3
min

Une mère au visage défiguré et son fils

Image de SEKOUBA DOUKOURE

SEKOUBA DOUKOURE

1256 lectures

372 voix

En compétition

« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés? Peut-être les deux. »
J'admets que bon nombre d'entre nous, pour ne pas dire tout le monde, auraient aimé que leurs mamans aient été ravissantes, d'une beauté physique extraordinaire, exceptionnelle. À défaut de quoi, certains sont aujourd'hui frustrés, ressentent du mépris vis-à-vis d'elles, ont du mal d'être avec elles et de les présenter aux amis ou autres connaissances.
Peut-être que cette « historiette » que nous publierons en quelques fragments, nous édifierait toutes et tous ! Et nous sera très instructive.
Il était une fois, un jeune homme qui avait une maman au visage défiguré par une grande brûlure ; donc laide, dégoûtante, monstrueuse et effrayante.

Cet état de la maman avait suscité chez le jeune, une répugnance et un mépris intensément grands à l'égard d'elle. À telle enseigne qu'il avait un grand mal et une honte excessive de présenter sa génitrice aux amis et autres connaissances, ou même d'être vu avec elle.
Il alla jusqu'à inciter à sa mère l'ordre de demeurer à l'intérieur de la maison ou même de la chambre à elle, à chaque fois qu'il recevait de la visite, surtout de ses amis. La femme se plia inconditionnellement à cette décision irrespectueuse de son fils.
Un jour, l'inattendu arriva ! Le jeune, en pleine conversation avec ses amis, la dame sortit par nécessité de la maison. Aussitôt aperçue par la petite assemblée, les amis ne purent pas s'empêcher d'interroger le jeune homme sur l'identité de cette femme à la face plus que monstrueuse. Saisi par une forte foudre de colère, il n'hésita pas à affirmer que c'était une vieille et vulgaire dame qui est venue à peine du village pour un séjour très limité chez eux.
Sur ces mots, ses amis, comme effrayés par le statut de la femme, rentrèrent chacun chez eux. Ainsi, la fameuse séance s'est levée dans de telles situations. Le jeune homme, quant à lui, fou de rage contre sa maman, se mit à blâmer celle-ci, la gronder de toutes ses énergies, la traiter de tous les mots. Il alla jusqu'à affirmer qu'elle-sa maman-avait gâché sa vie, toute sa vie, en lui couvrant par sa sortie d'aujourd'hui, d'une honte manifeste qu'il n'avait, jusqu'ici, subit.
La vieille, sous cette maltraitance verbale du fils à qui elle avait donné jour, arriva au terme de sa patience. Elle décida de briser aujourd'hui son silence en levant le voile sur un secret qu'elle avait jusque maintenant, fait taire vis-à-vis de son enfant.
Elle s'exprima en ces termes :
Fils, je te notifie que je ne suis pas, moi aussi, née avec ce visage que tu traites aujourd'hui de répugnant et de méprisable. Pas du tout ! Et de surcroît, je n'affirme pas avoir été dotée (par le passé) du plus superbe visage du monde, mais, tout de même, parlant du visage, je n'avais rien à envier à la plus merveilleuse femme de ma génération. Veux-tu donc que je te raconte comment cela m'est arrivé !? Tiens ! Un jour, alors que tu n'étais q'un gamin inapte à se prémunir du moindre danger qui lui hante, je suis revenue du marché. À ma grande stupéfaction, je trouvai qu'un incendie faisait encore ravage à la maison. Veux-tu vraiment savoir la suite !? Tu t'étais retrouvé coincé à l'intérieur d'une des chambres. Personne n'eut la témérité d'aller à ta rescousse pour te sortir de là. Animée de ce lien sacré qui existe entre mère et enfant, un lien qui va jusqu'à pousser une maman à affronter même la mort pour sauver l'enfant qu'elle a porté durant neuf longs mois dans son sein (voire plus chez d'autres), je courus donc tout de suite à ton sécours . Eh bien fils, retiens aujourd'hui que, c'est lors de cette opération de sauvetage que je me suis faite cette chose au visage nonobstant laquelle, je réussis quand même à, toi, t'ôter de là sain et sauf, sans la petite égratignure. Voilà le fameux secret que je t'ai dissimulé pendant toutes ces années. Tu es libre de me traiter de tout ce que tu veux. Mais, sache que je n'ai et n'aurai le moindre regret de t'avoir sauvé la vie en ce jour mémorable et, mieux encore, je t'aimerais toujours, malgré cette maltraitance que tu m'infliges aujourd'hui.
À ces mots, et la maman, et le fils, fondirent tous les deux en larmes. Il se jeta aux pieds de sa génitrice, lui fit ensuite de tendres et doux câlins et s'excusa fortement de cette attitude regrettable qu'il a eu jusqu'ici, à l'endroit de cette brave, aimable, honorable et surtout irremplaçable mère.
C'est là que notre récit arrive à son terme !
Chers lecteurs et lectrices ! Je saisi, par le biais de cette dite histoire, l'occasion de nous interpeller toutes et tous à aimer, respecter et surtout « accepter » nos mamans telles qu'elles sont. En réalité, quoi que nous fassions, quoi que nous leur donnions, jamais nous ne compenserons leur bonté et leur bienfaisance à notre égard. Encore et encore, aimons-les, respectons-les, acceptons-les comme elles sont, valorisons-les et soyons reconnaissants à leur endroit. C'est la moindre des choses que nous pouvons faire les concernant.
Vivent nos braves mamans chéries !
Puissent-elles être heureuses ici-bas et notamment dans l'au-delà !

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

372 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mandet Moussa Sacko
Mandet Moussa Sacko · il y a
Vraiment le texte est impeccable et instructif mon frère
Image de Adjoub Fadiga
Adjoub Fadiga · il y a
Du courage jeune
Image de Doukis Ismael
Doukis Ismael · il y a
Bonne chance à toi mon frère et surtout beaucoup de courage
Image de Mariama Camara
Mariama Camara · il y a
Bonne chance et surtout du courage
Image de MD Camara
MD Camara · il y a
Bonne chance donc j'ai ténu ma promesse
Image de Tancia Telliano
Tancia Telliano · il y a
Je vote
Image de Aissetou Dembele
Aissetou Dembele · il y a
Bonne chance qu'Allah facilite le reste
Image de Mohamed Bobo Keira
Mohamed Bobo Keira · il y a
Bonne chance
Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Sekuba,sincèrement c'est très profond, sans parler de ton imagination.
Aussi, les nuances linguistiques y sont.
Je te convie à lire «Les cieux,la cime et la prairie» et d'y laisser un vote s'il t'emporte.

Image de N'deye Ami Gueye
N'deye Ami Gueye · il y a
Bonne chance à toi