Ukiyo

il y a
1 min
41
lectures
10

Miel et Cendres  [+]

Note de l'auteur : ce texte pourrait etre lu avec la musique "Evening Calm" des Yoshida Brothers, qui a stimulé sa creation.

Sakura se leva. Il faisait encore nuit et la lune étalait ses plis de velours dans le ciel nuageux. Sous la fine toile de la nuit, Sakura respirait. Elle était calme, allongée sur un tas d’étoffes. Autour d’elle, ses jeunes frères et sœurs s’abandonnaient à l’empire du sommeil. Trois semaines déjà qu’elle s’occupait de tout le monde dans ces forets hostiles où ils cherchaient refuge. Sakura respira. La nuit était belle, mais elle ne pouvait plus supporter ce poids immense qui reposait sur elle, elle pliait, pliait, pliait jusqu’à ce que ses articulations ne fussent plus capables de mouvement. Elle devait fuir, même si elle devait etre engloutie par un autre désespoir. Sakura se leva, elle savoura le son du sable, des cailloux et des feuilles qui souffraient sa marche lente et méditée, comme elle souffrait la pesanteur de l’existence ; elle s’abandonna à la caresse des feuilles sur ses cheveux et ses habits grisés par la poussière, achevant de l’appeler à un autre lieu, à un ailleurs introuvable. Les arbres au dessus d’elle lançaient leur souffle comme des murmures d’esprits, et elle entendait les gémissements des créatures d’ici bas en réponse. Elle avait du mal à apercevoir les formes et les lointains qui peuplaient cet univers nocturne ; la nuit, rien ne reste tel quel, et l’ailleurs habite avec l’ici, l’eternel avec le maintenant. Elle se retrouva bientôt prés d’une falaise abrupte. En bas, il n’y avait que l’obscurité de la vallée et le scintillement argenté de la rivière. Elle noya son regard dans cet ivre inconnu qui l’appelait comme un tambourin céleste. Ouvrant les bras, elle se laissa aller avec le vent, dans une descente saturée d’un souffle de liberté. Escapade ultime, pour quelques secondes, Sakura fut l’esprit du vent... puis elle fut l’épaisseur veloutée et transparente d’une eau sauvage. Elle n’apercevait plus que des reflets de la lune, ses cheveux noirs luisants flottants en apesanteur devant ses joues, ses bras relâchés tendus dans une supplication vers les rayons lunaires, et l’air se vidant de son corps qui vint troubler le flot majestueux de la rivière. La rivière s’en allait et Sakura avec, toujours plus loin. Elle ferma les yeux et le courant l’emporta...vers une autre rive.
Il était déjà le matin lorsque Sakura se réveilla sous l’abri d’un manguier immense dont les feuilles laissaient transparaitre l’odeur du soleil, le gout de la rivière, et le chant des mangues.
10
10

Un petit mot pour l'auteur ? 11 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Un très beau texte. C'est mon fruit adoré.
Bonjour à vous Je vous invite à découvrir Nilie.

Image de Pamela Hayek
Pamela Hayek · il y a
Merci et à bientôt 😊
Image de De margotin
De margotin · il y a
😉😉😉😉😉
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Je n'ai encore jamais eu la chance de croiser un manguier mais dorénavant, chaque fois que je mangerai une mangue, je l'approcherai de mon oreille pour entendre ce chant...
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Ce chant des mangues me parle, tant il est vrai que dans les manguiers, il y a parfois plus d'oiseaux que de mangues.
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un très beau texte ... le chant des mangues ...sauvages... peut être viendrez-vous sur le tilleul du soir ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-tilleul-du-soir
Image de Pamela Hayek
Pamela Hayek · il y a
Bonsoir ! Merci je passerai lire votre texte. Si vous avez envie je suis en compétition avec "Das Faszler"
Image de Dranem
Dranem · il y a
Bonjour Pamela, j'irai à la découverte de Das Faszler !
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Brancher la musique et laisser faire le reste !! le texte nous laisse voyager ! bravo pour ce texte
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Bonjour Pamela,
j'espère que tu vas bien,
Je t'invite à lire mon poème en lice pour le prix ETE 2019
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-soufflet-qui-pleure
Bonne journée et bon week end à toi
Michaël

Image de Alain Albaric
Alain Albaric · il y a
J'adore. Mais j'adorerais encore plus sans le dernier paragraphe. Pourquoi ce dernier paragraphe de réveil ?

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Puncak Jaya

Pamela Hayek

Note de l'auteur : le lecteur peut choisir de lire ce texte en écoutant la chanson suivante : « Imanu Fuun » d'Ikue Asazaki.
L’instant se prolongeait, le temps amorti prenait les... [+]