2
min

Un séjour en Normandie - Tableau

Image de Swann

Swann

5 lectures

1

Quatre personnes sont représentées. Deux enfants et deux personnes âgées, petits-enfants et grands-parents. Ce sont deux fillettes, une brune et une blonde, aux cheveux longs et éclaircis par le soleil et le sel marin. Elles se tiennent debout au premier plan : l'aînée, la blonde, âgée d'une dizaine d'années, raide et gauche comme si elle ne savait pas trop quoi faire de ses quatre membres trop longs, un sourire toutes dents dehors sur les lèvres tandis que la cadette, trois ou quatre ans plus jeune, a l'air plus à l'aise, moins empruntée, elle a posé une main sur sa hanche droite et ses lèvres forment un sourire coquet. Des seaux et des pelles en plastique sont provisoirement abandonnés à leurs pieds tandis qu'elles nous fixent.
Les grands-parents sont assis sur des chaises pliantes derrière, presque cachés par leurs petits-enfants, et regardent dans des directions opposées. Le grand-père, une casquette bleue marine avec une ancre cachant sa calvitie, petit et enveloppé, porte son regard vers notre gauche et les plages du Débarquement, tout à ses souvenirs de la guerre qu'il a connu en tant que parachutiste. La grand-mère, blonde platine et bien en chair, regarde vers notre droite et le vivier de la route de la Plage où ils iront tout à l'heure acheter des langoustines pour l'anniversaire de la cadette. Elle aussi pense à la guerre et à toutes ses privations qu'elle est heureuse de ne plus avoir à supporter. Entre eux, un sac de plage rempli de biscuits, des Paille d'Or à la framboise parce que soleil et chocolat ne font pas bon ménage, des restes de croissants du petit-déjeuner, des bouteilles d'eau et des canettes d'Ice Tea.
C'est le mois de juillet, il y a du monde sur la plage mais on n'est pas sur la Côte d'Azur, ici les enfants ont largement la place pour courir et jouer. Les serviettes de plage des familles disséminées un peu partout mouchettent le sable clair aux grains épais d'éclats de couleurs vives. Dessus il y a les cuisses rouges et blanches des nouveaux arrivants en train de bronzer, des pères gonflant des brassards et des grappes d'enfants agglutinés autour de paniers de goûters garnis de mille merveilles. Le bleu profond du ciel est uniquement rompu par les petites taches de couleur que font des cerfs-volants tenus à l'arrière-plan par des gamins en t-shirt et bas de maillot. Le vent agite le drapeau vert des sauveteurs et il vient de la mer ramenant avec lui des senteurs de sel, d'algues séchées et d'essence : c'est bon signe, il fera sûrement beau le lendemain. Le soleil éclaire les petites par le côté gauche, forçant l'aînée qui ne porte plus ses lunettes de soleil à plisser les yeux. Elle porte un maillot une pièce à carreaux bleus et blancs simple et dépouillé, sa sœur un maillot une pièce également mais vert pomme, avec des dessins de fruits, des pois blancs et des volants à la taille. Elles sont déjà bien bronzées, on voit une marque de bretelle sur l'épaule gauche de la cadette. On sent une certaine impatience dans leurs longues jambes minces, elles ont hâte de se mettre à courir vers les grandes flaques formées par la marée basse pour y attraper avec leurs seaux les petits poissons qui y sont rester piégés et s'y prélasser dans une eau bien plus chaude que celle de la Manche quelques centaines de mètres plus loin.
Tournant résolument le dos à leurs grands-parents elles sont impatientes de s'élancer droit devant elles loin de la plage, vers la mer, vers nous.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,