5
min

Un sac pour ma sœur, elle serait contente !

292 lectures

282

— Maman, tu dirais quoi si on te demandait ton plus beau cadeau de Noël ?
— Si je dois vraiment en citer un je pourrais répondre un sac d'école.
— Hein ? C'est nul, c'est pas un cadeau de Noël ça !
— Mais le mien était spécial, c'est tata Maria qui y avait pensé, ça m'avait profondément touchée. Finis d'accrocher les guirlandes, je vais te montrer quelque chose.

Nina revient avec une grande boîte que Simon n'a encore jamais vue. Elle ne peut s'empêcher de penser qu'elle, elle l'aurait dénichée depuis belle lurette. Quand elle vivait chez sa mère, enfant, aucun secret n'aurait pu lui échapper. Elle connaissait tous les coins et recoins de sa maison. Il faut dire que c'était tout petit et qu'on n'y avait aucune intimité, les journées étaient parfois si longues, on avait le temps de farfouiller partout à la recherche d'un truc pour s'occuper.
Elle en ressort deux vieilles coupures de journaux qu'elle tend à son fils. Ce sont deux articles parus dans L'Est Républicain, en decembre1967.

******
Une seule fois, Maria (9 ans) a connu la joie de Noël : c'était chez une camarade.
Sa maman ne dispose que de 12 F par jour pour faire vivre ses 4 enfants.

Le bassin industriel du Pays de Montbéliard comprend plusieurs milliers de logements neufs dans des grands ensembles, souvent on parle de « Sarcellitte » et de la psychose des collectifs mais il y a pire. Il existe des bidonvilles d'un genre particulier, des vieilles maisons de cités ouvrières délaissées depuis longtemps qui offrent un spectacle de désolation et de délabrement.
Pour s'aventurer la nuit dans les rues qui attendent leur premier gramme de goudron il faut une lampe de poche. Vous risquez à tout moment de vous briser une jambe car des portes rouillées et décrochées ou des blocs de pierre barrent le passage ici et là. Dans les jardinets envahis par les ronces et les herbes folles de nombreux logements aux vitres cassées restent inoccupés, mais d'autres sont encore habités par quelques familles qui réussissent tant bien que mal à organiser leur vie quotidienne qui ressemble à celle de squatters condamnés à accepter l'inconfort et même parfois la misère.
Maria Prazeres qui habite là avec sa maman et ses frères et sœur grandit dans ce décor.
Ils n'ont rien demandé, ce sont des amis lecteurs qui nous signalèrent leur cas. Dans une petite pièce, ils se serrent autour d'une vieille cuisinière. Le landau de Mario, un bébé de quatre mois et demi occupe le centre de la pièce qui sert aussi pour faire sécher le linge car c'est le seul endroit où il règne un peu de chaleur. La petite famille dort dans les deux autres pièces dépourvues de chauffage.
Maria, un bon visage de gosse, enlève ses pieds qu'elle réchauffait dans le four pour répondre aux questions de notre journaliste :
«Papa est reparti au Portugal il y a un an, il ne voulait plus donner d'argent à ma maman...»
Avec de simples valises, ils avaient quitté Fatima en février 1966, comme tant d'autres Portugais, ils abandonnèrent le soleil et la misère pour le mirage de la prospérité. Avec l'aîné Victor, aujourd'hui âgé de 13 ans, Maria et Nina, Mme Prazeres rejoignit son mari qui travaillait dans la filature de la petite cité ouvrière de Bethoncourt, mais l'homme abandonna femme et enfants juste après la naissance du petit Mario.
Aujourd'hui cette maman se saigne aux quatre veines pour vêtir et nourrir ses enfants et la petite Maria, qui parle étonnamment bien le français et réussit à être la troisième de sa classe, ne connaît pas le sens et les joies de Noël :
«Nous n'avons jamais eu de cadeaux chez à nous à Noël. Le premier sapin, avec ses lumières, je l'ai vu chez une camarade, c'était beau.»
Ses yeux brillent quand elle évoque cet événement et si vous lui demandez quel cadeau lui ferait plaisir, elle répond spontanément : «Un sac d'école, pour Nina aussi, elle serait contente !»
Oui, un sac d'école car dans le dénuement et souvent avec le ventre creux, Maria, la petite Portugaise, aime la France et l'école.
«Papa, on nous a dit qu'il était revenu, qu'on l'avait vu dans la région mais depuis un an il ne nous a jamais écrit, nous on veut rester en France car c'est plus facile de se nourrir ici qu'au Portugal.»
Maria, à l'âge où elle devrait encore jouer à la poupée, après l'école, épaule sa maman, s'occupe de ses frères et sœur pour que son frère aîné puisse aller à des cours du soir pour apprendre le français.
Sa maman dispose exactement de douze francs par jour, alors comment connaître les joies de Noël quand le peu d'argent sert à se nourrir, se vêtir et payer un peu de charbon pour se chauffer ?
Avec Victor 13 ans, Nina 6 ans et Mario 4 mois et demi, Maria, 9 ans, pourra-t-elle enfin dire :
«Maintenant je sais ce que c'est Noël !»

******
Loin de Fatima mais parrainée par nos lecteurs, Maria a enfin connu Noël dans son logis.

Vous vous souvenez de cette petite fille née à Fatima, au Portugal, venue en France avec ses parents, son frère et sa sœur...Vous vous souvenez de Maria qui, à l'âge de 9 ans, dans une famille abandonnée par le père, rêvait d'un sac d'école pour son Noël. Comme Victor 13 ans, Nina 6 ans et Mario 4 mois et demi, elle ignorait tout du sapin scintillant à domicile.
Chez les Prazeres, il faut vivre avec trois francs par personne et par jour, trois francs pour nourrir, vêtir et chauffer cinq personnes.
La veille de Noël quand, en compagnie de nos correspondants M. Bauer, directeur d'école honoraire, et M. Sangoy, adjudant-chef de gendarmerie en retraite, nous sommes entrés dans le petit logement vétuste, il faisait très froid, il était onze heures et le feu n'était pas encore allumé dans la vieille cuisinière. Maintenant, Mme Prazeres pourra, grâce à vous, mieux chauffer le petit trois pièces. La grande chaîne de solidarité vient de modifier la situation de cette famille.
Maria, qui vient encore d'obtenir un bon classement à l'école, a ouvert de grands yeux sur les colis, sur les cartons envoyés par les élèves de quatrième terminale du C.E.S. de Valdoie. Ces collégiennes avaient préparé pour la maman et pour chacun des enfants une lettre, des cadeaux utiles et des friandises.
Une lectrice héricourtoise avait apporté et mis en place un magnifique sapin. Une lectrice bisontine avait envoyé une montre. Une petite fille de Sainte-Suzanne : «  Je suis une petite fille de 9 ans, je vous envoie mes habits, j'espère qu'ils iront bien. Je les ai repassés pour vous. Bonne chance et courage... » Des jeunes mariés de Bethoncourt ont envoyé 31 F d'une quête, le club du troisième âge de Bussurel : «Une cagnotte de bridge de 75 F, avec nos regrets de ne pouvoir faire plus, Joyeux Noël ! » D'autres personnes se préoccupent de l'approvisionnement en chauffage.
A l'assistante sociale qui s'occupe de cette famille une somme d'argent a été remise afin d'apporter l'aide la plus opportune et en fonction de l'urgence des besoins. Avec des larmes dans les yeux, Mme Prazeres, qui parle très peu le français, dit merci et demande à Maria, sa gentille interprète, de transmettre leurs remerciements reconnaissants à tous nos lecteurs.
Quand elle retournera à l'école, début janvier, elle emportera ce sac dont elle rêvait... Ce sac devenu pour elle le symbole de l'entraide comme la fin d'une solitude si dure aux innocents.

******
Simon a lu en silence, Nina le sent très ému. Il ne dit rien et vient juste déposer un baiser très tendre sur sa joue.
Il sait depuis longtemps pourquoi il n'a jamais vu son grand-père maternel, que celui-ci a abandonné sa famille quand Nina avait à peine cinq ans mais il a toujours préféré ne pas poser trop de questions. Il sait surtout que son père et sa mère seront toujours là pour lui et lui pour eux, le reste appartient au passé.
Il a simplement ajouté :
— Je comprends pour le sac d'école et aussi pourquoi les Noëls chez nous sont toujours si beaux, merci Maman !

Nina sourit à son fils et tous deux reprennent la décoration du sapin qui sera encore magnifique cette année.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts
282

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fabienne Liarsou
Fabienne Liarsou · il y a
Très touchant !!!
Mine de rien... je suis une grande sensible.. et même hyper-sensible ! C’est carrément un inconvénient.

·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Je n'ai jamais douté de ta sensibilité et je trouve que c'est une belle qualité même si parfois ça peut faire qu'on souffre, mais c'est ça être humain
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 pour ces tranches de vie émouvantes... j'y reconnais mes coins de l'Est, que je connais bien...
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci beaucoup Elisabeth, ton passage sur mon texte très personnel me fait bien plaisir.
Je te copie un lien d'une page Facebook que ma sœur m'a fait découvrir, y a une vidéo super sympa de Belfort Montbéliard de ces années passées...
https://m.facebook.com/SuisNous/posts/?ref=page_internal&mt_nav=0#

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Merci... Bonjour la nostalgie...
en 70, j'habitais ds un quartier sous le lion de Belfort... quartier qui a été entièrement rasé depuis. C'était une période horrible de ma vie, le père de mes gamins partant chez une blonde (même pas terrible). Heureusement, qu'après la pluie, vient le beau temps...

·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Oui... heureusement la roue tourne comme on dit...
Les blondes sont souvent pas terribles ;-) et certains hommes très cons....

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Quand Chéri est revenu, la queue entre les jambes, et lassé de la blonde, ben, je n'en ai plus voulu... il n'y a pas que les éléphants qui ont de la mémoire qd on leur fait du mal! Toutes mes amitiés.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Oui comme je comprends . Amitiés et bonne soirée Elisabeth
·
Image de Alexienne Duplessis
Alexienne Duplessis · il y a
Un très beau texte que j'ai plaisir à soutenir ;)*****
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci beaucoup Alexienne, ça me touche
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Lu et après… scié :)
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Vous avez pleuré j'espère ;-)
Sérieusement sincère merci

·
Image de T. Siram
T. Siram · il y a
Une merveille... un bel élan de solidarité... Chapeau !
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Oh un grand merci cher ami !
·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
Un excellent texte sur l'espoir et l'entraide, j'ai vraiment aimé c'est pourquoi je vote 3+.
J'aimerais vous inviter à découvrir ''le combat d'Armani '' sur ma page.

·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
J'ai corrigé cet oubli
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci Merina ! Et bon dimanche. Je n'oublierai pas d'aller lire votre texte
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Bonjour et merci pour votre lecture et ce gentil commentaire. Vous avez oublié de voter ou ça n'a pas fonctionné...
A bientôt sur votre page

·
Image de Mamadou Cisse
Mamadou Cisse · il y a
Je vous donne mes 03 uniques voix pour cette production, je vous invite à lire « Amour Mortel » https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-mortel-4
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci Mamadou. Je passe vous lire . A bientôt
Bonne chance pour ce concours

·
Image de DOUMA ESPERANCE
DOUMA ESPERANCE · il y a
Je vous donne +++ pour ce travail.
Je suis également en compétition de l'autre côté.
Si l'envie vous prend faites-y un tour pour lire Par-dessus tout !
Vos critiques et corrections sont les bienvenues pour améliorer la qualité de mon travail et pour me faire avancer.
Bonne continuation.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/par-dessus-tout-1

·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci beaucoup Douma, je viens de découvrir votre texte avec beaucoup de plaisir. Bonne chance dans ce concours !
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Je suis très ému par votre nouvelle et je me surprends avec les yeux brillants et embués. Merci.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci Marsile, je sais que vous avez un bon cœur !
Je vous ai envoyé un MP (un peu mal écrit la faute à mon tél pardon mais en tous cas sincère)

·
Image de Francisco
Francisco · il y a
5 voix pour votre texte et j'espère que vous serez contente et beaucoup lue
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Merci Francisco ! Contente oui en quelque sorte mais très nostalgique aussi...quant à être beaucoup lue c’est pas le cas mais tant pis pour moi ;) Au plaisir d’aller aussi partager votre texte
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur