1
min

Un sens et un souffle

Image de Albert Moindre

Albert Moindre

43 lectures

16

Une aube d’automne ensoleillée, dans la ville froide me balader avec votre main autour de la mienne, et votre nez froid sentir sur la joue lorsqu’au milieu d’un trottoir furtivement vous m’embrassez. Les arbres aux feuilles restantes, couleur vermeil, les faire rougir encore de notre amour explosant : vraiment, considérer l’alentour comme une zone à remplir de nous, à occuper d’union des corps – des parties vêtues des corps, certes. Car c’est le reste qui est nu, immeubles et routes, et c’est le reste qui ne ressent rien.
Ensemble, créer quelque chose qui n’existait pas. Oui, de l’amour naissait et mourrait les matins et les siècles avant nous. Manquions-nous à l’équation ? Il faut le croire, sinon passer son chemin, se distraire, s’évaporer tout lentement. Les preuves sont là : regarder les passants, arrivés à peine au bout de la rue, ils ne sont déjà plus eux-mêmes, disloqués, pris par le Temps.
Ensemble, faire le processus inverse : unifier le délié en une bulle autour, y donner un sens et un souffle.
Inspirer à deux.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
16

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un sens et un souffle pour deux, voilà vers quoi il faut tendre pour une vie réelle ! Bravo, Albert ! Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire un sonnet en compète printemps sur le triste sort d'un migrant : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

·
Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
Belle prose
·