Une descente d'enfer

il y a
2 min
142
lectures
19

Absente quelque temps... Petits textes sans prétention. https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/les-petites-cheries-de-madame-faustine-1 Lien des publications libres du site :  [+]

Assise sur les marches du parvis de l'église, elle réfléchit au thème de la rédaction à rendre à la rentrée, après ces petites vacances. Les idées ne se bousculent pas dans sa tête. Elle s'ennuie plutôt qu'autre chose. Elle aperçoit sa camarade de classe accompagnée de ses frères.

— Hé Marie, tu glandes. Cela te dirait de venir faire un tour à bicyclette avec nous ? demande Brigitte.
— Pas de vélo et je ne sais pas en faire, répond Marie en faisant la lippe.
— On t'en prête un. On va t'apprendre. Tu verras c'est « fastoche », renchérit Brigitte.
— Pourquoi pas !

Sur le plat, Marie donne ses premiers coups de pédale et, de zigzag en zigzag, elle finit par trouver l'équilibre. Après plusieurs échappées, elle se sent pousser des ailes et les rayons de sa bécane dardent plus que ceux du soleil. C'est l'ivresse, les cheveux au vent.

Deux jours plus tard, Marie tient pas si mal le guidon, prête à affronter de nouvelles sensations. La bande de gosses se lance un défi. Ils partent à la recherche de descentes endiablées. Ils hésitent entre la côte du Paradis et celle de La Bucherie. Ils n'arrivent pas à se décider. Finalement, à la croisée des routes, ils bifurquent vers le chemin de L'Angellerie. Il leur faut attaquer la crinquette avant la grande aventure du vertige.

Marie roulotte et les autres grimpent la côte en écrasant les pédales. Elle se contente d'essayer de suivre le balancement des autres. Elle caresse l'espoir de finir la montée.

Après l'effort, ils s'apprêtent à la descente d'enfer. Au signal de Brigitte, tous dévalent. Les cris de joie fusent et couvrent le chant des oiseaux dans les champs. La vitesse enivre Marie. Un peu trop, beaucoup trop. Elle cherche les freins, mais ils ne répondent pas. Mains aux cocottes, elle a les chocottes. Pas de fée « Repousstrouille » à la rescousse. Son cœur s'emballe, elle sent qu'il déraille. Ses yeux se troublent, tout devient flou. « Rouli, roula », elle tombe dans les pommes et chute dans la luzerne.

Elle reprend ses esprits dans les bras d'une dame au doux sourire, venue à l'appel de ses camarades. Elle reconnaît la fermière de L'Angellerie. Elle remarque quelques égratignures sur ses membres. Elle se rappelle alors la folle descente, la peur, la panique, le brouillard...

Dans quelques minutes, son père viendra la chercher en voiture et l'emmènera chez le docteur par précaution. Elle appréhende un peu sa réaction, mais elle sait déjà comment se faire pardonner son imprudence. Brigitte et ses frères, eux aussi, ne semblent pas très à l'aise. Le père de Marie, c'est l'instituteur d'école et ils craignent ses reproches.

« Alors Marie, on se la joue casse-cou ! Et toi, Brigitte, rentre chez toi avec tes frères. N'oublie pas ton devoir pour la rentrée », lance le père d'un ton sec légèrement feint. Tout penauds, Brigitte et ses frères partent en faisant un signe de la main.

Marie couvre son père de bisous et lui chuchote à l'oreille : « je la tiens mon idée de rédaction sur une aventure périlleuse. Je vais essayer de décrocher le podium... ».

« Une fillette à bicyclette
tricotait des gambettes
dans une descente, à vive allure
elle se cassa la figure
moins de mal que de peur
c'était la fille de l'instituteur... »
19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Baskettons la vie

Dolotarasse

« Tout se passe dans la semelle », nous assura la vendeuse. « On ne plaisante pas avec les chaussures », ajouta-t-elle, et elle semblait avoir un clou dans les siennes. Pour la... [+]