Un cheval sur la langue

il y a
3 min
190
lectures
38
Qualifié

Iséroise d'adoption, j'ai voulu me rapprocher de la montagne qui reste encore pour moi un espace de liberté, de vie sauvage à apprivoiser. La poésie s'en rapproche, un territoire à explore  [+]

Image de 2017
Image de Très très courts
À l'ouest de City Town, le soleil se lève paisiblement dans la tribu pacifiée du valeureux chef Sioux Arc-en-ciel sous la calebasse. Depuis de nombreuses années, il a signé le traité de paix qui autorise les colons à s'installer sur une des parcelles du vaste territoire des Grandes Plaines.

Mais aujourd'hui, un brouillard épais s'est établi sous la coiffe de l'inébranlable Sioux. Sa fille, Pensée de bois dur, doit épouser dans vingt-et-une lunes le chef de la tribu des montagnes rocheuses. Mais la jeune indienne veut voir du pays : « Avant le Pow Wow, je veux découvrir les coutumes des Visages Pâles et revenir avec la connaissance des deux mondes ! C'est ça ou Arc-en-ciel sous la calebasse entendra les tambours de ma colère résonner sous son scalp, jusqu'à son dernier crépuscule ! »

Dans sa grande sagesse, le chef, dont la bravoure n'a d'égal l'extrême sensibilité des orifices auditifs, accepte la demande de sa fille. À une condition : qu'elle soit accompagnée par Lucky Luke, le seul blanc digne d'une totale confiance.

À trente et un nuages de fumée plus loin à l'ouest, un cowboy solitaire traverse le plateau du Colorado en se laissant guider par les courbes des vagues rocheuses aux incandescences pourpres d'un jour qui décline et refuse de s'éteindre balayant d'un revers de manche les timides étoiles effarouchées par ce crépuscule sans fin qui oscille interminablement entre chien et loup. Bref, reprenons notre souffle et le cours de notre histoire : alors qu'il s'arrête pour bivouaquer, un Indien déboule à cheval et lui demande de le suivre pour escorter la fille d'Arc-en-ciel sous la calebasse à City Town le lendemain. Le cavalier accepte sans hésitation : la paix s'est toujours nourrie de l'échange.

Après une nuit de cavale, notre héros arrive au campement, prend les instructions du grand chef et part avec sa fille. Arrivé en ville, il fait une première halte à l'école :

— Qu'apprennent-ils ?
— Le latin, c'est une langue morte.
— Les papooses parlent donc aux esprits ?
— Non, non, c'est pour leur ouvrir l'esprit.
— Et lui, pourquoi il est puni ?
— Il a fait du mauvais esprit.

L'esprit un tantinet embrumé, Pensée de bois dur demande à voir le saloon. Une musique entraînante provient de l'établissement où a lieu la répétition du spectacle « Paris un jour, Paris toujours ». Lucky Luke commande deux limonades glacées tandis que son invitée regarde la scène, dubitative :

— Que font ces femmes avec toutes ces plumes ?
— Ce sont des poules, elles se mettent à poil pour le show.
— Et cet homme qui sort couvert de goudron et de plumes ?
— C'est un chacal, il a essayé de plumer les autres joueurs.
— Et celui-ci vêtu de noir au visage sombre ?
— C'est un vautour, traitez avec lui, vous y laisserez des plumes !

« Elle n'est pas prête de voler de ses propres ailes », pensa alors Lucky Luke en observant la mine défaite de la jeune femme. À la table d'à côté, deux hommes écoutent furtivement la conversation. L'un chuchote à l'autre :

— Tu as entendu, l'Indienne est la fille du chef de la tribu pacifiée !
— Kidnappons la squaw et demandons une rançon au gouverneur du comté, il ne pourra pas refuser : les Sioux entreront en guerre si la fille du chef est prisonnière !
— Oui, mais agissons ce soir quand Lucky Luke sera endormi.

La nuit tombée, alors que notre héros ronfle comme un ours, deux silhouettes se faufilent par la fenêtre laissée ouverte de la chambre d'hôtel où dort Pensée de bois dur. Elle n'a pas le temps de se débattre qu'elle est déjà ligotée, bâillonnée et entraînée vers la forêt par les bandits filant à cheval.

Mais la fuite des deux acolytes n'est pas passée inaperçue pour Jolly Jumper que le bruit des sabots a réveillé. Il se met à hennir tant et tant qu'il réussit à sortir son maître de son sommeil de plomb. Notre héros reste abasourdi en constatant la disparition de sa protégée. « Il a pris du plomb dans l'aile », se dit Jolly.

Enfin le cowboy reprend ses esprits et saute sur sa monture qui part au triple galop. La lune est pleine et les traces visibles jusqu'à l'orée du bois. Mais les feuillages deviennent trop denses, les empreintes se perdent dans l'obscurité.

« On ne peut pas les laisser filer ! Si on attend le jour pour les pister, ils seront déjà trop loin ! » se dit Lucky Luke à voix haute. C'est alors que Jolly se met à bramer... Un brame en écho se fait entendre dans les fourrés qui conduit cheval et cavalier au bord d'une rivière. « Ils ont déjà traversé le Rio Verde, il faut absolument les rattraper » s'exclame notre héros. Jolly se met alors à coasser... Un coassement en écho se fait entendre sous les ajoncs, et la course reprend de plus belle. D'ululements en grincements, de gloussements en glapissements, le duo poursuit les truands.

C'est au chant du coq qu'ils aperçoivent enfin les chevaux des bandits devant une vieille bicoque. « Coucourou ! » roucoule Jolly. Les deux hommes affamés sortent tirer le pigeon : ils n'ont pas le temps de dégainer que Lucky Luke les a déjà désarmés. « On est fait comme des rats » siffle le malfrat.

Les bandits maîtrisés, notre héros délie les liens de la jeune squaw :
— Comment m'avez vous retrouvée ?
— Jolly Jumper a le don des langues, les animaux nous ont guidés jusqu'ici.
— Alors il faudra faire une fête pour cheval habité par le Grand Esprit !
— Qu'en penses-tu Jolly ? demande Lucky à son cheval rougissant.
Jolly Jumper, qui n'a habituellement pas la langue dans sa poche, reste bouche bée.
— Face aux sans foi ni loi, je fais feu de tout bois, mais je reste sans voix devant la beauté de Pensée de bois dur, traduit le cowboy.
« Tu ne peux pas tenir ta langue », fulmine Jolly rouge pivoine alors que la belle indienne lui caresse l'échine, puis se tourne vers Lucky pour l'embrasser !
Le cheval hilare fredonne à l'oreille de son cavalier écarlate :
« Les esprits s'échauffent quand les langues s'emmêlent et se réchauffent aux langues qui se mêlent, c'est un langage universel...

38

Un petit mot pour l'auteur ? 64 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Skimo
Skimo · il y a
Bel exemple d'un humour débridé. Ce qui aurait plu à Jolly Jumper.
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Jolly Jumper me surprendra toujours.
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Wah, c'est très finement écrit, humoristique et très inventif (dialogues savoureux en particulier) à l'intérieur d'une histoire que n'aurait pas renié la BD. Un des 3 meilleurs que j'ai lus ds le concours Lucky Luke. Dommage de ne pas pouvoir voter plusieurs fois et que le classement ne reflète pas cette qualité.
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Weesos pour vos encouragements !
Image de J.M Capu
J.M Capu · il y a
Ah enfin un début de vie amoureuse pour Lucky Luke ...
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
peut-être...
Image de Atoneis XS
Atoneis XS · il y a
Sympa ta nouvelle. J'ai bien aimé. Plein de bonne humeur pour mon café du matin.
Je ne peux que passer une bonne journée : merci à Toi petite Chérie !

Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci pour le commentaire Atoneis XS mais vous devez vous tromper de Céline, il y a plusieurs auteures qui portent ce pseudo
Image de Mélany Boivin
Mélany Boivin · il y a
J'ai bien aimée. Bravo pour l'idée original du don des langues de Jolly Jumper ainsi que pour les jeux de mot de la fin, un vrai régal ! Mon vote ! Je vous invite à venir voir à votre tour ma propre histoire sur ce cow-boy légendaire: Les Dalton sont de retour.
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Mélany pour vos encouragements !
Image de Mosfran
Mosfran · il y a
Très bonne histoire.
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Mosfran !
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Très réussi.Drôle, bien écrit. Un moment de lecture très agréable :-) +1
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Patrick !
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Original et plein d'humour.
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Virgo34 !
Image de Adonis
Adonis · il y a
J ' aime beaucoup. .
Image de Céline Dormoy
Céline Dormoy · il y a
Merci Adonis !