Une jeune femme à la dérive

il y a
1 min
50
lectures
3

Ici je m'exprime avec mon cœur, mes pensées... Et tout ce qui me passe par la tête... Je n'écris peut-être pas très bien mais je pense qu'il est important de savoir s'exprimer avec le cœur et  [+]

Ça va pas, ça ne va plus, j’en ai mare, j’aimerais prendre mon envol et ne plus la supporter tous les jours. J’en ai mare d’elle, j’en ai mare de supporter et subir ses conneries à longueur de journées, je ne peux plus, je ne peux plus.
Je n’ai plus de force, je n’y arrive plus, j’aime pas ça moi qui suis d’habitude si forte et si solide, je perds toutes mes forces et ma solidité.
Je n’ai plus envie de me battre pour elle, je n’ai plus envie de l’aider, j’ai jeté toutes mes forces pour la sortir de ça, pour la sortir de sa situation complexe.
Elle ne veut pas m’écouter après tout le mal qu’elle m’a fait, je l’avais prévenu, je l’avais prévenu, pourquoi elle ne m’a pas écouté ?
Pourquoi elle a mis sa propre fille dehors, pourquoi ? Je n’avais rien, je touchais 300euros par mois et il fallait que je trouve un appartement c’était impossible, elle n’était pas là au moment où j’avais le plus besoin d’une mère, je suis partie à la dérive, elle n’a rien vu, il n’y en avait que pour lui, elle n’a rien vu, rien, et moi je m’enfonçais de plus en plus, plus de boulot, plus de voiture, plus rien, plus de mère, plus de mec, rien que de l’alcool pour sortir de cette merde et oublier que j’allais mal.
Je suis entrée à ce moment là dans une sale période où je buvais presque tous les soirs, j’en avais besoin, je me mettais dans des états pitoyables, minables à faire n’importe quoi.
Je n’étais plus moi, je n’avais plus de mère. J’avais laissé tombé mes concours, j’en avais plus rien à foutre, j’ai dépensé mon argent à tord et à travers, aujourd’hui j’en ai plus...
J’ai fait beaucoup de conneries à cette période, j’ai fait n’importe quoi.
Une seule personne était là pour m’arrêter, je ne sais pas ce que je serais devenue si elle n’avait pas été là, je ne sais pas, en fait je ne pourrai jamais la remercier suffisamment, je lui dois beaucoup, elle ne m’a jamais laissé tomber même quand je faisais n’importe quoi, elle ne m’a jamais laissé tomber et moi je ne l’écoutais pas forcément.
C’est la plus grosse erreur que j’ai pu faire, ne pas l’écouter...
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Sans titre

Renise Charles

Du plus loin que me reviennent mes souvenirs avec mon père, je vois toujours le petit café du passage Helluin et notre table illuminée par les rayons du soleil traversant le plafond en verrière... [+]