dès le lendemain matin, « Saint-Joseph charpentier » avait regagné sa place parmi les autres œuvres exposées. En début d’après-midi, la bougie avait de nouveau commencé à fondre et des ombres s’étaient installées dans les coins...

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
368

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
il y a comme une ombre persistante au tableau ; beaucoup aimé vous lire
·
Image de Marc Vidon
Marc Vidon · il y a
Merci !
·
Image de Lyriciste Nwar
Image de Corinei
Corinei · il y a
mince je l'avais raté vraiment dommage
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître. Un texte recommandé, c'est le graal sur Short. Ça signifie avoir la possibilité d'élargir son lectorat, et pour un auteur, quoi de mieux… Félicitations !
·
Image de Pierre de silence
Pierre de silence · il y a
Bonsoir. J'avais voté pour vous et suis ravie que vous fassiez partie des coups de cœur.
·
Image de JACB
JACB · il y a
Bravo pour ce macron, Marc.
·
Image de Pierre de silence
Pierre de silence · il y a
Sympathique.
·
Image de Chtitebulle
Chtitebulle · il y a
J'ai beaucoup aimé !
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Bout git:)
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Au plaisir dès lors de vous lire sur ma page...


https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eventail-ouvert

·
Image de SandPoint
SandPoint · il y a
Un savant mélange du fameux tableau comme cité dans de précédents commentaires et sur la fin la légende de Prométhée à travers la bougie.
·