2
min

Une cigarette et un café

Image de nalamoore_

nalamoore_

3 lectures

0

La première fois que je l’ai aperçu, c’était au bar-restaurant. Il était assis en terrasse, une cigarette entre les doigts et un café posé sur la table basse. Je me trouvais au solarium, profitant des rayons du soleil pour bronzer un peu. Ses cheveux en bataille m’ont fait craquer, je ne sais pas pourquoi j’ai été attirée comme ça, mais c’est lui que je voulais. J’avais remarqué qu’il était plus âgé que moi et pourtant, cela ne m’a pas effrayée une seule seconde, je le voulais encore plus. Si j’avais eu du cran, je serai déjà allée m’asseoir à ses côtés pour faire sa connaissance, mais je m’étais ravisée. Je trouverai bien un moyen de l’aborder tôt ou tard.

Cette après-midi là...

Je n’avais pas envi d’aller à plage, je décidai de retourner me poser sur un transat à la piscine. J’avais l’espoir de le croiser là-bas et c’est ce qui arriva. Il était dans l’eau, les bras posés sur le rebord, ses écouteurs enfoncés dans les oreilles. Je tentai une approche en m’asseyant juste à côté de lui, sur le bord de la piscine. Il semblait absorbé par ce qu’il écoutait et ne prêtait pas attention à ma présence, enfin jusqu’à ce que nos regards se croisent.
C’était la première fois qu’il venait ici, dans ce camping, des amis devaient venir le rejoindre. On se présenta l’un à l’autre, on discuta un peu de tout et de rien. Il aimait ma façon de voir la vie de couple, j’aimais sa façon de me regarder, comme s’il devinait chacune de mes pensées, même les plus intimes. Il me proposa de l’accompagner jusqu’à son bungalow, j’acceptai et on continua notre discussion là-bas.

Il aimait mes yeux bleus, j’aimais ses clins d’œil. Il commençait déjà à me taquiner, je lui laissais deviner que j’appréciais cela. Il me proposa de boire quelque chose et rit lorsque je lui demandai un verre d’eau. Il se servit un café et s’alluma une cigarette. J’aimais le regarder, observer chacun de ses gestes, imprimer son visage dans ma mémoire, la façon qu’il avait de griller sa cigarette et de laisser tomber les cendres dans le cendrier.
Nous étions rien que tous les deux, sur la terrasse de son bungalow, et je n’avais pas vu le temps passer. Je me levai de ma chaise et lui dit que j’allais rentrer, il ne voulait pas que je parte si tôt et moi non plus, je n’avais pas envie de le quitter. Il m’attira à lui pour que je m’assois sur ses genoux. Nos regards se croisèrent encore, plus intensément cette fois. Il passa une main sur ma joue et m’embrassa. J’avais tellement envie de le toucher. Mes doigts osèrent se glisser dans ses cheveux, pendant que les siens descendaient le long de mon ventre. Ma langue rencontra la sienne et nos maillots de bain le sol. Je m’assis à califourchon sur lui pour qu’il me pénètre, là sur cette chaise, sur la terrasse de son bungalow. C’était tellement intense, nos bouches s’embrassèrent, nos mains se caressèrent, nos corps ondulèrent. Nos souffles étaient courts. C’était comme si nous n’avions pas fait l’amour depuis une éternité, c’était comme si nos corps étaient faits pour se rencontrer. Peu importe que ça soit allé trop vite entre nous, je savais que je le voulais.

Son café, bu à moitié, était à présent froid dans sa tasse et sa cigarette continua de se consumer dans le cendrier, tout comme ses baisers consumèrent mon corps entier. Il me fixa dans les yeux, je lui souris, il m’embrassa et jouit en moi. Il jouit tellement fort que je ne pus retenir mon orgasme plus longtemps. Mon cœur battait vite, nos corps étaient moites l’un contre l’autre. Sa cigarette avait terminé de se consumer.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,