3
min

Une ligne tracée à la craie

Image de Doria Lescure

Doria Lescure

1124 lectures

479

LAURÉAT
Sélection Jury

Disponible en :

Justine et Margaux avaient décidé de prendre la tête de la révolte. Elles tenaient un conciliabule dans la chambre de leur petit frère Valentin qui, âgé de deux ans seulement, ne serait pas en mesure de révéler les plans que ses sœurs étaient en train d’ourdir contre le chef autoproclamé de leur école.

Tout avait commencé quand Henri, un grand du CM2 dans la classe de Justine, avait tracé à la craie dans leur cour de récréation une ligne derrière laquelle aucun enfant n’avait le droit de s’aventurer. Leader d’une bande de garçons aussi brutal qu’il était grand et costaud, Groschef – comme l’appelaient dans son dos tous les élèves de l’école –, paradait en chef de clan, entouré de sa garde rapprochée du côté de l’enceinte où les jeux de plein air avaient été installés. Nul autre que ceux désignés de sa bande n’avait le droit de franchir la ligne qu’il avait tracée et qu’il redessinait tous les jours. Malheur à qui osait s’aventurer au-delà, de l’autre côté était le territoire où Henri et sa bande faisaient la loi.

Les quelques récalcitrants ou tête-en-l’air qui s’y aventuraient étaient impitoyablement capturés et traités comme des prisonniers devant exécuter les ordres de Groschef et se soumettre, en brutalisant les plus petits ou en criant des gros mots aux filles ou aux professeurs. De plus, aucun autre enfant que ceux de la bande à Groschef n’avaient le droit de s’amuser sur les toboggans, ou dans l’espace escalade ou bien encore dans le coin mini-foot. Ainsi une seule ligne tracée à la craie avait matérialisé un espace interdit devenant l’objet de toutes les convoitises.

À force d’exclusions et de brimades en tout genre, Justine et ses amis avaient pris la décision d’établir une riposte. Justine commença par charger sa sœur Margaux, en classe de CE2, de recruter le plus de partisans possibles. Comme c’était les plus petits qui pâtissaient des brimades du clan de Groschef, Margaux eut quelques difficultés à trouver des enfants prompts à participer à la révolte. Aussi il fallait organiser les réunions en leur donnant un côté club secret, et les deux sœurs qui aimaient les histoires de super héros présentèrent leur groupe comme une ligue de justiciers de la cour de récré. Très vite, Margaux dessina un logo qui deviendrait leur signe de reconnaissance et allait sceller leur appartenance.

Peu à peu, la cour de récréation se couvrit d’étranges signes dessinés à la craie figurant une ligne brisée par un éclair. La bande à Groschef, trop occupée à faire la chasse aux petits qui, sur ordre de Justine, provoquaient les sbires d’Henri en faisant des incursions furtives de l’autre côté de la ligne, ne s’aperçurent pas qu’une révolte se tramait et allait sous peu balayer leur petit royaume et leur frontière à la craie.

Un matin, à l’heure de la première récréation, alors que Groschef venait de tracer sa ligne qui partageait l’espace en deux parties inégales, il vit se placer devant lui, juste à la limite de son trait, une, puis deux puis trois, puis quatre et tout un nombre croissant de paires de pieds qui se positionnaient sur toute la longueur de la cour. Surpris par cette fronde, il invectiva les enfants en leur promettant les pires représailles si l’un d’entre eux osait s’engager de l’autre côté. Mais sa voix était un peu moins assurée que d’habitude, il ne savait pas lequel de ces enfants menacer de son regard. Aucun d’eux ne parlait, aucun d’eux ne semblait vouloir reculer.

Et quand chacun des enfants rebelles exhiba sa main tatouée au feutre par une ligne noire brisée d’un éclair jaune, mimant un bouclier invisible tenu devant eux, Groschef perdit de sa superbe et recula pour se réfugier au milieu de sa bande, laquelle était restée pantoise devant cette rebuffade inquiétante et silencieuse. À aucun moment ils n’avaient pensé que les enfants pouvaient s’unir pour les battre.

Soudain, Justine et Margaux donnèrent l’ordre d’avancer d’un pas. La ligne fut franchie, une trentaine d’enfants se trouvait de l’autre côté avançant sans un mot en rangs compacts. Le nombre faisait la force, l’unité faisait loi et ce matin-là, tous les enfants purent reprendre possession de leur territoire, la ligne frontière tracée à la craie avait enfin disparu. Ils avaient réussi à conquérir l’autre côté.

Il n’y eut pas de résistance, hormis quelques noms d’oiseau lancés par Groschef et sa bande qui, battant en retraite devant la troupe déterminée des justiciers de la ligne brisée, promettaient vengeance pour cet envahissement de territoire.

Mais il n’y eut pas de vengeance, car les petits justiciers s’étaient érigés en gardiens et veillaient lors de chaque récréation à ce qu’aucune ligne ne vienne partager l’espace de jeux de tous les enfants. La nouvelle frontière, l’autre côté, s’étendait désormais au-delà des murs de cette petite école élémentaire et les plus grands des justiciers devraient sûrement protéger à la rentrée prochaine un nouveau territoire, dans la cour de récréation du collège de leur quartier.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
479

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de gillibert
gillibert · il y a
Les plus faibles, en s'unissant emportent la victoire : une page d'espoir
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
merci beaucoup Gillibert !
·
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
Bonne idée que d'aller présenter ce texte, et sa genèse je suppose, dans un collège....
j'espère pour vous qu'il était plus calme que celui dans lequel officiait Jean-François Chemin en banlieue lyonnaise et qui lui a inspiré le livre KIFFE LA FRANCE que je viens de terminer

·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup Philippe ! Et oui la classe de 6ème devant laquelle j'ai présenté ce texte était très réceptive et très enjouée car il faut dire que leur excellente professeur leur avait fait travailler ce récit qui a servi de base à nos discussions.
·
Image de Irvin Rtr
Irvin Rtr · il y a
Superbe histoire. Lecture tardive mais enjouée Bravo.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup Irvin et sachez que je suis toujours ravie d'être lue, même longtemps après la publication !
·
Image de Christian
Christian · il y a
L'union fait la force, dit-on. Vous le prouvez par cette histoire dont devraient s'inspirer les adultes.
Malgré cette force, il n'y a même pas eu cette "guerre de boutons" à laquelle je m'attendais dès le début, et c'est bien mieux ainsi.
Bravo !

·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
merci beaucoup Christian et je suis ravie si ce récit vous a plu.
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
J'ai beaucoup aimé ce conte d'enfants, où tout se règle finalement sans violence : ces petits héros se débrouillent finalement que les super-héros dont ils s'inspirent !
Merci et bravo pour ce texte :)

·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup Aurélien !
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Un joli conte enfantin et léger avec une fin heureuse :)
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup Yoann !
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Oui moi aussi je pense à la Guerre des boutons en lisant votre texte. J'aime beaucoup l'esprit club secret et avènement de super-héros. c'est très bien vu. Un prix mérité.
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
La guerre des boutons découverte hors délais, désolé.
Ma voix trop tardive.

·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Un grand merci, c'est toujours très agréable d'être lue...
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Savez-vous que ce plaisir d’être lu peut aussi me toucher ?
Vous ne risquez pas que je vous fasse de l’ombre, je ne fais plus de compétition.

·
Image de Yael Avraham
Yael Avraham · il y a
ah oui, j'ai aimé.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
merci Yael !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'aime vraiment beaucoup
·