1
min

Un mystérieux temple...

Image de Paul Ralston

Paul Ralston

26 lectures

1

Cela faisait maintenant huit heures que je marchais à travers ce désert
de glace sans fin. Du moins, c'est ce que je déduisais en voyant le
soleil se cacher derrière un ciel orangé. Je marchais encore et encore.
Alors que je pensais dormir à la belle étoile, j'aperçus au loin une
petite bâtisse. Je m'approchai, et arrivant devant l'édifice, je me
rendis compte que c'était un temple. C'est en tout cas ce que me fit
déduire la façade gravée, représentant des créatures hybrides que seul
un fou peut tenter de décrire, ainsi que les silhouettes humanoïdes
levant leurs bras vers le ciel étoilé. Je posai ma main sur une des
colonnes dressé à l'entrée, et me demandai ce qui peut bien être vénéré
dans cette région reculée de la Sibérie, et par qui?
Un courant d'air glacial me sortit de mes théories sur les peuples
vivant dans cette région lorsque ce bâtiment fut bâti. Je rentrai donc
dans le temple. Le plafond était haut, la pièce d'entrée assez grande,
et les fresques murales gravées minutieusement.
Je remarquai sur les frises la redondance d'une créature assez étrange.
Un corps écailleux, des ailes de dragon, et une tête de calamar.
Ma torche commençant à faiblir, je décidai de continuer à avancer
dans le temple où, les courants d'air étaient moins forts. Les murs du
couloir que je parcourrais étaient recouverts de toiles dignes des plus
grands maîtres. Fasciné, je regardai toutes les peintures. La plupart
était des scènes de guerres, mais certaines m'intriguèrent. La première
représentait une plage, une nuit de nouvelle lune, où un groupe
d'étranges personnes, toutes agenouillées, sauf une qui levait les bras
vers le ciel, priaient une statuette représentant un dieu identique à
celui qui était tant gravé dans la première salle. La deuxième mettait
en scène cette même créature d'une trentaine de mètres de haut, sortant
d'un océan, devant lequel ces mêmes fidèles à genou le regardaient
arriver, ce qui apparemment, ne faisait ni chaud ni froid au monstre.
Je continuai dans le couloir qui s'arrêta quelques mètres plus loin.
Au bout, aucune porte, aucune sortie, aucune peinture ou gravure. Il n'y
avait là que la statuette de ce monstre à qui, j'en déduisis, le temple
était dédié. La statuette était posée sur un pied d'estrade en marbre
sur lequel était gravée cette phrase:
"N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au fil des âges peut mourir même la mort"
Les questions bouillonnaient dans ma tête. Qui vivait ici? Qui était
ce monstre? Pourquoi n'y a t-il plus personne à des dizaines de
kilomètres à la ronde?
Je sortis en tout hâte du bâtiment avec l'impression que des dizaines
de paires d'yeux me voyaient m'enfuir. Je jetai un dernier coup d'œil
derrière moi, mais ne vis qu'un temple abandonné depuis des millénaires.

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,