1
min

Un souvenir de PataTy

Image de Jargenty

Jargenty

28 lectures

0

PataTy est un petit garçon qui tûte le grillon dans une immense prairie qui descend doucement en pente. Inclinée probablement vers une rivière qui coule au fond d’un vallon.
La prairie est pleine de tout petits bruits, de toutes petites odeurs, de tout petits mouvements discrets mais nombreux comme toutes les feuilles des arbres, des buissons et des petites herbes, nombreux comme toutes les petites tiges qui se balancent et se frôlent calinées par un doux soleil. Cet ensemble fait un bruissement doux d’été, une caresse tiède sur tout le corps, un écrin tissé de toutes les bonnes intentions de la nature.
PataTy est un petit garçon qui tûte le grillon en compagnie d’une petite fille blonde qui ondule. Il ne connaît la petite fille que depuis quelques minutes. Il est à quatre pattes sous le soleil, dans les herbes pleines du chatouillis et des chuchotements des deux cœurs tout occupés grillons en apparence mais au fond tout occupés de la rencontre, de la proximité, de la promiscuité des sueurs et des palpitations, des poitrines en chasse s'émeuvent. La petite brindille passe de doigts en doigts, de trou en trou à la recherche du petit animal qui stridule.
PataTy est un petit garçon et une petite fille qui tûte le grillon dans la fusion des âmes. Éphémère moment de grâce. C’est peut-être cela être en Dieu, c’est peut-être cela être pleinement heureux. Et puis quand le grillon parait la fête envahie les gorges qui se serrent d’émotion, à deux nous sommes, à deux nous maîtrisons les taquineries de la Terre, les mystères de sous la Terre, les secrets de sous la peau de la Terre. Nos quatre mirettes s’amusent de l’agitation de la petite bête dans nos mains.
PataTy est toujours un petit garçon qui tûte le grillon en compagnie d’une petite fille, un petit garçon curieux qui scrute les mystères de la création, les mystères de sous la Terre, les mystères des mondes inconnus, de sous la surface de l’évidence, de sous la surface des mots.
Au loin, très loin au-dessus de la surface, la voix des adultes est à peine audible.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je ne verrai plus la vie comme avant. Toutes ces images qui défilent sans cesse. Nous sommes les spectateurs d’un film dont nous avons tous le premier rôle. Nous le savons pertinemment et pourtant...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Le vieil avion tournoie dans l’air frais du matin pour atteindre l’altitude du saut. Un quart d’heure auparavant, nous avons quitté le sol, une prairie qui sentait la rosée du matin, et moi, ...