Un dimanche au zoo

il y a
1 min
226
lectures
29
Qualifié

Je suis né au Québec il y a très, très longtemps. Après des études en navigation et dix ans de bourlingue sur des navires marchands de diverses nationalités, j’ai succombé à un violent coup  [+]

Image de Eté 2016
— Maman, maman, celui-là, la-bas, pourquoi il a pas de poils sur la tête ?
— Demande à papa, il sait toujours tout, lui.
— Papa...
— Oui, j’ai entendu. C’est parce qu’il est très vieux, mon chéri. Tu vois, il est tout courbé et il marche lentement.
— Ils vivent longtemps ?
— Ils peuvent vivre très longtemps quand on les soigne bien. On en a vu qui ont plus de soixante ans.
— Ça alors !
— Tu vois le petit, là, il n’arrive pas encore à marcher sur ses pattes de derrière.
— Il est drôle. Regarde papa, l’autre il le prend dans ses pattes et... Ah, je sais, il le nourrit !
— Bravo ! Oui, c’est sa maman. Ils font comme ça. Tu vois Vixziz, on leur apprend tout de même quelque chose, à l’école.
— Il a dû voir ça à la télé.
— Ce que tu peux être négative, tout de même.
— Ils feraient mieux de leur apprendre à bien se comporter. De mon temps...
— Papa, papa, qu’est-ce qu’ils font les deux, là-bas ?
— Euh... ils... ils dorment je pense.
— Mais non, ils bougent bien trop. Et ils sont tout collés ensemble !
— Eh bien... peut-être qu’ils rêvent. Tiens, regarde plutôt ces deux-là. Essaie de deviner ce qu’ils font.
— Ceux qui se touchent les pattes ? Ben... je sais pas, peut-être qu’ils jouent à quelque chose ?
— Non. Tu vois, quand l’un d’eux prend la patte d’en avant d’un autre et la secoue comme ça, ça veut dire qu’ils se disent bonjour ; comme nous quand on se frotte les antennes.
— Ah, je comprends.
— Il comprend tout ce petit. Tout le portrait de son père !
— Pour les défauts surtout. Tu le flattes trop, il va devenir insupportable. Après c’est moi qui vais devoir gérer ses crises.
— Papa, papa, tu veux m’en acheter un ?
— Tu vois !
— Mais non fiston, on ne peut pas les acheter. Il faut qu’ils restent ici, au zoo, avec leur famille.
— Mais pourquoi ? Les voisins, eux, ils ont un taxzo.
— Ce n’est pas la même chose, les taxzos ils sont gentils. Eux ils sont dangereux, on ne peut pas leur faire confiance. Ils se battent tout le temps entre eux, ils ont tout cassé dans leur monde. Même le gardien il n’ose pas les approcher trop. Et puis ils sont tout le temps en train de faire des choses, euh... enfin, pas propres.
— Des choses comme quoi?
— ... demande à ta mère.
— Maman, maman...
— Viens, on les a assez vu les humains. On va aller voir les singes.

29

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Contrefaçon

Arielle Maidon

Antonio contemplait la bouche pulpeuse de son amante. Dès la première fois, il avait été subjugué par ses lèvres grenat, bombées et fruitées. Certains fantasment sur les pieds ou les yeux... [+]