1
min

Une enfance brisée

108 lectures

2

Née dans les années 60, famille nombreuse de 6 enfants, une enfance brisée par tant de souffrance. Des souvenirs d'une cruote inimaginable, des moments qui reviennent continuellement me hanter. Mais comment ne pas se souvenir, à l'âge de 3 ou 4 ans,mon père, nous demandait de nous aligner les uns à côté des autres, avec pour ordre de ne pas bouger, pas crier, et même parler, et là il commençait à battre notre mère. Allongée à même le sol, elle ne criait même pas de peur pour sa vie. Et nous nous étions là terrifiés, nous n', étions que des petits enfants. Nous savions que si l'un de nous se mettait à hurler, nous aurions droit aux coups de martinet gravés sur nos cuisses. .La violence faisant partie de notre quotidien. Je me souviens un jour pour me laver les cheveux, mon père m'empoigna ma chevelure pour m' installer sur une grande march , avec une telle méchanceté que la frayeur m'envahissait. Mon père ne travaillait plus, problème de santé, ma mère faisait des ménages, donc à part les allocations familiales et le maigre salaire de ma mère, nous n'avions pas assez pour vivre. Alors à l'âge de 7 ou 8 ans,nous étions dans les champs toute la journée, à biner salades,betteraves, des champs entiers. Nous devions travailler très et trop dur, pour des enfants de notre âge. Mais se plaindre était interdit, et nous le savions que trop bien. J'ai vécu cet enfer ainsi que mes frères et soeurs, pendant 18 longues années. Mise à la porte et oui la majorité, les allocations terminées, plus la peine de nous garder. Le matin de mon départ, ma mère se tenait dans la cuisine ,pas un mot, même pas me demander si j'avais besoin d'argent. J'ai fermé la porte sans me retourner. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, mais je savais que c'était la seule solution pour commencer à apprendre à vivre. Cinquante cinq ans se sont passés , mais je ressens de la honte. Une blessure qui ne cicatrisera jamais, elle est toujours là en souffrance bien cachée dans un coin de mon coeur et à jamais.

2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Christine Vincent
Marie Christine Vincent · il y a
J'en suis ravie, c'est sincère, j'ai vraiment ressenti une réelle passion, tellement de précisions, et en lisant les commentaires avec Marie, j'ai su les vidéos sur you tube en boucle etc.... vraiment une belle passion que l'on ressent bien dans votre écrit, moi les blessures sont toujours là, ma maman est décédée, je me demandais souvent comment j'allais réagir, et ce vendredi je vais revoir mon père chez le notaire, j'en suis très mal, et la santé depuis plus de 16 mois, statut d'handicapée, la totale !! Lorsque je fais le bilan de ma vie, beaucoup de tristesse et d'injustice, même mes enfants ne viennent plus , alors que je suis mamie depuis 2 ans et demi je ne les voit plus, c,est leur vie , mes enfants , j'ai tout fait pour leur inculquer le respect, la politesse, je ne les reconnaît plus, et je ne cherche plus à comprendre, je n'ai plus l'envie, ni l'énergie, désolée pour ce triste commentaire , je suis très heureuse d'avoir ce petit message, merci beaucoup et bonne continuation, amicalement Annelie, à très bientôt ☺
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Votre histoire m'avait marquée. Je m'en souvenais car elle m'avait rappelée exactement celle de ma mère.
Merci d'avoir soutenu mon texte, Milonga.
J'espère, surtout, SURTOUT, que vous allez bien. Donnez moi de vos nouvelles. A bientôt. Annelie.

·
Image de Emma A
Emma A · il y a
Votre texte est brut et loin du pathos qu'on peut lire ici souvent. Des imperfections mais on les oublie car on reçoit en pleine poire une vérité brute. Encore ce mot, c'est ce qui me vient.
Je crois que vous pourriez le reprendre ce texte. Avec plus de recul et autant d'émotion, et le ciseler pour en faire un texte vrai et poignant (ce qu'il est déjà ). Donc, encore plus vrai et poignant....
Je vous écris cela, alors que mon enfance me travaille, mais qu'elle était douce et épargnée !
Écrivez encore !

·
Image de Marie Christine Vincent
Marie Christine Vincent · il y a
Je suis loin de pouvoir et le vouloir, c'est mon histoire, ma souffrance que je voulais essayer d'écrire pour soulager cette douleur, Lorsqu'on vit des épreuves si terrible et aussi jeune, pas un jour ne passe où je revois mon passé, ça a fait de moi une femme qui a du mal à s'ouvrir aux autres, et très renfermée, j'ai voulu apaiser mon coeur avant tout, lorsque j'en parlais à peu de personnes j'avais l'impression qu'ils ne me croyaient absolument pas, pourtant chaque mot c'est mon enfance brisée et cette blessure est toujours là, il y a 1 mois ma maman est décédée, je me demandais toujours comment je réagirais, mon passé met revenu en pleine face, , je vous remercie beaucoup, vous ne pouvez pas savoir comme ça m'apporte enfin une personne qui me crois enfin, merci Emma
·
Image de Emma A
Emma A · il y a
Écrivez si vous le pouvez. Tous ces maux et ces chagrins...
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bonjour Marie Christine, j'arrive un peu tard... Dommage, cette histoire me rappelle celle de ma mère. Elle ne s'est jamais remise de son enfance malheureuse. Venez lire mon "histoire à l'eau de rose", beaucoup plus légère... Merci. A bientôt sur SHORT !
·
Image de Marie Christine Vincent
Marie Christine Vincent · il y a
Je viens de voir une nouvelle publication, vous m'avez invité à lire votre histoire, j'y suis allée aussitôt, je vous est répondue sur mon ressenti, mais le silence de votre part, très déçue je l'avoue, comme je dis à mes enfants pour recevoir il faut donner , à méditer !!!!!!!
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je réponds à tout, Marie-Christine. Vraiment. Vous pouvez vérifier sur ma page si vous voulez. (mais, entre-temps, j'ai supprimé mon "histoire à l'eau de rose").
Merci pour vos commentaires ci-dessous. Ceux-ci, je ne les ai pas lus. Généralement, on répond sur ma page, au bas du texte concerné. Excusez-moi si je ne vous ai pas suivie... Ce n'est pas de la désinvolture de ma part : croyez-moi, je n'ai pas réussi à suivre votre chemin sur SHORT. C'est tout. Pardon encore, je comprends que ce soit blessant pour vous même si je vous ai perdue de vue, bien involontairement.

·
Image de Marie Christine Vincent
Marie Christine Vincent · il y a
Magnifique lecture, la relation très spéciale entre deux rencontres très différentes , une histoire toute en délicatesse, drôle, et une petite touche d'humour tout en splendeur, merci pour cette lecture, je vous propose mon ressenti, je suis loin d'être une experte, je croise les doigts pour vous, bonne soirée Annelie, Je me suis permise de partager votre histoire à mes amies, À bientôt !!!!!!!
·
Image de Marie Christine Vincent
Marie Christine Vincent · il y a
Je suis très touchée, merci je vais lire votre histoire, honnêtement je n'ai pas voulu participer, mais une amie qui a gagné l'année dernière, et finaliste cette année encore, en la lisant j'ai eu un déclic il me fallait un stylo, mes mots , je n'ai rien oublié, mon enfance je l'ai vécue, j'ai voulu avant tout me soulager( enfin espérer) , oui très dure comme lecture, j'ai parlé de mon enfance à très peu de personnes, et j'avais vraiment la sensation, qu'aucune me croyais, j'ai voulu soulager ma peine, mais en vain, comme on dit notre passé nous rattrape toujours, pour moi il a toujours été là, oui votre maman a bien raison, dommage que peut de monde ai lu mon histoire, ça aurait pu faire réfléchir certaines personnes d'avoir beaucoup beaucoup de chance d'avoir (eu une enfance,) !!!!!! Je vous remercie pour avoir commenté, et dommage que ma tablette m'a jouée des problèmes ce jour là pour la frappe, je vais vous lire de ce pas Annelie merci
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Chez nous, la violence est entrée dans la famille par le biais de mon grand-père , du coté maternel. Ma mère a eu tendance à la reproduire hélas un peu elle aussi et elle avait beaucoup de mal à exprimer son amour. La violence se transmet (parfois, pas toujours, heureusement) de parents à enfants. Je n'ai pas vraiment réussi à sortir de ce cercle infernal... A vous lire, en réitérant mes sincères excuses .
·