1
min

Un enfant dans le dos

Image de Bérénice2

Bérénice2

3 lectures

0

Comme je m’étais moquée de lui, il jura qu’il se vengerait. Mais comme il ne faisait jamais ce qu’il disait, je ne pris pas garde à ses paroles.
Cependant, un matin, je croisai sa tante, la fée Sortilège, qui s’arrêta et me fixa avant d’être prise d’un fou rire. Cela me parut de mauvais augure, aussi décidai-je de rester attentive au moindre changement intervenant dans mon quotidien.
Un beau matin, alors que je m’habillais, je me sentis une protubérance dans le dos. Je le regardai dans le miroir, lequel me fit remarquer qu’une excroissance s’était logée entre mes épaules et mon fessier. Je trouvai ce phénomène singulier, mais mes robes cachaient si bien cette bosse que je n’y pensais plus pendant tout un temps.
Puis, un autre matin, je me rendis compte que mon dos s’était vraiment arrondi. Ma mère étant trop occupée, j’en touchai quelques mots à ma marraine, la fée Enchanteresse. Elle demanda à voir la chose de ses propres yeux.
Comme je m’exécutai, ma marraine, poussa un cri. L’air ahuri, elle me posa, alors une drôle de question :
- Sarah, as-tu un amoureux ?
Je ris tellement cette question me parut bête : évidemment, en tant que princesse, j’avais des tas de soupirants ! Alors, elle renchérit :
- Oui, mais... en aurais-tu un en particulier ?
Je répondis tout de go :
- Ma bonne marraine, quand bien même j’en aurais un, en quoi cette affaire pourrait-elle avoir un rapport avec notre problème ?
- C’est que... tu es enceinte, Sarah !
- Mais ma bonne marraine, que me racontez-vous là ? !
- La vérité : ton amoureux t’a fait un bébé... dans le dos...
C’est seulement à ce moment que je compris : le garçon qui n’avait pas apprécié que je le tourne en ridicule, m’avait joué un vilain tour, par l’intermédiaire de sa tante, la fée Sortilège. Il m’avait bien mise en garde : « A la première occasion, Sarah, je te ferai un enfant dans le dos ! ! ! »
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,