Un duo tresse

il y a
1 min
1 248
lectures
571
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quand deux personnalités coexistent et se complètent, la première laissant place à la seconde pour satisfaire son addiction littéraire. Un texte

Lire la suite

Steward repenti par refus de la pollution, j'ai quitté le salariat et me suis réfugié sur un voilier. J'écris pour aider la révolution à advenir car il est plus que temps de se lever contre les  [+]

Image de Hiver 2018

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Je suis deux. Je ne sais pas depuis quand mais je suis deux. Je suis peut-être plus mais je suis deux. Tous les soirs, je me couche raide bourré après avoir éclusé les bouteilles ou les canettes.
Mais le matin, quand j'ouvre les yeux, je vois un homme qui range et nettoie, se lave et se sustente avant de se mettre à sa table d'écriture, je ne peux rien faire. Je suis bloqué en lui et je le vois écrire des niaiseries. Il pérore dans le traitement de texte, élucubrant des inepties, alignant les clichés pléonasmiques. Et boit de l'eau en mangeant du pain.
Impuissant, j'assiste à ce spectacle déplorable, jusqu'à ce qu'il aille faire ses courses.
C'est là que je concentre toutes mes forces pour lui faire empoigner quelques flacons dans les rayons. Ensuite, je me laisse choir et le laisse choisir ses pâtes et son fromage.
Je le regarde rentrer chez lui. Il se mitonne un petit plat revigorant et je me prélasse car je sais qu'il va bientôt ouvrir une bouteille. Ça ne rate jamais, pendant la cuisson il commence à boire un verre, puis deux, et enfin au moment du repas il termine la bouteille pour en ouvrir une autre.
C'est là que je reprends possession de lui. Je laisse les reliefs du dîner et m'assieds à la table d'écriture pour supprimer tous ses mornes mots ternes. Je lèche mentalement la mine du crayon en avalant une goulée et je me mets à taper de toutes mes forces sur le clavier.
Je déblatère mes vers, je bave et tergiverse, je verse dans le salace et vers l'abject crasse.
L'écran noircit d'horreur, du gras et bien salé, des salades ergotées, je tends à m'emporter.
Je suis vil et habile, vif et agile, je vilipende les volubiles et vitupère les vieux débiles.
Le tiède ne me tente pas, fonce tout schuss dans les portes. Je slalome droit aussi bien qu'assis je titube.
Et c'est ainsi que passent mes nuits. Les rasades en rase-motte m'escortent, je tiens le coup au lève-coude, j'écris beaucoup puis je m'écroule.
Demain je le verrai ranger tous ces fichiers, bien les cacher, et ne pourrai rien empêcher.
Car il est deux autant que moi.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quand deux personnalités coexistent et se complètent, la première laissant place à la seconde pour satisfaire son addiction littéraire. Un texte

Lire la suite
571

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !