7414 lectures

237

Qualifié

Simon parcourut inlassablement la plage en quête de bois flotté pour ses sculptures. Mais les marées d'équinoxe étaient avares, seules des brindilles subsistaient çà et là sur le rivage. Le soleil couchant pointait un rayon plus lumineux que les autres sur un point éloigné qui réfléchissait un éclat de cristal. Voilà bientôt trois longues années que Solange sa femme était partie emportée par la maladie. Simon sembla songeur puis reprit sa marche vers ce point à peine éclairé.
— Bientôt Noël, siffla t-il, comme si j'avais que ça à faire ! Tous ces idiots qui se pressent dans les magasins dépenser l'argent durement gagné. Faire des cadeaux à des hypocrites qui ne le méritent pas. Quel bande d'abrutis.
Ainsi allait l'existence de Simon. Solitaire, sculpteur sur bois à ses heures, rien ne le réconciliait avec la vie. Arrivé sur le point lumineux il découvrit à moitié émergée, une bouteille de verre. Il la déterra et remarqua une feuille de papier fin pliée à l'intérieur. Ce fut plus fort que lui, il fracassa la bouteille contre un gros galet plat. Parmi les débris de verre, la feuille de papier apparut. Simon la saisit et incrédule déchiffra une écriture faite de mots simples. Le message était enfantin : 
« Viens me chercher, j'habite à Sainte Cécile, je m'appelle Téo. »
— Tu manques pas de toupet ! Je te connais pas, si ça se trouve tu n'existes même pas ! S'exclama Simon.
Sur le chemin du retour, ses émotions le trahirent. Peut-être que ce gamin avait vraiment besoin de quelqu'un. Comme lui même, très certainement, il en était conscient. Sa vie d’ermite grincheux était dans une impasse. Arrivé devant la façade ocre rouge de sa petite maison de bord de mer, l'envie lui prit de pleurer son bonheur perdu à jamais.
— Et toi Solange, tu ferais quoi à ma place ?
Il se rassura et levant les yeux au ciel, les deux poings tendus vers l'horizon Simon laissa éclater sa colère.
— Allez tous au diable !
Le lendemain, il se dirigea vers le garage où dormait sa vielle Renault 5, tourna la clé de contact. Le moteur ronronna joyeusement. Il prit la route départementale vers l'orphelinat Sainte Cécile situé à seulement vingt minutes.
Dans les villages traversés, les décorations de noël rivalisaient d'une gaieté colorée et les vitrines des commerces de scènes enchantées. Les traîneaux, rennes, lutins, décors enneigés et les pères-noël bien sûr animaient les rues. Les passants insouciants semblaient évoluer dans une autre dimension. Quelque chose de magique se préparait donc ?
La cour de l'orphelinat Sainte Cécile était sobre, grise et respirait la quiétude. Le grand corps de bâtiment imposant percé de dizaines de fenêtres renvoyait la lumière vers le visiteur du jour.
Simon se demanda s'il avait bien fait de se présenter la veille de noël dans ce manoir sans charme. A la réception, une nonne au visage enjoué l'accueillit telle le Messie incarné.
— Je suis sœur Caroline, nous vous attendons avec impatience. Les enfants sont excités comme des puces. Impossible de les tenir jusqu’à ce soir et il est à peine seize heures ! Rendez-vous compte.
— Je ne suis pas celui que vous attendez. Répliqua Simon interloqué.
— Mais le frère Jean est cloué au lit, il ne peut faire le Père Noël pour les enfants comme chaque année. Personne ne vous a contacté ?
La face réjouie laissa place à une moue déconfite.
— Non, ou plutôt pas directement. C'est à dire que j'ai trouvé un message dans une bouteille sur la plage. Il s'agit d'un certain Téo, vous le connaissez ? Je sais que vous trouvez cette situation grotesque. Excusez pour le dérangement, au revoir ma sœur. Je vous enverrai un chèque pour soutenir votre travail.
Simon tourna les talons quand une bordée de gamins le bouscula joyeusement manquant de le faire tomber à la renverse.
— On veut voir le père noël, le père noël, le père noël...
— Julie, Pauline, Téo, ça suffit les enfants, il faut être patient, retournez à votre place. Intervint sœur Caroline.
Simon découvrit qui était Téo. Un petit bout de garçon d'à peine six ans, les cheveux roux, le teint écarlate et un regard malicieux.
— Enfin te voilà, tu existes vraiment. Pensa t-il.
Simon suivit du regard la petite troupe qui s’éloignait vers le fond du couloir principal. Une salle de réception se cachait derrière une lourde porte de bois peinte en bleu. Sur les vitres une grande quantité d'étoiles en papier doré et des nuages de coton hydrophile plongeaient le visiteur dans une ambiance ouatée. Emporté malgré lui par la curiosité, Simon se glissa par une porte latérale. Le spectacle qu'il contempla fit tomber son armure. Au milieu de la salle était dressé un sapin décoré de guirlandes et de boules multicolores, une crèche grandeur nature illuminait la pièce de toute sa majesté. Mais surtout des dizaines de petites paires d'yeux pétillaient devant tant de symboles de paix et d'amour.
Simon venait de comprendre pourquoi Noël est magique ! Le vieux grincheux inconsolable essuya les larmes qui perlaient sur ses joues, puis retourna vers la réception.
— Mais où est donc ce costume de père noël ? Enfin ! Faites vite, les enfants m'attendent.

PRIX

Image de Printemps 2018
237

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Loarn
Loarn · il y a
On en veut d'autres comme celui-ci !
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Bonjour, j'ai bien compris le message.:-))
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
voilà bien un texte qui justifie votre brève exergue de présentation. tout y est, "boule d'hum."comme aimait à le dire un de mes profs de français qui m'avait marqué! premier ttc que je lis de vous après nombre de poèmes, on en attend un pour l'hiver?
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Merci Patrick. Votre appréciation me fait penser à m'y remettre
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Adorable ! Mon cœur d'enfant croit que le Père Noël et Simon existent ... :)
·
Image de Camille G
Camille G · il y a
Les enfants ... des fois sauveurs d'âmes en perdition ....
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Les enfants sont des passeurs à leur façon.
·
Image de Alphonse Dumoulin
Alphonse Dumoulin · il y a
Attendrissant.
·
Image de Ted
Ted · il y a
Très bien amené. Cette histoire est magnifique.
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Merci Ted. Content qu'elle vous touche.
·
Image de Pouicmina
Pouicmina · il y a
Waow.. Jen ai pleure. Ce texte est un magnifique bijou.
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Merci pour vos encouragements.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un joli conte de Noël mais qui se prolonge bien au-delà de la fête en question. Une histoire joliment écrite et pleine de bienveillance. Mon vote
·
Image de Raflay
Raflay · il y a
Une belle histoire que l'on aimerait vivre..."Le père Simon est en or dur". Merci
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
ce sont ces histoires brodées d'improbables dont le contenu plein d'émotion nous portent vers le mieux. j'ai aimé
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Merci Ayasha. Je retournerai vous lire.
·