Un peu d’air siouplé !

il y a
2 min
31
lectures
9
Qualifié

Peintures, Dessins, Textes, de l'inspiration à la création. Michel LAURENT-DREUX peint croque chantonne. Michèle - SAM crayonne chantonne écrit. La Nature leur prête ses ailes. Depuis l'île de  [+]

Image de 1ère édition
Image de Très très court
Il sirotait sa rengaine favorite à travers la toute nouvelle formule à tester : la dernière paille en « papier » » que lui avait portée le patron. N’avait-il pas été remarqué par Paul-en-Ploie pour sa haute capacité à générer un niveau élevé de pression négative créé en buvant avec un tube fin ? Il était embauché pour cela : siroter à longueur d’heures ! Lui, le buveur invétéré, avait enfin trouvé mesure à son estomac ! Il espérait même secrètement que l’état augmenterait le nombre d’heures de travail hebdomadaires ! De toute façon, la bouche pleine en continu, il lui était difficile de parler ! La bouche, mais aussi l’estomac. Et la vessie !

Ah ! Sa vessie ! En prenait-il soin ! Il était bien le seul dans la petite entreprise à ne pas voir ces temps de déplacements comptabilisés ! Il avait même droit à sa tinette personnelle, ô luxe ! On l’avait amenée sur roulettes, construite spécialement. On avait grand ouvert les abattants de la porte imposante de sa salle d’expérience adaptée juste avant son arrivée, en prévision... Lui-même ne comptait plus les kilogrammes gagnés depuis. De toute façon, pour à la fois le rassurer et l’encourager, son Moi n’était-il pas payé au mois au poids ? Alors...

D’autant que... Que quoi ?

Oublié le reste de son soliloque ! Il fixe sa paille. Enfin, tente ! Car son nez, son pif, son tarin, incontrôlable, a eu l’idée saugrenue de grossir de concert avec son tour de taille. Et, de fait, ses ailes de nez – pour lui qui n’a rien d’un ange ! et que seul un cyclone pourrait soulever - emplissent désormais tout l’espace entre ses deux yeux. Il en est même à viser de biais pour placer le tube creux dans le rond de l’ouverture du verre empli, son seul exercice quotidien quoique répétitif. Avec celui aux lieux d’aisance, s’entend !

Tout d’un coup, il s’alarme : quelque chose cloche ! outre ce courant d’air qui abrupt se faufile. Soudain le révulsent ces litres alignés, colorés diversement mais délivrant tous le même goût fadasse masqué sous l’arc-en-ciel ! Qui attendent de disparaître. Il se moque bien de la tubulette qui ramollit dans le liquide soudain exécré ! Faudra d’ailleurs revoir la formule du papier maïs, pulpe de canne ou fibre de fruit de baobab pour les pays exotiques, les meilleurs clients ! Lui n’a plus qu’une idée en tête : Changer d’air !

Vu sa condition, une paille, quoi !

Il toise la porte à double battant, presque elle s’ouvrirait d’elle-même tant le regard est menaçant. Une chiquenaude y suffit ! Il bondit à l’extérieur. Enfin, il se propulse...

Il respire à pleins poumons. Le plein, chez lui, est toujours bon signe. Il ne sait comment il traverse la grande cour des livraisons, n’a plus qu’une idée en tête : respirer le grand air, non ces vapeurs confites qui enserraient sa tête.

Jamais il ne remit les pieds dans l’entreprise, jamais il ne rendit son dernier rapport ! Et s’il est sur la paille, il goutte l’air salin et ne regrette rien. S’il a perdu, ravi, tant de kilogrammes, il a gagné la seule chose qui vaille qu’on s’en donne la peine, sans grands airs et sans faux semblants : la liberté de dire non ! et d’abord à soi-même. Un peu d’air y suffit parfois.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,