3
min

Un soir de novembre

Image de JARON

JARON

1863 lectures

177

Qualifié

Il est environ 18h30 sur cette magnifique place du centre-ville. Accoudé contre la fontaine « des trois ordres » en marbre de carrare, il attend.
Léo n’est plus tout jeune. Cependant, son élégance lui enlève bien une bonne dizaine d’années. Il porte un manteau en laine dans les tons de gris, une chemise blanche et un jean de bonne coupe qui laisse apparaître des bottines en cuir noir que l’on devine soigneusement cirées. Une barbe de trois jours lui donne une touche de modernité. Un foulard de soie noué autour de son cou complète l’ensemble avec goût.
Semblant ignorer la foule, assez dense en ce vendredi soir, qui gravite autour de lui, Léo fixe une rue en face de lui.
Le temps reste clément pour cette soirée d’automne et les terrasses sont pleines. Des volutes de fumée s’échappent sans bruit des bouches des fumeurs, s’envolant vers le ciel dans des figures bleutées qui se forment et se déforment en prenant de la hauteur. Léo, semblait captivé par ce spectacle et étourdi par le brouhaha, lorsque soudain, débouchant de l’angle de la rue d’en face, apparut un ange. Du moins, c’est la vision qu’a eu Léo à cet instant précis.
Elle n’est encore qu’a une dizaine de mètres de lui, et elle lui sourit déjà, en inclinant légèrement la tête, un peu comme pour s’excuser de son retard.
Léo n’avait à aucun moment regardé l’heure, tout ce qui comptait, c’était qu’elle soit là.
Elle est légèrement plus petite que lui, ses cheveux bouclés lui tombent sur les épaules. Ils ont des reflets de la couleur de l’automne. Ses yeux noirs, au regard persan, brillent de mille feux. Elle ne porte qu’un léger maquillage. Sa beauté naturelle, ne semble pas en souffrir. Elle s’est chaudement habillée, un long manteau lui couvre entièrement les jambes, on dirait qu’elle glisse sur le sol, tellement elle semble irréelle. Tout à coup, autour d’eux, les couleurs disparaissent et la foule en noir et blanc semble se figer. Maintenant, elle est contre lui. Il la prend dans ses bras et l’embrasse tendrement. Le temps vient de s’arrêter l’instant du baiser.
Ils se regardent, se parlent, décident de la suite. Leurs yeux semblent aimantés. Leurs âmes sûrement connectées.
Leurs mains se sont rejointes, comme une évidence. Leurs doigts s’apprivoisent dans un ballet aérien.
Une terrasse de café les invite à s’asseoir. Léo est intarissable. Elle rit. Le vin vient apporter à leurs palais des notes de plaisir, dans des musiques intérieures. Un plateau de charcuteries semble un témoin indiscret à cette mélodie amoureuse qui se joue devant lui.
Elle l’écoute en inclinant la tête de droite à gauche, tout en douceur, au rythme de la musique provenant du bar. Ses yeux parlent pour elle, Léo y perçoit un appel à l’amour. À cet instant précis, il se sent Ulysse, emporté dans cette odyssée, mais ne voulant se priver de cette mélodie en terrasse. Ses doigts flirtent avec le grain de sa peau, ils caressent délicatement la courbe de son cou. Elle tremble, se rapproche, leurs lèvres se touchent, un frisson tout entier ondule dans leurs corps. Il la sent complètement offerte. Ce n’était plus une question charnelle, mais une sorcellerie profonde, comme si un nouveau destin l’appelait, lui, Léo, et l’entraînait progressivement vers des lendemains ignorés et ténébreux. À la table voisine, un couple s’est arrêté de parler et les regarde, hypnotisé par ce couple irréel, d’une incroyable beauté. Léo n’a plus d’âge, son corps est plus léger que l’air, il ne vit que pour cet instant, il sait que ce moment est magique Alors, il met tous ses sens en éveil, ordonne aux structures cérébrales les plus anciennes de son cerveau que sont les noyaux gris centraux de gérer ces déflagrations internes.
Plus tard dans la nuit, leurs corps entameront une symphonie dont la partition sera seule connue de lui et, tels les grands musiciens, il orchestrera leur union de façon magistrale.
— Pouvez- vous régler votre consommation, Monsieur, nous n’allons pas tarder à fermer.
Le garçon venait de mettre un terme à leurs ébats. Léo fouilla dans sa poche, en sortit un billet de cinq euros et le tendit à l’employé.
Une fois son verre payé, il prit congé. La place était déserte, les lumières déclinaient une à une. Un vent froid s’était levé. Il était temps de rentrer. Il croisa quelques couples qui accéléraient le pas, pressés de rentrer au chaud. Combien de temps était-il resté sur cette terrasse ? Il n’en savait trop rien.
Il prit le chemin du retour. Caramel, son fidèle chat, l’attendrait derrière la porte comme tous les soirs.
Un fois rentré chez lui, il se dirigea dans sa salle de bain, se dévêtit. En quittant sa chemise, il sentit un parfum qui n’était pas le sien. Un parfum de femme visiblement. Il se regarda dans le miroir et aperçut, de manière très visible, des traces de rouge à lèvres en forme de bouche sur sa peau.

PRIX

Image de Hiver 2019
177

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un peu de surnaturel et de fantastique dans cette romance d'automne .
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Ginette merci d'avoir aimé mon texte. Belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Une rencontre de rêve et rêvée.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Raymond, en effet une belle rencontre, ou un beau rêve? Au choix. Belle journée à vous. Jacques.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une plume super pour cette rencontre onirique ! Mes voix !
Je vous remercie d’avoir catapulté “Le Vortex” en FINALE !
Une invitation à confirmer votre soutien si vous l’aimez toujours !
Merci encore !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Keith merci pour votre lecture, je retourne vers vous. Bonne soirée. Jacques.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Un ange ensorceleur ;-).
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Dolotarasse, en effet c'est tout à fait ça, merci d'être passée. belle soirée. Jacques.
·
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
rêverie solitaire ? pourtant ce parfum, ce bisou rouge sur sa joue ; il veut la revoir, il retournera demain soir et tous les autres soirs de ce mois de novembre
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Chateaubriante, en effet, je crois que cela vaut la peine de retourner chaque soir sur ce lieu magique, même si ce n'est qu'un rêve, il vaut la peine d'être vécu. Belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
merci et belle soirée pareillement Jacques
·
Image de Carine
Carine · il y a
Magnifique texte Jaron. Même si c'était irréel (ou pas) j'ai vécu ce moment magique avec votre personnage! Vraiment très beau! Mes voix
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Carine. merci d'avoir apprécié mon texte. Belle journée à vous. Jacques
·
Image de Morgan Fleury
Morgan Fleury · il y a
Superbe rencontre !
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Morgan merci d'être venue me voir. Belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de La  luciole
La luciole · il y a
Mes voix pour ce rendez-vous galant avec un ange. bravo, j'ai beaucoup aimé.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci beaucoup La Luciole belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Une écriture très élégante !
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Laurent, merci d'avoir pris le temps, je suis ravi que ce texte vous ait plu. Belle journée à vous. Jacques.
·
Image de Marcel Prout
Marcel Prout · il y a
Bah voila ! C'est encore un coup de "Susan" apparaissante et disparaissante...A moins qu'elle ne soit qu'un songe, allez savoir...Bon, je ne suis pas jaloux donc je vote :-)
·
Image de JARON
JARON · il y a
Votre commentaire est à la hauteur de vos écrits, j'aime beaucoup, merci d'être passé. Jacques
·
Image de Marcel Prout
Marcel Prout · il y a
serviteur Jacques
·