2
min
Image de FlorianeG

FlorianeG

77 lectures

12

J'ai fait un rêve. Un truc horrible, désolée. Tu étais morte... D'un accident de voiture. D'ailleurs, en l'écrivant, j’ai la sensation d’un Déjà-vu...
Tu étais morte, donc. J'étais assise sur mon canapé, cinq mois après ton accident, à réaliser que tu ne reviendrais jamais. Je regardais la porte de mon appartement, et je te revoyais entrer, le 25 février dernier, après que tu aies frappé alors que je ne t'attendais pas. Je t'avais ouvert, mi-surprise, mi-inquiète. Tu venais m'annoncer que tu avais réussi ta passe. Tu étais psychanalyste. Nous avions trinqué au sirop de cerise et mangé quelques chips avec Ava. C’était la fête!
Dans ce rêve qui semblait si réel, je passais une nuit blanche après ton accident, rongée d’angoisse. Le médecin de l’hôpital nous avait dit que tu pouvais mourir à tout instant. Le lendemain, je te suppliais de revenir, de sortir de ton coma, de nous faire un signe, pour nous dire que tu étais encore là. Les semaines passaient, ton état ne s'améliorait pas. Tu nous quittais lentement... Un jour que le médecin de garde nous avait prévenus d'une complication, de LA complication, et que nous étions tous accourus à l’hôpital Nord, je regardais maman, assise de l'autre côté du lit dans lequel tu étais depuis 8 semaines, et je lui disais « Tu te rends compte de tout ce que l'on a vécu depuis deux mois ?! ». Nous avions plongé dans un monde fou, avec toi. Deux jours plus tard, tes pupilles étaient a-réactives. Ton cerveau était mort. Tu étais partie. Ton cœur, lui, battait encore, attendant le don d'organes que tu ferais le lendemain. Il battait toujours, dans le corps d'un(e) autre. Comme ton foie et tes reins, il permettait à d'autres de vivre.
Ce rêve semblait si réel, je pense que j'ai du parler et crier, probablement pleurer aussi pendant mon sommeil. Il était si douloureux. Je ressentais physiquement le manque atroce de ta présence. Je continuais à vivre sans pouvoir te parler, sans plus te voir, ni partager. Je devais annoncer ton décès à Ava. Je choisissais ta tenue, préparais ton maquillage et ton vernis à ongles pour les pompes funèbres. Je prononçais un discours pour toi, à l'église, le jour de ton enterrement. Marc était présent, accablé, Gilbert, Florent, et tes amis, tes collègues très nombreux, notre famille. C'était une magnifique journée ensoleillée, comme tu les aimes tant. Je portais ma robe de plage, achetée le jour de notre balade à vélo au Grau, en juillet.
Dans ce rêve, nous venions de passer les fêtes de Noël sans toi. La veille, j'avais fait du tri dans ta maison avec maman. Nous avions décidé de nous y mettre et avions bien avancé. J'avais récupéré ton fer à lisser et quelques bricoles. Je devais y retourner le lendemain pour trier tes vêtements, ton linge. Nous trouverions certainement encore des piles, semées un peu partout chez toi.
Ta maison, nous allions la vendre, ainsi que ta voiture. Ça, c'était confié à Fabien. Un truc de mecs. Ta voiture était toujours garée sur mon parking depuis le jour de ton accident, le 29 juillet. Je m’étais habituée à sa présence. J’appréhendais de la voir partir et laisser cette place vide à coté de la mienne.
Il restait deux jours avant la fin de cette année 2017 et le début de l'année 2018. Deux jours de la dernière année où tu avais vécu. Deux jours avant la première année que je vivrais entièrement sans toi.
Ce rêve complètement dingue, Laëtitia, c'est la réalité. Cette réalité implacable: tu es partie et ne reviendras jamais. Je voudrais me réveiller.
12

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nini Trinacria
Nini Trinacria · il y a
"Un seul être nous manque et tout est dépeuplé…"
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un rêve émouvant qui paraît dépasser la fiction, hélas.
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
En effet. Merci.
·
Image de Christiane Pedersin
Christiane Pedersin · il y a
C'est très touchant
Un bel hommage
Je l'ai lu plusieurs fois
Christiane

·
Image de Anne Courbière
Anne Courbière · il y a
Erreur de frappe:avec des « hauts » et des bas, de soie...
·
Image de Anne Courbière
Anne Courbière · il y a
Dire, encore, raconter, encore, se souvenir, encore... et partager... pour pouvoir continuer à vivre, comme on peut, avec des gars et des bas... de soie.
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
Tellement triste...il n'y a pas de mots...juste dire que c'est très touchant avec tous ces détails laissées ici et là.
Si vous voulez lire un rêve plus joyeux, je vous invite à lire "Un rêve", un de mes poèmes

·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Merci beaucoup. J'irai lire "votre rêve" avec plaisir.
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
De rien :)
·