Une idée prématurée

il y a
1 min
11
lectures
0

Christine, 34 ans. J'écris depuis l'adolescence. Principalement de la poésie. Je suis infirmière, métier que j'ai choisi lorsque j'étais petite. Je ne voulais rien produire de matériel et je  [+]

Cette nuit, j’ai mis au monde une idée prématurée.
Elle est si ténue que j’ai peur qu’elle ne se réalise jamais.
Depuis, je m’angoisse pour elle, elle paraît si frêle qu’à tous moments elle pourrait disparaître. J’ose à peine croire quelle vient de moi. Elle est si belle !

Cette idée m’a été inoculée par LUI, un soir d’hiver. Je ne le savais pas. Cette idée s’est imposée à moi, à mon corps en silence, tendrement.

Elle a bien failli mourir un matin. Ce matin là, à 5 heures, j’ai du me résoudre à accepter l’idée et à accepter que mon corps la porterai des mois durant. Je devais lui faire une place et lâcher prise. Elle me le demandait ou me quitterait pour toujours.
J’ai eu peur. Elle me terrifiait et prenait possession de moi, de toute ma tête. Elle était mon obsession.

Le docteur m’a dit que cette idée n’était pas fameuse et quelle ne devrait pas survivre à moi. J’ai pleuré. Je me suis dis que de moi n’en sortirai jamais quelque chose de bon, de beau.
Mais elle s’est accrochée à la vie et a vécue en moi. S’est emparée de tout, là, au centre de moi même, enfouie et encore invisible pour tous sauf de la moindre cellule de mon corps.

J’ai porté au monde cette idée de toutes mes forces. Chaque moment de réalisation, chaque étape nous menaient toutes les deux vers une nouvelle vie.
Mon corps a voulu rejeter cette idée et a inventé une maladie. Mais quelle idée il s’était fait celui ci ? Croyait-il que nous allions nous décourager ? C’est mal connaître les idées-hautes.

Le docteur a dit : il faut accoucher de votre idée ou elle mourra. On va déclencher et rompre prématurément la poche à idée. Il ne faudrait pas que cette idée se noie dans les eaux troubles.

J’ai dit : d’accord. Et j’ai eu mal à en mourir. Mais il fallait que je la (re)connaisse.

Cette nuit, j’ai mis au monde une idée prématurée qui m’a fait renaître au monde. Un monde où tout est possible, où de jolies choses peuvent sortir de moi.



D'après un exercice inédit de Pascal Perrat.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,