1
min

Un désir insatiable

125 lectures

3

Qualifié

Juste une larme, un soupir, tu t'abandonnes.
Il t'a envoûté. Sous son charme éphémère, se cache une réalité funeste.
Tu ne peux l'oublier, il te suit, il te connaît. Il te sait tantôt fragile, rieuse, mélancolique, douteuse.
Ses attraits sont si faciles, si accessibles. Son odeur, lorsqu'il se pose sur tes lèvres, t’apporte tellement de plaisir, mais te tourmente.
Sous sa volupté, tu commences à déceler toutes ses facettes, il est en train de te ronger.
Tu ne sais plus comment cette histoire a commencé, tu es dépassée, déroutée, pieds et poings liés.
Tu résistes,hésites et succombes. Enlacée, tu te sens libérée mais pour autant condamnée.
Indéniablement, tu es entourée, mais tu te sens délaissée.
Incomprise, on te méprise, on t'accuses. Tu te blâmes, une envie de crier te remplit, un trop plein d'émotions qui te submerge.
Un cercle infernal qui ne fait que se répéter. Va tu sortir, parvenir à quitter cette condition qui t'accable ? Telle une porte sans issue, tu as été prise au piège.
Comment être pardonnée, supporter ces instants si compliqués ?
Il te rappelle chaque jour qui tu es, mais la vie est courte, il va t'empoisonner.
Doucement, perfidement, jusqu'à ce que ta solitude et ta vulnérabilité viennent à bout de ton existence. On essaye de t'aider, de te faire percevoir, comprendre, tu ne sais pas, ne sais plus, ne veut pas voir, est perdue.
Il t'amuse, tu rentres dans la ronde, ris, danses, tournes et tournes encore jusqu'à ce qu'il te dégoûte, te donne des vertiges, te fasse perdre le sourire ; qui s'évanouit et s'éteint peu à peu.
Après l'amusement vient le désenchantement. Ton allure, les plaisirs qui étaient les tiens ne t'intéressent plus. Pour qui, pour quoi, les causes, les raisons disparaissent et ce verre, qui t'es si cher, te laisse seule face à toi même .
Une lente descente, tes jours ressemblent aux nuits, tu perds le sommeil, tu perds goût à la vie.
Tu bois pour oublier la condition qui était tienne, mais qui s'évade à chaque gorgée. Comme un désir insatiable que tu ne peux combler, tu perd la notion du temps, la notion d'aimer.
Tu avais dit que c'était le dernier, mais ne parviens pas à arrêter. Tu te caches, tu nies, mais tu réalises que bientôt l'alcool sera ton seul ami.

PRIX

Image de Hiver 2013
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,