2
min

Une bonne blague

Image de Geoffroy

Geoffroy

33 lectures

9

Il y a quatre ans de cela, Douglas Goldsberry s’est découvert un passe-temps, une distraction.
Par internet, il est devenu client d’une agence un peu particulière et a choisi d’envoyer des filles sur le perron de ses voisins. Ô pas n’importe quelles filles, les plus jolies professionnelles de l’effeuillage qu’il pu trouver. C’était occasionnel pour commencer. Mais il en devint vite dépendant. Il y pensait plusieurs fois par jour et devait même se retenir. La première année, il engagea plus de trente strip-teaseuses pour qu’elles enlèvent leurs vêtements sur le seuil de la porte des Townsend. La charmante famille avait le malheur d’habiter la jolie petite maison blanche de l’autre côté de la rue.
Le modus operandi s’établissait chaque fois de la même manière : il faisait sa sélection sur photos, dégainait son téléphone, informait son interlocuteur de son choix et de l’adresse de la prestation. Il n’avait alors plus qu’à attendre. Douglas se plaçait alors dans l’axe de la fenêtre de la cuisine sur une chaise en plastique blanc. Il s’ouvrait une bière, s’allumait une cigarette et le spectacle pouvait commencer. Rien ne paraissait pouvoir lui faire plus plaisir. Il en souriait avec béatitude.
De ses petits yeux vicieux, il observait les jeunes filles et se délectait des réactions de celui ou celle qui ouvrirait la porte. Si c’était Madame Townsend, elle se refermerait en un rien de temps.
Avec l’expérience, le plaisantin au sens de l’humour douteux, finit par connaitre les heures des entrées et sorties des membres de la famille, ne se trompant plus beaucoup. Ses pronostiques tombaient presque toujours juste. Ainsi en passant sa commande, il pensait déjà au résultat. Ce qui décuplait son excitation.
Si c’était Paul, quatorze ans, cela pouvait durer un peu plus car il aimait bien ça. Au début, le père de famille semblait content lui aussi.
Le temps passant, de l’autre côté de la rue, la surprise laissa place à l’agacement. Des sourires amusés que l’on pouvait lire sur le visage des membres de la famille au début de cette histoire, il ne subsistait plus que des rides de fatigue que l’énervement creusait.
— Que la police nous trouve une solution ! s’époumonait Madame Townsend.
— Ils cherchent chérie, répondait Jack Townsend impuissant.
Toujours impuni le petit farceur jubilait.
— Dougy, viens manger ! l’appelait sa maman octogénaire qui vivait dans une chambre de bonne au-dessus de chez lui sans se douter de quoique ce soit.
— J’arrive, encore un instant s’il te plait.
Il s’était offert un chronomètre et espérait chaque jour battre son record. Voilà pourquoi il ne fallait pas le perturber pendant une session.
Lorsque l’explication et l’étonnement de la jeune femme venue délivrer cet étrange cadeau parvenait à capter l’attention d’un des Townsend pour plus de trente secondes, il se remplissait d’orgueil. Dans ces moments, il replaçait sa mèche de cheveux gras entre son oreille et la branche de ses lunettes.
Satisfait et apaisé, il se replongeait alors dans ses mots croisés ou allumait la télé, jusqu’à la prochaine pulsion.
Un mercredi matin, c’est à sa porte que l’on sonna. Il crut instinctivement qu’après tout ce temps on lui retournait la faveur. Au fond de lui c’était ce qu’il attendait. Il regarda par le judas, deux inspecteurs de police se tenaient sur le perron. Le froid hivernal se faisait piquant et ils ne semblaient n’avoir aucune envie de retirer leurs vêtements. Obligé d’ouvrir, il se laissa arrêter sans protester. La vieille Madame Goldsberry n’y comprit rien et ne put empêcher qu’on emmène son petit garçon obèse de quarante-cinq ans.
Le tribunal devant lequel il comparu quelques mois plus tard le condamna à quatre années de prison. Un temps au moins aussi long que celui durant lequel il avait cru faire à ses voisins une bonne blague.
9

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Très sympa et agréable à lire :)
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Tout est bien qui finit mal...
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Bien la peine d'être sympa avec le voisinage ...
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Pas mal du tout ! On se lasse moins vite du spectacle que les Townsend ( un nom d'aviateur anglais: coïncidence ?)
·
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Merci pour votre commentaire Paul. L’usage du patronyme Townsend provient du film « la mort aux trousses » que j’ai regardé peu de temps avant. C’est sans lien avec le thème de l’aviation qui m’est pourtant très cher.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle écriture attrayante ! Mon vote ! Je vous invite à partir en “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Merci pour la suggestion. J’en reviens, c’est toujours plaisant de vous lire :-)
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Surprenant manège
·
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Merci. En effet, ce Douglas est étonnant...
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Tout à fait en phase avec le commentaire d'Elena !
Apprécierez-vous mes "Peupliers transis" sous la lune ?

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
J'aime bien le côté performatif et visuel de votre écriture, je me suis bien régalée en dépit de la chute plus ou moins prévisible qui m'a laissée un peu sur ma fin.
·
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire, Elena. Je serais curieux d'avoir votre avis quant à la chute de ma nouvelles "surprise". A bientôt
·