Une après-midi à la Villa Datris

il y a
1 min
14
lectures
3

Totalement débutante, j’ose me lancer avec modestie dans l'écriture, et j'y prends goût ! "Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi un invincible été" Albert Camus "Il n'y a pas de  [+]

Nous nous cachons, esprits malins, nous sommes oiseaux, fourmis, chouettes, bêtes de forêts, de jardins, de somme, de scène, nous sommes le lien entre terre, humains et cieux, nous sommes le peuple, la liane, l’arbre, le rocher, nous sommes escargots, limaces, nous sommes muets, silencieux, presqu’invisibles, nous sommes des éléments lâchés au gré de la pluie, sous des feuilles, dans des buis. Attention aux chasseurs-cueilleurs ! Nous nous cachons.

Tout avait l’air si calme et paisible, un jardin verdoyant et ensoleillé nous offrait son harmonie. Cependant il grouillait d’animaux sculptés, empaillés, dessinés, peints.
Un jardin fabuleux où un mouton dressé sur un pilier semble monter la garde, ouvre grand ses oreilles : les visiteurs doivent respecter ces chefs d’œuvre. Une chouette aux yeux bienveillants nous donne la permission de fouiner, le lapin longiligne d’un autre pays des Merveilles qui harponne tous les regards, nous accompagne. Un ourson se cache à côté de sa maman découpée en rondelles. Il a peur. Peut-être ne veut-il pas être tronçonné à son tour par un «écocide ? Quelle tristesse !
Nous voilà envahis de fourmis rouges qui grimpent à l’assaut des bâtiments, vite réfugions-nous en forêt en prenant l’immense gorille noir par la main. En essayant d’oublier tous les déchets de notre planète avalés par l’éléphant cloué au mur, les cinq superbes félins muselés par des chapeaux de fête ridicules, un cheval figé qui semble fuir notre catastrophe écologique, des nichoirs totalement vides, à l’abandon, signal de mort ? Un ravissant vison retenu prisonnier dans une maison, adieu liberté, des cages à oiseaux aux prises électriques multicolores. La main de l’homme a encore frappé. Scorpion scarabée et sauterelle devenus dentition, serpents transformés en club de golf prêts à frapper.
Je ne sais pas si ce jardin prémonitoire ouvre une porte sur un avenir terrifiant, ou s’il n’est qu’une conception pessimiste d’artistes éclairés.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,