1292 lectures

746

FINALISTE
Sélection Public

La première fois que je la vis, elle riait aux éclats, assise sur un fauteuil rouge.
La représentation venait de s’achever sur le Magnificat en ré majeur de Jean Sébastien Bach. Un groupe de personnes en tenue de soirée rassemblées autour d’elle, écoutait les conseils qu’elle semblait prodiguer. Sa chevelure blonde ondoyante dévalait en cascade sur une longue robe bleu marine ceinturée de lamé. Deux escarpins dorés laissaient entrevoir leurs pointes immobiles. Quand elle parlait, ses boucles d’oreilles scintillantes suivaient les mouvements de sa tête accrochant au passage quelques mèches rebelles. Des yeux noirs et vifs et un sourire bienveillant accueillaient les questions.
Un ange descendu du ciel ! Toute auréolée de sa grâce et de son mystère.
Je ne croyais pas si bien dire. On l’appelait Gaby par-ci, Gaby par-là. De son véritable prénom Gabrielle. Ignorant encore de nos jours le sexe des anges, je pris ce hasard comme un signe du ciel, me prénommant moi-même Michel. Gabriel est le saint patron de tous les artistes qui souhaitent exprimer leur créativité, Michel symbolise la force de l’amour sur la peur, je devais faire sa connaissance au plus tôt. Lui parler, ne pas la laisser s’échapper. Rien ne semblait la pousser à se volatiliser. Installée elle était, installée elle demeurait.
J’ai emménagé dans cette ville fin août et désireux de reprendre mes loisirs au plus vite, j’ai contacté la mairie. On m’a informé d’un concert avec une chorale au théâtre Beaulieu, en attendant l’ouverture des inscriptions dans les différentes associations.
La musique est ma passion, plus particulièrement le chant. Tous les matins au saut du lit, je réveille ma voix, la travaille en vocalisant dans toutes les pièces. L’appartement résonne des sons ma me mi mo mu en gamme ascendante ou descendante. Une petite tape au passage sur le La du piano. Je repars de plus belle. Les voisins ne sont plus mes amis, je les croise en baissant la tête. Apparemment l’isolation phonique n’est pas parfaite.
Je suis un régime très strict pour conserver ma voix en état. Je ne fume plus, je ne prends pas d’excitants, ni de mets acides, j’abuse parfois du pot de miel. Je dors bien, une écharpe enveloppe mon cou en permanence. Il y a tout juste un an j’ai été victime d’une hémorragie. Cette maudite cigarette a malmené mon larynx, et les cordes vocales n’ont plus résisté aux contraintes mécaniques imposées par les nombreuses répétitions.
Après une batterie d’examens qui me laissaient dans l’angoisse à chaque fois, on m’a diagnostiqué des polypes. Opération chirurgicale délicate. Reprise d’activité au bout de trois mois. Une éternité ! Au prix d’une très grande vigilance et d’une dépression. J’ai cru ne jamais pouvoir rechanter.

La seconde fois que je la vis, ce fut lors de mon admission chez les Lyricum.
J’ai fait connaissance du groupe. Une ambiance studieuse ponctuée de rires y règne. Enfin le grand jour est arrivé me voici parmi eux. C’est alors qu’un homme, je le déteste déjà, franchit le seuil poussant un fauteuil roulant sur lequel trône Gaby. J’oublie de respirer, ce qui vous en conviendrez, pour un chanteur est une aporie. C’est elle, mon apparition, la Cheffe de chœur. Gaby !

* * *


J’aurai enfin une bonne raison de l’aborder. Tel l’ado boutonneux, mes circonvolutions pour me rapprocher paraîtront moins pitoyables. Effectivement, elle tient à rencontrer les nouveaux inscrits en tête à tête. Je reste donc après la répétition, reléguant son garde du corps au rang d’anonyme.
Bien décidé à camoufler mon mal être et mon pessimisme depuis mon accident, je fanfaronne, je dirai même que je fais le paon devant elle. Je joue à l’homme fort et courageux. De par sa formation artistique, elle doit avoir un sixième sens, un don. Elle perçoit très vite la mélancolie derrière ma performance d’acteur. Je m’épanche, je me confie comme jamais, à la seule personne à qui je voulais faire bonne impression. La seule personne ici présente, qui a sûrement plus de raison d’en vouloir à la vie. De temps en temps, ses yeux étincelants, se tournent vers la fenêtre, elle écoute plus profondément mon âme en détresse. Jamais elle ne m’interrompt pour me dire secoue-toi, remue-toi. Je suis surpris de tant d’humanité, de compassion, d’oubli de soi.
À son tour elle raconte.
Pour ses 15 ans ses parents l’avaient emmenée avec son frère, visiter le quartier Latin, la Sainte Chapelle. Elle faisait alors de brillantes études de musique au conservatoire tout en continuant le lycée. Lorsque une bombe explosa dans un train de la ligne du RER B dans la gare St Michel / Notre Dame.
Ce jour-là, elle perdit son père, son petit frère, une moitié de son audition et de son corps.
Souffrances. Douleurs. Quotidien d’horreur. Se reconstruire. La tête, le corps, le cœur en vrac, clouée dans son fauteuil. Définitivement.
Gabrielle dévora tous les bouquins traitant du syndrome post-traumatique. L’auteur qui retint particulièrement son attention avec Sauve-toi la vie t’appelle et Un merveilleux malheur fut Boris Cyrulnik. Assista à l’une de ses conférences, eut le privilège de lui parler. En ressortit transformée. Le terme de résilience allait revêtir une importance capitale dans sa vie.
La musique l’a sauvée. Elle poursuivit brillamment sa formation, obtint son diplôme. Fut engagée par l’orchestre puis créa son propre ensemble vocal. Depuis, Les Lyricum ont gagné en notoriété et sont appelés à faire de nombreuses représentations à travers la France.
Radieuse, Gaby l’est à toute heure. C’est sa force intérieure. Son bonheur de vivre chacun le perçoit. Plus habile encore, elle l’insuffle à ses proches.
Quelle force ! Quelle bienveillance ! Je suis muet d’admiration devant elle. Fou amoureux même.
Je n’oublierai jamais notre rencontre. Un ange a adouci ma peine. Un ange est passé.
Mais n’est-ce pas le rôle des anges ou des archanges de veiller sur les humains, de les aider, de les guider ? Gabrielle pourra proclamer : mission accomplie.

PRIX

Image de Printemps 2019
746

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Comment dessiner un arc entre les anges. Quand nos problèmes paraissent soudain mineurs, on va déjà mieux.
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Jean-Claude, si vs voulez une autre facette du monde, plus noire, je vs invite à lire Douce Afrique (finale terminée je vs rassure)...
·
Image de Thara
Thara · il y a
Bonne chance et belle finale...
+ 5 voix !

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci encore Thara
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Très belle finale à vous Marie Françoise !
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci infiniment Claire ! Si vs avez encore 4’ je vs invite à lire Douce Afrique également en finale...
·
Image de LUBERON
LUBERON · il y a
Histoire bien menée
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
C’est gentil LUBERON
·
Image de Monique
Monique · il y a
Texte très bien écrit et émouvant . Bravo. Monique
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Monique je suis heureuse de t’émouvoir 😉😉😉
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Daënor pour votre lecture attentive, il semblerait que le site a omis de comptabiliser vos voix.... de plus si vs avez 4’ de plus Douce Afrique est également en finale.....
·
Image de Daënor
Daënor · il y a
Bonjour Marie-Françoise.
Un joli texte plein d'espoir, de résilience et, il faut bien le dire, de chance !
J'apprécie les détails portés aux personnages, et notamment à leurs prénoms, qui, je trouve, rend le texte plus profond.
Une petite question tout de même : vous indiquez très clairement que Michel déteste déjà l'homme qui pousse le fauteuil de la belle chanteuse. Pourquoi ? Je trouve que l'accentuation et la violence du propos contraste radicalement avec le reste.
Mes salutations,

·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
Il faudrait croire en son étoile. La vie est plus forte que tout si on la laisse pas tomber. L'art est le parchemin sous lequel se niche la voie de la sagesse.
Belle histoire merveilleusement conçue. Bravo! +5 minimum! Je vous invite à lire Bonheur arc-en-ciel et bonne soirée de Maurice.

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Manodge de Maurice (où j’ai vécu 3 ans à Vacoas) s’il vs reste 4’ Douce Afrique est également en finale.... je cours vers le bonheur arc-en-ciel....
·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
Non!!!
Quelle coïncidence !
C'est fou!

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Mes votes à nouveau Marie-Françoise
Bonne finale !

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci infiniment Isabelle si vs avez encore 4’ Douce Afrique est également en finale....
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Mon soutien renouvelé !
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci encore Daniel !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

« Elle prit un grand couteau de cuisine et découpa dans la pâte un magnifique lapin brun* » C’est le seul moyen qu’elle a trouvé pour se calmer quand elle est dans cet état. ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Lundi, 8h37 Elle reste prostrée devant les rames qui surgissent bondées. Elle passe son tour, peu pressée de se coller à des corps étrangers.À la station suivante, un pur produit de la ...