Un amour de cinéma

il y a
1 min
241
lectures
19
Finaliste
Jury

Depuis toujours, l'écriture est au centre de mes journées. Que ce soit en écrivant des biographies de particuliers, en collaborant avec des entreprises ou en participant à des concours de  [+]

Image de 2014

Thème

Image de À rougir de lire
Suite à ma séparation, je désirais m’ouvrir à de nouvelles expériences. J’étais donc là, assise dans ce cinéma. En quelques clics, j’avais accepté une rencontre.
Cinéma, salle, rang et siège, j’avais tout en main pour être à l’heure au bon endroit mais quand les lumières se sont éteintes, j’étais seule devant le grand écran, déçue.
Alors que je fermais les yeux, toute à mes pensées, imaginant le bel homme qui aurait du m’attendre et notre premier baiser, je sentis une présence.
Mes paupières s’ouvrirent d’un coup et ma respiration se coupa nette quand des doigts commencèrent à jouer entre mes cheveux, frôlant mon cou. Un électrochoc, des frissons. Je serrais les cuisses machinalement. Les doigts, avec dextérité, massaient ma nuque, s’échappaient entre mes mèches et disparaissaient un temps, avant de revenir. Ma respiration s’accélérait alors que mes pensées recommençaient à cavaler.
Un baiser sur ma tempe gauche. Un souffle chaud dans mon cou. Une main qui descend sur mon sein, affolant mon téton, crispant tout mon corps. Quel supplice, quel délice. Le film déroulait son histoire alors que mon corps en écoutait une autre.
Je l’entendis susurrer mon prénom. C’était mon rendez-vous, juste derrière moi. J’attrapai cette main qui me visitait toujours, de mieux en mieux, me levai et suivis ma rencontre, guidée par l’envie.
A l’ombre d’un réverbère, j’entrai dans une voiture et m’abandonnai à des mains magiques. Inconscience. Je contemplais son visage, appréciais ses va-et-vient. Au plaisir de sentir ses doigts entre mes jambes, au bonheur de déguster ses lèvres charnues suivirent des secondes cocasses. Empêtrée dans mon manteau, je n’arrivais pas à bouger. Impossible de se faire s’épouser nos corps. A chacun de nos mouvements, on se cognait sans le vouloir. Une Smart, quelle idée. Après le désir et les cascades, j’éclatai de rire sans le vouloir, essayant de remettre en ordre mes cheveux ébouriffés. Elle rit aussi du ridicule de la situation. Nos pommettes roses, nos cheveux électriques. Sophie. Solange. Avec une délicatesse délicieuse, elle attrapa mon visage entre ses mains et m’embrassa avec passion. Jamais un baiser ne me parut si intense, si profond, si empli d’émotions. Ce soir là, après de sensuelles caresses, aveuglée par ces baisers qui me coupaient le souffle, Sophie me raccompagna et monta boire un dernier verre.
Pour moi qui, quelques heures avant, avais juste envie de nouvelles expériences, ce fut le début d’une très belle histoire d’amour.
19
19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,