1
min

Un printemps à Venise

Image de erod

erod

20 lectures

3

Ce sont des petites bêtes qui nous dévorent, les mots. Ils creusent lentement, ils s’acharnent dans les épaisseurs de notre cœur et de notre cerveau. Pour qu’ils cessent leur torture, on doit les extraire soigneusement. Il faut les exposer au grand jour, écrasés sur une feuille comme des carapaces vides.
Les mots que je dois écrire me ramènent quelques années en arrière. C’était au mois d’avril. La première image à évoquer, c’est une vue sur les toits de Venise. Et devant la fenêtre ensoleillée, quelques prospectus dispersés sur un grand lit. Ah, l’arrivée dans la chambre d’hôtel, le meilleur moment du voyage ! L’odeur nouvelle des draps, les bruits inconnus de la rue, le corps fourbu mais l’esprit impatient : vite, il faut ressortir !
Un peu plus tard sur la place Saint-Marc à moitié inondée. Quel plaisir de te la faire découvrir ! Tu nourris les pigeons... ta mère ne sait donc pas que c’est interdit ? Ta glace au chocolat commence à fondre. L’eau quittera bientôt le cœur de la ville et le soleil finira d’assécher les pierres.
Et enfin dans la lumière du soir, sur un Vaporetto, tu prends la pose, fièrement perchée sur le bastingage, les doigts en V. Ta mère, sûrement un peu inquiète, a quand même accepté de prendre le cliché. Tu inclines trop ton corps au-dessus du canal, tu ne vois pas le danger. Mais une main te retient pour que tu ne bascules pas. Cette main solide qui te protège, c’est celle d’un monsieur à tes côtés. Tu le regardes, confiante, avec aux lèvres un sourire enfantin. C’est un homme de mon âge. Il me ressemble un peu. C’est celui qui m’a remplacé.
Voilà les mots que m’inspirent vos photos de voyage. Ces mots qui me rongent et qui creusent en moi le manque. Je veux écrire ces faux souvenirs pour mieux les effacer, oublier enfin ce printemps à Venise et cette vie entière que je n’ai pas pu partager.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cathy Grejacz
Cathy Grejacz · il y a
Un texte touchant , l’émotion est perceptible
J’aime

·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Un printemps à Venise... Des photos-souvenirs de moments qui n’appartiennent pas à ce père, exclu du voyage, remplacé par un autre... Les aléas cruels de la vie et des séparations... Et le poison de sa souffrance, si authentique, en légende de cet album-photo qui se vrille dans notre cœur … Il y a beaucoup d'émotion qui se dégage de cette histoire, Erod. Beaucoup ! Vraiment.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur