Un gars qui n’a pas inventé le fil d’eau tiède à couper le gaz !!!

il y a
3 min
32
lectures
5

Auteur de 5 romans au déroulement surprenant dont 4 publiés aux éditions du Net . Les 3 premiers livres content l’extraordinaire saga d’une ouvrière en confection. Dans le 4 et le 5, vous y  [+]

Un coach nommé Latullipe nous délivre des messages pleins de son bon sens bien à lui sur son mur facebook en utilisant comme toiles de fond de jolies images toutes mignonnes censées faire vachement pro, sauf que...
Je cite :
— Ne vous découragez pas, c’est souvent la dernière clef du trousseau qui ouvre la porte.
Ah ben non pas chez moi, c’est la première, à moins que je ne rentre à la maison en état d’ébriété.





Celle-ci est plus tordue:
— Ne limitez jamais vos rêves et votre soif de faire une différence basée sur ce que les autres pensent. N’attendez jamais que quelqu’un vous accorde la permission de vivre pleinement votre vie. Accordez-vous cette permission dès aujourd’hui.
Sans m’attarder sur une coquille que j’ai corrigée, analysons ce slogan en détail. Si j’ai bien compris, je ne dois donc pas limiter mes rêves et ma soif de différencier... Ah non, là ça ne colle pas parce qu’il faut faire une différence basée sur ce que les autres pensent.
Houla, mais c’est mathématique tout ça ! Je reprends, je rêve de faire une différence basée sur ce que les autres pensent... Mais une différence entre quoi et quoi ? Parce que normalement, on fait une différence entre deux choses, il me semble. Eh bien pas chez notre ami, ou alors il s’est emmêlé les pinceaux avec le rêve et la soif. Pour la suite, je ne pense pas qu’il était utile de préciser que vous devez vivre pleinement votre vie, vous n’allez quand même pas vivre celle des autres.Vivre pleinement suffit amplement. Monsieur Latullipe insiste pour que vous vous accordiez une permission. Ça veut dire que vous vous demandez une chose avant et qu’ensuite vous l’autorisez à vous-même.Et cette chose, c’est de vivre pleinement votre vie. Mais, je constate qu’ils logent à plusieurs dans l’esprit de notre ami. Voyez le monologue schizophrénique :
— Je me demanderais bien à moi-même de vivre pleinement ma vie. Encore faut-il que je me demande l’autorisation parce qu’on ne sait jamais, avec mon sale caractère, je serais foutu de me refuser cette faveur. Bon allez, je vais être sympa avec moi car c’est mon jour de bonté. Je m’accorde la permission de vivre pleinement, mais je me préviens, c’est la dernière fois et je n’y reviendrai pas, non mais de fois ! Parce que mine de rien, ça commence comme ça et puis après on ne sait plus où ça s’arrête.





Il n’y a pas à tortiller, Martin a obtenu sa licence dans la même école que Jean Claude Van Damme qui de son côté a eu sa différence basée sur...
Allez, encore une phrase énigmatique avec comme toile de fond la photo d’un bras d’enfant poussant sur l’eau un bateau en papier :
— Recherche toujours la semence des possibilités face à chacune de tes adversités : ça te permettra de progresser en toute humilité.
Comme vous, j’ignore la raison des deux points faisant office de virgule. Vous devez donc chercher la semence des possibilités, moi j’aurais écrit la somme des possibilités, mais Martin en est resté au stade de la semence. Genre, au lieu de donner à manger les légumes cultivés à ses mômes, il leur fait avaler les graines sorties du sachet afin qu’ils se nourrissent de la semence des légumes. Pour lui ça nourrit mieux qu’après une lente croissance.





La dernière, illustrée d’un coffre au trésor et surtout la plus drôle, à mon sens :
— Si les gens passaient autant de temps à s’interroger sur comment faire une différence dans le monde qu’ils s’interrogent sur comment faire davantage d’argent, ils deviendraient riches beaucoup plus facilement.
Pour vous je ne sais pas, mais moi je n’ai rien capté sur le coup. Certainement ce pour quoi je ne serai jamais riche. Je n’ose même pas demander au génialissime coach le sens caché de ce proveton (proverbe & dicton) de peur qu’il ne me propose de chercher la réponse dans une magnifique encyclopédie superbement illustrée en 24 volumes accompagnée des 24 DVD au prix exceptionnel de 8000 €, offre promotionnelle réservée aux nouveaux adeptes de sa nouvelle pensée positive...





Bon allez, une ch’tite analyse de la phrase mystère. Je dois donc passer autant de temps à m’interroger sur comment faire une différence dans le monde que je m’interroge sur comment faire de l’argent !!! M’ouiiiiii, mais encore...
Simplifions ! Comment faire une différence dans le monde dont je m’interroge pour faire de l’argent ? ça s’éclaircit là. Vous voulez la réponse ?
— Si les gens passaient autant de temps à se questionner sur la façon d’obtenir plus d’argent que de chercher à être différent du reste du monde, ils s’enrichiraient plus facilement. Ah mais je comprends mieux, c’est la technique pour éviter le côté cucul de la phrase.
Selon Martin, le secret de la richesse et du bonheur réside dans le fait de s’interroger sur la façon d’obtenir plus d’argent. Au lieu de ça, comme des imbéciles, les plus démunis et les gens de la classe moyenne dont je fais partie perdent bêtement leur temps à s’interroger sur comment faire une différence dans le monde. Qu’est-ce qu’on peut être stupide des fois ! C’est promis, demain j’arrête de m’interroger sur comment faire cette satanée différence et je me mets à m’interroger sur comment faire de l’argent.





Je ne vous explique pas la répartie du bonhomme lors de ses séance de coaching.
— Monsieur Latulippe, ça fonctionne vraiment votre pensée positive ?
— Mon cher, si vous passiez autant de temps à vous interroger sur la différence basée sur ce que les autres pensent, vous ne seriez pas à vous interroger sur comment faire une différence dans le monde !
— ???
— Et vous deviendriez riche plus facilement !
Ah ouais, effectivement ça calme. Que répondre à ça ?

5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Charlie One-Leg

Hermann Sboniek

Le capitaine Charlie One-Leg se tenait sur le gaillard d’arrière de La Boudeuse, un trois-mâts carré naviguant entre Saint-Vincent et Grenade. La main droite posée sur une écoute tandis que... [+]