4
min

Un monde plus loin

Image de Serge

Serge

72 lectures

53

Plusieurs de nos millénaires se seraient écoulés ; à l’échelle du cosmos, le centième d’un milliardième de battement de cil – et encore...
Imaginons un monde post-cataclysmique, où subsisteraient deux continents. L’onde de choc provoquée par la folie des anciens, aurait repoussé Terä et ses proches planètes aux confins du système solaire. La lune, plus fragile, se serait désintégrée dans le vide sidéral et le soleil si loin désormais, ne diffuserait plus qu’un pâle écho de sa splendeur passée, une lueur bleuâtre, comme une aube permanente.
En surface, toute forme de vie aurait presque disparue, à l’exception de coraux, de mousses persistantes, et de rares coquillages rescapés des millénaires précédents ; les survivants de l’ancienne humanité, l’humanoïdité, réduite à trois milliards d’individus se serait adaptée. Les derniers représentants de l’espèce, auraient développé une forme de vie souterraine, peuplant des mégapoles abyssales, qu’un ciel artificiel de plasma lumineux – sans nuit – couvrirait à perte de vue.
La planète Terä apparaîtrait sous l’aspect d’un désert inhospitalier couleur de rouille, où le ciel obscurci par une brume dense et impénétrable, ne laisserait filtrer qu’un imperceptible halo bleuté.

*
Tout se serait accéléré, le temps s’exprimerait en décades, et le langage parlé et écrit serait tombé en désuétude. Communiquant par télépathie ou bio-numérique, chaque humanoïde vivant en moyenne trente décades, passerait quatre-vingt-dix-neuf virgule neuf pour cent de son temps sur le Monde Parallèle – où l’ensemble de sa vie serait à chaque instant, ‘’tracée’’ –, s’exposant, en enfreignant le Code établi par la caste des Elites, à être télédéporté en surface de Terä, privé d’identité bio-numérique, et condamné à errer sur les rivages désolés des deux continents. Rares seraient les revenants.
La bien nommée caste des Elites, dont l’espérance de vie pouvait atteindre cinquante décades, dirigerait donc ses sujets d’une main de fer :
[...En toutes circonstances, la sauvegarde de l’espèce prévaudra sur celle de l’individu.../... Tu détruiras tout humanoïde comme toi-même pour le bien commun.../... La Privation d’Identité bio-numérique, assortie d’un exil à la surface de Terä sera appliquée proportionnellement à toute atteinte au Code dicté par l’Elite.../... Privation et exil définitifs constitueront la peine capitale.../... cette peine pourra être commuée en cristallisation, sur la demande expresse du condamné et pour le bien de la communauté...]

En effet, la peine capitale amènerait souvent les condamnés à demander comme une faveur, la cristallisation par rayonnement ; leur corps désintégré en fines particules fournirait ensuite sur demande, l’ingrédient de base indispensable à la culture de nouvelles enveloppes vitales, sans lesquelles la communauté serait menacée d’extinction.
Il y aurait encore beaucoup à dire... Il nous serait en effet difficile de reconnaître les enfants de nos enfants sans être saisis d’effroi. Hermaphrodites, filiformes, de haute taille, bouche, oreille et nez atrophiés, masqués par l’enveloppe vitale, cette seconde peau assurant désormais toutes les fonctions biologiques et réparatrices ; les yeux comme le crâne se seraient en revanche développés de manière significative – pour ne pas dire démesurée.

Ce monde brossé en quelques lignes, pourrait bien devenir le nôtre – plus tôt que prévu peut-être. Imaginons précisément qu’il le SOIT, où mieux, qu’il AIT déjà existé, et laissons-nous entraîner par cette présupposition – nous n’aurons du reste aucun mal, fascinés que nous sommes par l’idée même de l’avènement du chaos final.

*
∞Ω avait grandi dans cette deux cent cinquantième décade du Capricorne, comme tout humanoïde lambda, à un détail près cependant : présentant dès son plus jeune âge les symptômes d’un comportement étrange, il échappa de justesse aux rayonnements cristallisants préconisés dans ce cas de figure ; remercions son géniteur, qui dans un élan d’humanoïdité, plaida habilement sa cause auprès du Grand Ordonnateur. Contrairement aux humanoïdes de son âge, ∞Ω ne ressentait aucune attirance particulière pour les Mondes Parallèles, ni pour s’instruire, ni même pour communiquer avec ses congénères. Il fonctionnait – pour ainsi dire – à l’envers. Intelligent, il l’était, et même supérieurement. Né parmi la classe des Élites, il aurait même pu fournir un membre de l’ordre des Commandeurs très présentable. Le temps passa, et il survécu. Non sans douleur, certes.
Dès sa dixième décade, se sentant appelé à un destin exceptionnel, il se mit en tête d’informer haut et fort ses contemporains, « qu’une autre voie était encore possible, qu’il était l’∞ et l’Ω, celui par qui tout devait avenir... etc. etc. ». Privé d’identité bio-numérique, il fut condamné à la peine capitale pour ‘’atteinte à la sureté du Système’’. Télédéporté manu-militari à surface de Terä, il ne devrait plus jamais retourner dans les mondes abyssaux...

*
...Le banni ∞Ω avait déjà survécu durant plus de quinze décades sur Terä, mais le temps ne comptait plus pour lui. Au début, il avait atrocement souffert, l’enveloppe vitale s’était lentement putréfiée au contact de l’air ionisé. Son corps s’était à la longue endurci, tassé, épaissi, des poils et des cheveux étaient apparus ; avec l’avancée de la mâchoire inférieure, l’orifice de sa bouche s’était à son tour dilaté pour engloutir la moindre trace de vie, la moindre goutte de rosée sur les pierres. Un monstre voilà ce qu’il était devenu !
Sa raison elle-même s’était altérée ; ainsi tentait-il parfois, émergeant du brouillard tel un fauve, de surprendre d’autres bannis hirsutes et hagards, leur arrachant des cris pitoyables. En bravant cet interdit, il s’exposait et le savait parfaitement, mais ce jeu le fascinait autant que la décharge émotionnelle qu’il lui procurait ; une drogue dure dont il ne pouvait à présent plus se passer.
Pour contenir cette immense frustration, le banni ∞Ω avait, faute de mieux, initié un jeu étrange : sous l’impulsion d’une jambe, il était à présent capable de prendre son envol, atterrir sur l’autre, et enchaîner ainsi ce même mouvement, des centaines, des milliers de fois, brisant de ses pieds nus les vaguelettes agonisantes. S’arrachant les yeux fermés à cette absurde réalité, il se laissait guider par quelque chose d’inconnu, de mystérieux qu’il ne savait nommer, et que nous appellerons : « sensation ».

*
Ce matin-là, alors qu’il se livrait à son exercice favori, une vibration intérieure, aiguë, le projeta comme un pantin désarticulé sur le rivage souillé. Devant lui, à demi enfoncée dans la grève, émergeait la pierre si particulière qui avait provoqué sa chute.
Plutôt un coquillage d’ailleurs, et de taille ! Recouvert de corail et de petits crustacés, mais beaucoup plus régulier que ses prises les plus insolites. Il l’empoigna par sa partie la plus effilée, fut surpris par son faible poids, l’éleva très haut dans l’air bleuté et humide, et le brisa d’un seul coup sur la première pierre venue. Une poussière volatile se déposa sur la roche pourpre, il la palpa prudemment..., du sable ! Du sable blanc, de la poussière d’étoile !

La lourde brume recouvrait toujours Terä, mais pour le banni ∞Ω, l’univers venait de frémir, et quelque chose de capital était en train de se produire pour l’humanoïdité. Quoi ? Il ne le savait pas encore...

«...Mais ça, c’est une autre histoire ».
*
Il faut plus de sept mille ans pour dégrader une bouteille de verre, le sable est gratuit et la mer immense, alors, qu’attendons-nous ?


PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
53

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Serge
Serge · il y a
Merci à vous Zurglub ! pour la suite c'est par ici, attention baissez la tête...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/et-le-germe-fut

·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Original, bravo Serge ! Un bon début de roman !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Un imaginaire fertile dans ce récit d'anticipation très bien maîtrisé, je suis impressionnée par la richesse de vos idées Serge !
·
Image de Serge
Serge · il y a
Un Grand Merci Francine !
S'il vous reste un peu de patience,la suite existe...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/et-le-germe-fut

·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Oui, j'ai vu la suite mais, comme il était un peu tard, je l'ai gardée pour aujourd'hui ! A très bientôt donc !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote.
Je suis aussi en compétition : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
Bravo. Beau voyage.
J'aime. Je vote.
Je suis aussi en compétition : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Beaucoup d'imagination pour ce beau texte ! Mes votes+ 5 ! Je vous invite à partir en “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Excellente fin d'année !

·
Image de Serge
Serge · il y a
Merci de ton retour Ludo !
·
Image de Ludo Laplume
Ludo Laplume · il y a
Entre théorie des Grands Anciens et Anticipation catastrophe, un ton et une structure qui se démarquent des autres nouvelles. Mes votes chaleureux.
·
Image de Serge
Serge · il y a
La suite est disponible sur mon espace SHORT EDITION sous le titre: Et le Germe fut...
·