2
min

Un train peut en cacher un autre !

Image de Sylvie Jacob

Sylvie Jacob

70 lectures

45

Suivie d'un homme, c'est toute essoufflée qu'arrive Annabelle sur le quai de la gare. Ouf ! Son RER pour Vincennes n'est pas encore parti, dieu merci !
Elle a juste le temps de se faufiler dans le compartiment que déjà le signal sonore retenti et que le bruit sec des portes claquent à ses oreilles.
Un coup d'œil rapide pour repérer si un siège est disponible et la voilà assise. Enfin !
Elle en soupire de soulagement et ses paupières se ferment tant elle savoure cet instant, ô combien attendu !
Quel bonheur de pouvoir se relâcher . Elle repense à sa mauvaise journée, ce qui la fait apprécier d'autant plus ce moment d'accalmie.
Les embrouilles au boulot.. les soucis de santé de ses parents et les problèmes d'argents des enfants et sans compter le reste..
Y avait de quoi vouloir oublier tout cela ne fusse que le temps d'un trajet.. Penser à rien..
Moment de tranquillité de courte durée, malheureusement !
La voici ballottée de gauche à droite comme si le train était pris d'un accès
de folie !
Des hurlements se font entendre ! Elle, est sous le choc, trop abasourdie pour qu'un son sorte de sa bouche.
Les secousses sont si violentes, qu'elle à l'impression d'être dans une machine à laver en mode essorage.
Elle essaie malgré tout de résister en se cramponnant de toutes ses forces à n'importe quoi.
Tétanisée par l'effroi, seul son regard demeure fixe comme absorbé par le néant.
Mais quel est donc ce tunnel qui n'en finit pas et quand donc ce voyage infernal va donc t-il prendre fin et surtout comment ?
A un rythme aussi diabolique, la mécanique va céder c'est certain et le train ne va pas tarder à dérailler et elle se demande si elle va finir calcinée, écrasée ou broyée..
Quelle merveilleuse perspective que de finir en charpie ! Se dit-elle avec un semblant d'ironie. Le thanatopracteur allait avoir du boulot !
Quand on pense mourir, comment ne pas penser aux siens..
C'est même ce qui vient en premier à l'esprit et l'idée de ne plus les voir est triste, triste à en pleurer mais ces larmes versées ne changeront rien et elle se retient.
Ne pas se lamenter sur son sort et rester concentrer pour au être mieux réactive !
Ne dit on pas que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir et aussi infime soit il, il est permis d'y croire..
A présent, elle est gagnée par la nausée et lutte contre ces maudits hauts le cœur qui peuvent à tout instant, la faire tourner de l’œil.
Du coup elle essaie de porter toute son attention sur le roulement comme pour tenter d'y déceler des informations, mais le vacarme est trop insoutenable et elle doit là encore y renoncer, sous peine d'y perdre la tête et ses tympans.
Mais quel itinéraire a bien pu prendre ce satané engin pour qu'il la conduise en enfer ? Pourquoi elle ? Se larmoie Annabelle.
Comme si il aurait été plus juste qu'une autre personne vive ce calvaire.
C'est alors que la vitesse s’accélère ​de plus belle et la fait scotchée à son siège, comme si la trajectoire suivie l'emmenait droit au ciel, à croire que des ailes se sont emparées du transport ! Puisse t-elles l'amener à bon port !
Elle se sent monter, monter, monter et.. Horreur, c'est la chute dans le vide ! La voici attirée par le bas, projetée en avant, la force centrifuge l'obligeant presque à être debout ! La descente est vertigineuse, on la dirait verticale ! Elle se fait l'impression d'être une poupée de chiffon obéissant à la pression, qui n'en a que faire de la savoir faite d'os et de chair.
A une telle allure, on se doute bien que le conducteur comme le train a perdu tout contrôle et que plus rien n'est envisageable si ce n'est la mort !
Soudain, un cri strident et assourdissant se fait entendre . Le tagadam rapide qui jusqu'à maintenant dominait est couvert par le hurlement des freins. Le crissement est si fort, que tel un arc se tend sous les doigts, tout le corps d'Annabelle se contracte. Elle s'attend à être projetée aussi loin qu'un projectile d'arbalète et elle redoute à présent l'impact qu'elle devine tellement violent, qu'elle entend déjà le bruit du fracas de ses os, précédant celui de la tôle froissée.
Le RER ralentit et..

Elle sent une main sur son épaule, une main plutôt solide, ferme..

"Chérie, nous sommes arrivés"
J'espère que cette petite sieste, t'a fait du bien?"
"Ce soir, je t'emmène à la fête foraine !"

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
45

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Espérons que ce cauchemar n'a rien de prémonitoire ! Quoiqu'il en soit on s'y laisse prendre et la chute est un soulagement, mes voix et à bientôt Sylvie !
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Il y a toujours un peu de vécu, Francine ; après je ne suis pas une adepte des manèges à sensations.. Rien ne vaut l'amour et comme Edith Piaf je dirais que mon manège à moi, c'est celui que j'aime. Contente d'avoir accaparé un peu votre esprit. Merci pour vos voix et j'espère à bientôt :)
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Jolie cette jolie secousse. Un texte qui donne parfois la chair de poule. Mes votes. Viendrez vous sur mon 7h24 ou aimerez-vous Tropique, Reflets, ou toute autre chose de mon univers.
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci Pascal pour votre commentaire sympathique et vos votes :)
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
un beau cauchemar comme je les aime bien, on dirait le train des épouvantes de Disney. J'aime bien côté sensoriel de ce texte qui fait frémir le corps entier.
Mes 5 votes bien secoués.

·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci pour ces votes qui quelque soit la secousse, ont bien été réceptionnés :) Je voulais ou essayer du moins de donner au lecteur la sensation d'être dans un train de fête foraine du style grand huit ou autre, à chacun ses souvenirs ou ses références. Le lecteur, celui qui reçoit, découvre le texte et donc est plus réceptif que moi, forcément. C'est un peu comme si je me chatouillais, je ne me fais pas vraiment d'effet, alors merci beaucoup pour votre commentaire Elena :) Bon weekend
·
Image de Murielle Laurent
Murielle Laurent · il y a
un peu anxiogène pour finir dans les bornes, peut-être;... !!
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Vaste sujet.. Merci Murielle de votre réflexion :)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour ce beau récit bien écrit ! Je vous invite à découvrir “ De l’Autre Côté de Notre Monde”qui est en lice pour la Matinale en Cavale. Merci d’avance et bonne journée!
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci beaucoup Keith pour vos encouragements :) Belle journée à vous également.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci infiniment, Sylvie !
·
Image de Serina
Serina · il y a
Ouf, la chute arrive à temps ! Ira-t-elle dans le grand huit à la fête foraine ?
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Le grand huit ? Ça serait le pompon ! :D Merci Serina
·
Image de Partner
Partner · il y a
Et vous vous nous emmenez dans vous cauchemars
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
D'où la chute Partner, pour me faire pardonner :) Merci de votre passage.
·
Image de Partner
Partner · il y a
Formidable de me répondre en pleine nuit. Insomniaque ou aux antipodes ?
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Je pourrais vous dire que c'est une façon de prolonger la journée, de l'optimiser.. Que j'ai l'impression d'être plus opérationnelle la nuit comme si le temps m'appartenait parce que la majorité des personnes dorment et que du coup je suis plus tranquille.. Mais bon est ce les véritables raisons.. Bon weekend Partner
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Quelle angoisse! Et la chute est vraiment amusante. Bravo.
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci beaucoup Abi, contente de vous avoir amusé ! :)
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Excellent récit fort bien réussi. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir ses deux poèmes "sur un air de guitare" retenu pour le prix hiver catégorie poésie et "j'avais l'soleil au fond de yeux " de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci beaucoup Arlo pour vos votes et ce commentaire élogieux :)
·
Image de FredBreizh56
FredBreizh56 · il y a
Merci Sylvie pour ce texte très bien écrit, prenant dont la "chute" est bien trouvée, car inattendue... Merci pour le Cadeau... + mes 5 votes
·
Image de Sylvie Jacob
Sylvie Jacob · il y a
Merci Frédéric pour ton gentil commentaire et tes votes. Oui j'ai essayé d'amener une chute un peu amusante :) Après je n'ai pas l'habitude de ce genre d'écrit et je trouve qu'il est bien plus compliqué d'inventer des histoires que de raconter la sienne. Là, du coup je me fais l'effet d'être une mytho :(
·