Un petit prince oublié chez les grabouilles

il y a
3 min
143
lectures
109
Image de 2020

Thème

Image de Très très court

Dans une contrée fort peu lointaine, dans un futur non révolu, vivait paisiblement la communauté des grabouilles. Qui étaient les grabouilles ? Des êtres humanistes, profondément libertaires et solidaires, qui avaient fondé leur société ensemble, sans hiérarchie, sans maître à penser, sans même un vieux sorcier prédicateur. Ils profitaient de la vie en s'accordant chacun des loisirs et du travail, qui souvent se confondaient, mais parfois non, et ils en bavaient un peu, à tour de rôle : de magie, il n'existait point !
Tous les jours, au lever comme au coucher du soleil, les grabouilles aimaient se
regrouper pour assister au spectacle de recoloration du panorama, qu'ils
applaudissaient toujours avec émotion.
Un soir ordinaire de lune montante au croissant fin, après l'un de ces joyeux
rassemblements, le jeune tristan rejoignit ses amis au grand hangar. Tous les
grabouilles, quelque soit leur âge, avaient accès aux outils technologiques les plus avancés pour comprendre le monde. Ils pouvaient mener leurs expériences pour s'approprier les savoirs scientifiques qui leur étaient transmis. Un laboratoire géant prenait place en plein centre du territoire. Dans ce lieu, les recherches continuaient de se développer, pour tenter d'approcher, avec toujours plus de finesse l'essence et les sens du monde.
Cette nuit-là donc, un événement inattendu se produisit. Une personne, qui paraissait être encore un enfant et qui n'était certainement pas grabouille, vint frapper à la porte du grand hangar. Ce petit être demanda à parler au chef des grabouilles. Il interpella le premier venu et lui demanda « Bonsoir, qui est ton chef, grabouille ? ». Le premier venu était rémy et il répondit que son chef était noam. L'étrange inconnu parti à la recherche de ce noam, qui lui affirma que son chef à lui était louise. Cette dernière l'orienta vers michelle, et ainsi de suite jusqu'à pierre. C'est alors que pierre nomma également louise comme son chef. Cela n'avait aucun sens pour le nouveau venu qui se mit à tourner en rond. Il repéra alors tristan qui paraissait avoir le même âge que lui et lui demanda :
« Les grands grabouilles ne comprennent pas ma question je crois, peux-tu me dire toi qui est le responsable sur votre terre ?
- Les grands se sont peut-être un peu moqués de toi avec leur réponse, mais ils t'ont dit la vérité. Car enfin, chaque grabouille est chef de chaque grabouille, et réciproquement. Et toi ? Qui es-tu ? »
Ainsi, on apprit que c'était le Petit Prince en personne qui avait atterrit chez les
grabouilles.
« En personne ? dit tristan, qu'est-ce que cela signifie ?
- Que c'est bien moi pardi ! Le Petit Prince. Celui qui parcourt les sociétés pour enfin comprendre d'où je viens et ce qui est important dans la vie !
- Je ne connais aucun Petit Prince, moi... répondit tristan.
- C'est étonnant, commenta le Petit Prince, j'ai pourtant parcouru nombre d'astéroïdes. Je pourrais te parler d'un mouton enfermé dans une boite qui respire, d'un renard qui est devenu mon ami, de ma rose bien orgueilleuse, et même de baobabs. Mais ce sont surtout les grandes personnes que j'ai rencontrées qui m'ont laissées perplexes. Et j'avais cru comprendre que sur toutes les terres, je trouverais des dirigeants, des chalands, des possédants, des sachants, des artisans ou encore des obéissants. Comment faites-vous sans chef ? A qui dois-je m'adresser pour demander à rester un peu chez vous ?
- Oh, c'est très simple, nous nous réunissons tous les matins et tous les soirs pour observer les teintes changeantes sur les champs, les montagnes et la mer. Viens te présenter et nous t'accueillerons comme il se doit. En attendant, tu peux passer la nuit dans un des hamacs violets. Ils sont toujours disponibles pour les visiteurs. »
Le Petit Prince rejoignit le grand carbet sous lequel se trouvaient les couchettes-
balançoires pourpres de toutes les tailles et toutes les formes, en choisit une, et
s'assoupit.
Le lendemain, avant l'apparition des premiers rayons de lumière, il entendit les
grabouilles s'affairer. Il sauta de son hamac et les suivit à travers la forêt, éclairé par les milliers d'étoiles et la fine lune montante, jusqu'au sommet d'un immense rocher plat. D'ici il pouvait apercevoir la colline sur laquelle il avait été déposé, l'étendue bleue dont il avait deviné la présence par son odeur iodée, et un dégradé de montagnes dans le fond. Ils observèrent ensemble l'arrivée de cette grosse boule de feu rose puis orange qui dessinait de nouveaux contours au paysage. Les grabouilles étaient silencieux, mais lorsqu'un nuage passait, résonnaient des acclamations, des sifflets, des « bravo » lancés de-ci de-là.
Lorsque la lumière se fit parfaitement claire, le Petit Prince monta sur un caillou tout rond dont la hauteur devait être la moitié de sa taille. Il prit la parole :
« Bonjour à tous, je suis le Petit Prince. Personne ici ne semble me connaître. Je n'ai pourtant pas changé, même si mes cheveux blonds ont un peu foncé avec le temps. Après ma morsure, je suis rentré chez moi. Je voyage aujourd'hui avec ma fleur qui n'a pas peur d'être rempotée. J'aimerai faire votre connaissance. J'ai plein de questions à vous poser car je vis seul sur ma planète et n'ai encore jamais rencontré de groupe qui vivait en harmonie. Accepteriez-vous que je reste quelques temps ici ? »
Il y eut un brouhaha. Chacun avait répondu « Bien sûr » à sa manière. Si tout le monde était d'accord chez les grabouilles, chacun avait sa façon de l'exprimer.
Un petit grabouille parla plus fort et dit « Je pense te connaître moi. Notre secret n'en est pas un, tu le découvriras bien vite : nous sommes tous des « Petits Princes ». C'est pour cette raison que tu n'es plus étudié et que tu es tombé dans l'oubli. Nous avons ici tous fait le même chemin que toi. Et c'est parce que nous sommes tous à l'aise, seuls avec nous-mêmes, comme toi sur ta planète, que nous arrivons à vivre ensemble en paix. »
Retrouvant son ami, tristan lui dit : « Finalement, tu es comme nous. Il ne te manque qu'un nom approprié : c'est à dire perdre ta particule qualificative et ta majuscule distinctive apparue avec le succès. »
Et c'est ainsi que le Petit Prince oublié devint prince en toute égalité.

109
109

Un petit mot pour l'auteur ? 50 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un petit prince qui méritait bien son bon conte.
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très beau Soph. J'ai adoré. Ce fut un plaisir.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Vivipioupiou77
Vivipioupiou77 · il y a
j'ai bien aimé "cette petite suite" du petit prince et la morale de ce conte original bravo
Image de Eric Lelabousse
Eric Lelabousse · il y a
Récit original poétique, bien mené. Bravo !
Image de Soph
Soph · il y a
Merci !
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
J aime beaucoup
Quel plaisir de retrouver la poésie du petit Prince en ces temps si troublés

Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
C'est l'année de tous les PRINCES;
Chacun a eu le sien.

Image de Mlb Angel
Mlb Angel · il y a
Bonne histoire. 🙂 si vous voulez lire le mien mlb Angel des rêves et des étoiles. https://short-edition.com/fr/auteur/mlb-angel merci d'avance
Image de Denis Delepierre
Denis Delepierre · il y a
Un joli conte philosophique, avec sa description d'une société égalitaire où personne n'essaie de surpasser les autres. Le personnage du Petit Prince y avait tout à fait sa place. J'aurais juste aimé savoir à quoi ressemble les grabouilles, car j'avais plein de suggestions en tête ! Je voudrais vous inviter à visiter Torul et à rencontrer les pêcheurs de nuages via ce lien https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tranches-de-nuages En espérant que vous apprécierez ! Bonne continuation.
Image de Soph
Soph · il y a
Merci Denis. Je suis partie visiter Torul et je ne regrette pas!
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Soph.
Bonne philosophie chez les grabouilles. Votre histoire mêlée à celle du petit Prince est bien plaisante à lire.
Merci.

Image de Soph
Soph · il y a
Merci Hermann !
Image de André Page
André Page · il y a
Pays des grabouilles, pays du respect... merci pour cette intéressante histoire, Soph :)
Image de Soph
Soph · il y a
Merci à vous ! :)