3
min

Un amour de parapluie

Image de Marie No

Marie No

3261 lectures

240

Finaliste
Sélection Public

Nous sortions du Jardin du Luxembourg quand il s'est mis à pleuvoir. Le matin avant de quitter mon chez-moi, j'avais bien vu des nuages noirs menacer Paris, d'où l'idée de prendre avec moi mon parapluie pliant vieux de dix ans. Ni une, ni deux, je l'ai sorti de mon sac. Malheur ! Il était tout cassé : au moment où je l'ai ouvert, les baleines ont fait « ding » et « zong » dans tous les sens. Heureusement, la pluie n'était que très fine. D'un mouvement d'épaules et un regard navré, j'ai exprimé à mon ami Cyril que j'étais désolée. Il m'a répondu en levant les paumes vers le ciel. Traduction : « pas grave ». Cela faisait déjà trois heures que nous avions arrêté de parler, la communication par simples gestes nous ayant toujours amusés. Pourtant, ce que je m'apprêtais à faire allait carrément le faire crier. En passant devant une poubelle, j'allais jeter le parapluie quand il m'a arrêtée :
— Hé ! Stop ! Qu'est-ce que tu fais ?
— Ben, je m'en débarrasse. Il est fichu.
— Mais voyons, rien n'est fichu tant qu'on n'a pas essayé de réparer ! Ah là là, satanée société de consommation, quand je pense...
Fin du silence, je le voyais déjà parti pour argumenter tout l'après-midi, lancé dans ce qui est un de ses sujets favoris. Mais non, je me trompais. Tout à coup, il a fait :
— Suis-moi. Je connais un endroit : un atelier de réparation de parapluies. Le meilleur de Paris, de France ! Et le seul aussi...
— Mais Cyril, c'est inutile. Ce n'est qu'un petit parapluie qui ne vaut rien. Autant en acheter un autre.
— Taratata ! Pas de gâchis ! Et puis, un objet qui te suit depuis tant de temps a forcément un peu de valeur, non ? Tu dois avoir plein de souvenirs avec lui.
— Des souvenirs avec un parapluie ?
Tandis que nous descendions dans le métro, j'examinais le visage de mon ami. Il avait l'air sérieux. Alors, je me suis mise à réfléchir. C'est vrai que j'en avais vécu des choses avec ce parapluie : il m'avait protégée de l'averse devant le mur où étaient affichés les résultats du bac, il m'avait accompagnée dans ma recherche d'un premier appartement en banlieue parisienne – il n'avait cessé de pleuvoir ce mois-là –, je l'avais oublié et retrouvé dans mon café préféré, il était même souvent venu avec moi au cinéma.
Mais était-ce si important ?
Quelques mètres après la station de métro, Cyril m'a fait passer par une jolie porte bleue surmontée de l'inscription « Passage de l'Ancre ». Charmant passage en vérité ! Pas très long, pas très large, il est comme une parenthèse de calme et de verdure entre les grandes rues. Des plantes de toutes les tailles bordent des devantures de toutes les couleurs. Parmi elles, il y a celle de l'atelier de réparation de parapluies.
Au moment où nous allions entrer, mon téléphone s'est mis à sonner.
— C'est le boulot, je dois répondre.
Cyril m'a fait signe qu'il s'occupait de tout avant de passer la porte. Tout en parlant au téléphone, je me suis assise sur le banc près de la boutique.
Après avoir raccroché, j'ai vu un homme s'avancer vers l'atelier, tout en sueur et à l'air très inquiet. À tel point que je me suis levée pour lui proposer mon aide.
— Vous vous sentez bien, Monsieur ?
— Oui, merci Mademoiselle. C'est mon parapluie, il est cassé, m'a-t-il en me montrant l'objet. C'est que j'y tiens beaucoup. Il me vient de ma grand-mère. J'espère qu'il est réparable...
Voir cet homme si concerné par la santé de son parapluie m'a fait me rasseoir sur le banc, songeuse. Et depuis, je suis toujours en pleine réflexion.

D'où est-ce qu'il me vient, déjà, ce parapluie ? Seulement d'un bazar près du lycée où j'allais. Il n'avait pas dû me coûter plus de cinq euros...
De quoi pourrait-il être le grand souvenir ?
Tiens, la pluie s'est arrêtée. C'est dommage. J'aurais bien aimé m'abriter sous le parapluie réparé aux côtés de Cyril. Ça m'aurait donné une excuse pour me tenir tout près de lui... S'il savait ça ! Enfin, il faudrait qu'il sache... Après toutes ces années d'amitié, je devrais lui dire à quel point il me plaît, même quand il parle durant des heures de surconsommation, d'obsolescence programmée et de tous les autres trucs qui font que le monde ne tourne pas rond. Au fond, il a raison. Et je l'admire pour ses idées et le cœur qu'il met à les défendre. Je pourrais garder ce parapluie qu'il a sauvé en son honneur. Ou alors... Oui, il pourrait aussi être le symbole d'un grand jour si aujourd'hui, enfin, j'osais. Cela fait si longtemps que j'aimerais avouer mes sentiments à Cyril. J'attends depuis le bon moment. Mais aucun moment n'est meilleur que le moment présent.
Quand il sortira et qu'il me rendra mon parapluie, ce sera le moment. Et même s'il ne m'a coûté que cinq euros et qu'il n'est pas terrible, je garderai et chérirai cet objet pour toujours en souvenir de ce jour – sauf si Cyril s'enfuit mais quelques indices me permettent de croire que cela devrait bien se passer...
Ça y est ! Il sort.
— Mauvaise nouvelle, ma chère. Ton parapluie est irréparable.
— Quoi ? Mais c'est terrible !
— À ce point ? Tu as dit qu'il ne valait rien, qu'il était fichu.
— Rien n'est jamais fichu, c'est toi-même qui l'a dit.
Il sourit.
— Et j'avais raison ! Je te fais marcher : ton petit malade sera sauvé. Les commandes étant nombreuses, il y aura quelques semaines d'attente. Tu pourras tenir jusque là ?
Pour le parapluie, oui. Pour ce que j'ai à dire à Cyril, non. Il est temps de me jeter à l'eau.

PRIX

Image de Hiver 2017
240

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de MCV
MCV · il y a
Un p'tit coin parapluie, et un atelier de réparation, en plus. C'est un petit coin d'paradis...
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Émouvant et très charmant votre texte bien écrit bravo.

Si le cœur vous en dit, venez découvrir et soutenir mon poème ''je tresse l'odeur'' merci.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

Image de Kiki
Kiki · il y a
En effet on vit dans une société de consommation dans laquelle il faut lutter;.... Ce joli parapluie va pouvoir avoir une nouvelle vie; Max je connais le jeu du parapluie qui est souvent joué lors des mariages.
BRavo j'ai aimé je vous le fait savoir. J'irais lire vos autres textes.
A l'occasion si vous avez un moment pouvez vous aller découvrir le poème sur les cuves de Sassenage. Je suis là pour vous accueillir et vous guider dans la visite de cette cavité magique et enchanteresse. MERCI d'avance

Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
C'est beau comme du Brassens !
Image de Max Delvo
Max Delvo · il y a
Connaissez-vous, le jeu du parapluie? Un parapluie, une lampe-torche, un couple amoureux,on éteint les lumières et on joue ' When a man loves a woman!.Pendant que les amoureux danses on projette des serpentins pardessus la parapluie, et.... ils se sont marié.
Image de Marie No
Marie No · il y a
Je ne connaissais pas du tout, merci pour cette découverte du jeu du parapluie, il a l'air vraiment charmant :-)
Image de Max Delvo
Max Delvo · il y a
Oui, Marie No, je suis musicien je vous assure que l'effet que cela produit sur l'assistance est absolument inoubliable. ! Bonne soirée merci ce cette correspondance !
Image de Becky
Becky · il y a
Trop mignon !!!
Image de Marie No
Marie No · il y a
Merci beaucoup Becky :-)
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Ouvrir son cœur semble plus difficile qu'ouvrir un parapluie. Belle histoire. je vote.
Image de Marie No
Marie No · il y a
En effet, même sans être rouillé ou cassé, le cœur est plus timide. Je vous remercie pour votre lecture et votre joli compliment.
Image de Yann Suerte
Yann Suerte · il y a
Charmant..Superbe texte. Si le coeur vous en dit, laissez-vous errer dans mon poème l' Atelier...
Image de Marie No
Marie No · il y a
Merci de votre visite, j'ai beaucoup aimé L'Atelier, c'est un très joli poème.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Forcément "un p'tit coin d'parapluie contre un coin d'paradis" s'impose à l'esprit :)
Image de Marie No
Marie No · il y a
Une jolie association d'idées :-) Merci beaucoup de votre visite Volsi.
Image de Clarajuliette
Clarajuliette · il y a
RIEN QUE POUR LE lUXEMBOURG QUE J'ADORE- MERCI
Image de Marie No
Marie No · il y a
Merci à vous de votre visite Clarajuliette.

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Tous les ans, dès l’automne, avant même que les rues ne se parent de leurs décorations clignotantes et kitsch, j'ai des envies de rouge et or et je me dis que, pour une fois, je vais organiser un...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

On dénombre dix fois plus d'étoiles dans l'univers que de grains de sable sur toute la terre. Cette information devrait nous faire réfléchir sur notre modeste existence. Mais l’œuvre d'art que ...