3
min

Un dernier gros coup pour un homme depuis deux ans en cavale

Image de Boelsouleymane

Boelsouleymane

3 lectures

0

Résumé du livre: « l’estomac des favélas »
Un dernier gros coup pour un homme depuis deux ans en cavale ayant réussi à s’évader avec la complicité d’un chauffeur d’une blanchisserie était pour Fernand l’occasion rêvée de refaire sa vie.
Tous était déjà prêt pour partir:
Les faux papiers, la destination il ne restait plus qu’à passer l’action et agir au plus vite.
Et cela n’allait pas tarder....
Après un braquage express et minutieusement préparé d’une vente aux enchères privées de la vente d’une succession. Il réussit à rafler la somme de 200 000 euros.
Deux jours plus tard il se retrouve à Rio avec la complicité de sa petite amie hôtesse de l’air d’une compagnie brésilienne.
Après lui avoir remis l’argent aveuglément avant de partir au Brésil comptant sur elle pour passer les contrôles aéroportuaires dans l’hypothèse où il pourrait être arrêté et devoir retourner en prison.
Seulement le soir après être arrivé à Rio sa petite demeure absente au point de rendez-vous qu’ils se sont fixé et sa ligne téléphonique ne fonctionne plus.
Seul à errer dans Rio.
Heureusement que les gamins des favélas de Rocinha sont là pour lui donner un coup de mains avec leurs plan B, pour un homme qui n’ a plus que le souvenir d’une fortune qu’il n’espère ne plus jamais revoir.

________________________________________________________________________________

Les plus grandes douleurs sont souvent muettes et raisonnent en nous par des rythmes désagréablement répétitifs comme le refrain d’un air de musique dont on n’oublie jamais la mélodie.
Marco Rossi c’est sous ce nom d’emprunt
qu’il a vécu durant ses deux années de cavale effrénée alors qu’il était recherché pour meurtre et évasion d’une prison centrale pour des détenus condamnés à des longues peines .
Mais Qui a donc t-il tué ?:
L’assassin de son frère dont il y a encore trois ans en arrière il ignorait totalement son existence.
D’où s’est il évadé ?
La prison de Réau une centrale située en Seine-et-Marne réservé aux prisonniers les plus dangereux.
Six mois après son incarcération il a réussi à monter à
bord d’un camion de livraison dans lequel il est parvenu à s’introduire
au sein de cette centrale où il y travaillait comme cariste.
Après avoir attendu le moment opportun Il a profité d’une livraison pour s’introduire dans un camion et se barrer rejoindre la planque d’un certain: « Bobby le yougoslave »
un trafiquant d’armes souriant et respirant la joie de vivre même en quatre murs qu’il a pu rencontré au placard.
Ses manières. l’amusait parce qu’un yougoslave qui essaye de parler en prenant l’accent américain ça se remarque comme une liasse de billets de cent euros tombé par terre.
Un farfelu qui en promenade n’avait que deux sujets de conversation:
« les voitures et les armes »
Trois mois après sa sortie Bobby le yougoslave qui avait été libéré après avoir effectué une peine de six s’est occupé de s’est faux papier.
Et Un ans et demie après être sortie Marco a fait la connaissance d’une hôtesse de l’air en partant chercher Bobby à l’aéroport.
Une hôtesse devant prendre un vol pour Rio qui laisse tomber sa valise roulante dans un Escalator.
un homme en cavale qui va chercher un caïd revenant de Yougoslavie après les funérailles de sa grand-mère.
Une rencontre, un coup de foudre comme il y en a dans les films.
Un mois plus tard après un braquage express d’une vente aux enchères où il réussit à prendre deux cents milles euros par le biais de son travail elle est d’accord pour ramener l’argent son grand frère est bien placé aux services des douanes de l’aéroport.
Seulement le jour du rendez-vous qu’il avait fixé avec elle dans un bar à l’entrée d’une favela de Rocinha pour qu’il l’a retrouve.
Rien ne c’est passé comme prévu.
Encore aujourd’hui il n’a rien oublié en embarquant l’avion qu’il prit eut trois heures de retard mais une fois dedans il était juste un peu tendu mais pas plus que cela.
Depuis son enfance vue de la terre les nuages lui semblaient compacts comme des gros matelas sur lesquels il rêvait de dormir pour être encore plus prêt des étoiles.
Après un embarquement dans un avion direction Rio Marco regarda par le hublot de sa fenêtre les ailes de l’avion traversé les nuages .
A cet instant il se remémora avec une certaine nostalgie la naïveté du monde imaginaire de son enfance où Il rêvait qu’il pouvait s’allonger dessus.
En venant à Rio Marco s’attendait à récupérer le fric de son braquo et profiter du soleil avec Olivia almeida l’hôtesse de l’air hyper fraîche qui lui avait promis de devenir sa femme.
Mais sûrement pas de se retrouver coincé sans argent au Brésil dans une des plus grandes plus grandes favélas devant faire face à une violence endémique.

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,