Un soir d'été

il y a
2 min
1 173
lectures
34
Qualifié

Rêveur et voyageur, j'espère que mes propositions vous séduiront. Merci par avance pour vos lectures et vos remarques  [+]

Image de Automne 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

C’était un soir. Au début de l’été. Nous étions dans la cuisine, en train de préparer le repas. Toutes les fenêtres de l’appartement étaient ouvertes, et dans la cour de l’immeuble, il n’y avait pas de bruit. C’était très agréable. Alors que je sortais une casserole d’un placard, nous avons entendu la sonnette de la porte d’entrée. Un coup long, suivi d’un coup plus bref. Nous nous sommes regardés, et c’est lui qui est allé ouvrir. C’est toujours lui, jamais moi. C’est comme ça, une vieille habitude de couple. Devant la porte ouverte, nous avons découvert notre voisine de l’appartement du dessus, les mains jointes devant elle, à se tordre les doigts. Une petite croix qui pendait à son cou, au bout d’une longue chaine dorée. Le silence a duré juste le temps d’une respiration. « Je suis désolée de vous déranger, mais je ne savais pas à qui parler. » Je la croisais parfois dans l’escalier, et nous nous disions bonjour. Juste cette salutation, accompagnée d’un sourire. Rien de plus. « Je ne sais pas si vous le savez, mais je vis un véritable enfer. C’est à cause de mon voisin. Celui qui se trouve sur le même palier que moi. Il claque violemment sa porte d’entrée, parle fort au téléphone, ou met le volume de sa musique tellement fort que ça traverse les murs de mon appartement. Je n’en peux plus. Est-ce que vous l’entendez ? » Nous nous sommes regardés, et alors que j’ouvrais la bouche pour lui répondre, elle s’est mise à trembler, avant de fondre en larmes. Elle a retiré ses lunettes, a sorti un mouchoir de la poche de son pantalon, et s’est essuyé les yeux, hoquetant. J’ai raclé ma gorge nerveusement, avant de reprendre la parole, bafouillant, ses cheveux sombres très frisés en bataille, parsemés de fils blancs. « Vous devez me prendre pour une folle. Mais je ne supporte pas le bruit. J’ai bien essayé de lui parler pour arranger les choses, mais je n’arrive pas à le voir. C’est comme s’il le faisait exprès. Je ne suis pas violente, vous savez, mais si ça continue, je crois que je pourrais le devenir. Vous m’entendez quand je hurle ? » Sans attendre notre réponse, elle a rangé le mouchoir dans la manche intérieure de son gilet, et a repris en baissant les yeux. « Ma sœur m’a conseillé d’acheter un casque antibruit, ou d’aller voir mon médecin pour qu’il me prescrive des somnifères. Mais je ne veux pas prendre de médicaments, je veux que cet homme me respecte. » Elle nous a regardés, l’un après l’autre, continuant de se tordre les doigts, le mouchoir dépassant de sa manche. Tout à coup, après avoir relevé une mèche au-dessus de son front, elle s’est retournée pour monter à son appartement. Au milieu de l’escalier, alors que nous la regardions toujours en silence, elle s’est arrêtée, pour se tourner vers nous. « Merci beaucoup, ça m’a fait du bien de vous parler. » Puis elle a attrapé la petite croix qui pendait à son cou, au bout de la longue chaîne dorée, l’a portée à sa bouche, et l’a embrassée en nous souriant, avant de disparaître sur le palier supérieur. Alors que la porte de son appartement claquait derrière elle, nous nous sommes regardés. Je ne savais pas s’il fallait en rire, ou bien en avoir peur, car cela faisait des mois que l’appartement de son voisin était vide. Depuis que l’homme en question avait été retrouvé sans vie dans la cave de l’immeuble.
34

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Tina Chinon

Hugo Canesson

Elle a les cuisses de Dionne Warwick et la voix de Michel Ange. Tina Chinon est la nouvelle star du 20h, apothéose technologique du marketing en pleine déconfiture. La presse est dans l’actu, et... [+]