1
min

Un débordement de cristal

Image de Fracas.de.mots

Fracas.de.mots

3 lectures

0

le plafond dans mes cheveux et mes yeux verts se dessinant dans le paysage. le cristal qui nourrit, il nourrissait mes iris
ça me berçait, ça me faisait tomber, je virevoltais ou bien je trébuchais. je jonchais le sol. je me trouvais à l'orée du sol, je voyais le sol dans ses moindres détails, j'aurais pu le détailler. vrille du coeur, tremblante je me renverse de l'autre côté et j'y vois le sol à l'envers. on m'a dit qu'on appelait cela le plafond alors voila j'observais le plafond, mes pupilles laissant la lumière passer, elles me permettaient de garder l'espoir, les pupilles qui me permettaient d'ouvrir les yeux sur la lueur éclairant le bout du tunnel. alors le plafond était blanc.
pour moi le plafond était blanc à la lumière et gris à la noirceur, presque noir, pour moi la pluie c'est beau, comme la musique à travers les larmes, la musique on m'a dit que c'était joli. je sentais la musique à travers mes membres frôlant le plancher froid. je confondais les larmes avec la pluie, et la pluie avec de l'eau de cristal. mes cheveux s'étalaient de tout leur long sur le marbre, mes cheveux bleus face au plafond blanc. c'est coloré, mais c'est terne dans la noirceur, il pleut quand les nuages sont gris, mes iris sont vertes, c'est coloré aussi comme la verdure, une foret de mystère dans mes yeux. dans ma petite cervelle je m'imagine les nuages blancs dans le ciel bleu, et puis des arbres verts se dressant dans le paysage. le plafond blancs dans mes cheveux bleus et mes yeux verts se dessinant dans cette scène absurde, du cristal qui nourrit, il nourrit mes iris. cette scène dans laquelle je suis au sol toisant le sol inversé appelé aussi plafond. c'est ainsi que je m'inventais la provenance des larmes, un débordement de cristal
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,