3
min

Ubiquité

Image de Polotol

Polotol

360 lectures

300

Lutter pour la vie n’avait plus de sens, nulle part. Les adversaires se confondaient avec les alliés, les amis, la famille. Aux fêtes de Noël , un comble . Aucune coalition n’était plus possible. Les reptiliens, race humanoïde intra terrestre, menaient un combat sans aucune règle. Leur arme ? La terrible approche mimétique qui leur permettait d’emprunter l’aspect d’un proche. Les guerres urbaines surgissaient subitement dans tous les milieux. Une fois le chaos établi, les hostiles disparaissent comme par enchantement. ”
La seule défense encore la plus commune est la méthode”bunker”. Éviter le contact. Eloigner les conflits. Chacun pour soi. L’anarchie la plus totale envahit progressivement le globe . Seul un système cybernétique adapté, dirigé par ce qu’il reste de gouvernement mondial parvenait à identifier les agresseurs et à prévenir des populations privilégiées.
Virginie est dans son 7eme mois de grossesse. Elle ne se sent pas trop bien dans l’ alcôve des appartements sociaux aériens. Exceptionnellement, Victor a emprunté le vélo intelligent de leur voisin pour une sortie à l’air libre. Il est claustrophobe et a besoin de respirer à pleins poumons, dehors.
Dans ce ciel azur, sans nuage, pas de vent mais le froid. Le soleil n’est pas chaud. La luminosité trop pure. Les gens dans la rue semblent trop gentils, tous de bonne humeur. Lui pédale dur. Son bicycle renâcle. Ses doigts et tous ses membres gèlent, il n’avance pas. Mais le chemin défile.
Il a bien mis le GPS en marche pour revenir à la galerie et il se défoule malgré les conditions météo pénibles et le biclou pas synchro.
Un passant fait de l’auto stop, 50 m devant lui en le regardant bizarrement pardessus un binocle opaque , avec un sourire sadique. Il n’y a pas de voiture aux alentours ! –A quoi il joue cet animal ? Le vélo se bloque net et l’ordinateur bipe, envoie une bande passante –alerte , présence indésirable !. Victor, bon sportif a amorti l’arrêt, il scrute l’homme chauve aux lunettes foncées et long manteau noir. Celui ci fait demi-tour et s’évapore dans l’escalier désaffecté du métro.
Victor ne retrouve plus sa route. Son sens de l’orientation est perturbé. D’habitude, c’est son atout majeur . Pourquoi ce défaut maintenant ? Il regarde l’heure sur un écran public qui dépasse de 30mn celle du rendez- vous fixé par le médecin.
–Moi, toujours si ponctuel, comment suis-je hors jeu tout à coup ? Il voit s’afficher une carte topographique de la ville et compare avec le nom de l’avenue qu’il fréquente en ce moment . Il s’est aventuré encore plus loin que prévu. Mais il se remet sur la bonne voie. Cette fois l’assistance mécanique s’est complètement enrayée. IL balance le vélo dans un container et se met à courir.
Sa femme commence à S’inquiéter. Elle sent des contractions, mais c’est normal à ce stade. Son ventre est énorme. Le petit fait déjà 4 kg5. Ce sera un costaud.
“Mais qu’est-ce qu’il fabrique ? le gynécologue va arriver. J’ai pas envie de subir la visite toute seule ! Voilà le bébé qui s’emballe maintenant, il donne des coups à répétitions que ce n’est plus possible de tenir debout.”
Elle ne doit pas accoucher maintenant, c’est prématuré !
LE gsm vibre et sonne, le gyn s’annonce à la porte du domicile dans 10mn. Il a rangé ses lunettes de soleil . Il arrive, son grand pardessus noir sur le bras gauche, pareil a un funeste matador, au pas de charge. Une main plaquée sur l’oreille droite. La boîte à messages télépathes de Victor accuse réception. Son code visuel intégré enclenche l’ alarme !
Elle répond rapidement qu’elle ne comprend pas. Jusque là, rien n’annonçait une naissance précipitée. Cependant, elle va entamer le “travail” et c’est la sage femme qui doit venir. L’obstétricien ne sera nécessaire que pour l’arrivée du nourrisson. A la maternité.
Déterminé, le gyn demande si les contractions sont nombreuses ou espacées. Il doit savoir où en est l’ouverture. L’ausculter serait raisonnable. Il insiste.
Une sirène strie le silence et une voix dans les haut-parleurs de rue déclare un couvre feu. Une attaque est imminente. Les robots discriminateurs ont localisé des entités antagonistes éparpillées dans la cité. Chacun se barricade .
la bicyclette magique s’est transformée en drone pour rejoindre son dernier utilisateur en mode surplomb, et elle a enclenché la caméra détectrice. Aucun indice du client. L’appareil recherche la trace de Victor qui a choisi un raccourci dans le tunnel autoroutier peu fréquenté depuis de récentes inondations. Là, il n’y a pas de réseau ni de contact gps. L’égaré patauge dans l’eau saumâtre. Des câbles électriques étincellent , se contorsionnent au dessus de la surface et bloquent l’autre issue. Il doit faire demi tour. Des créatures aux yeux fluorescents rôdent le long des murs du plafond, crevé en plusieurs fissures, au bord de l’effondrement. A intervalles irréguliers, elles plongent dans les flaques et s’ébrouent en vociférant dans une écume putride. Epuisé , à tâtons, Victor se déplace péniblement et aperçoit son engin qui cherche à le rejoindre, il lui fait signe, avec sa lampe frontale, accompagné d’un ordre télépathique. – Comment n’avait-il pas de suite utilisé cette formule ? L’automate le conduirait sans peine. L’atteindre ne sera pas facile, avec ces saloperies qui l’attaquent. Les volatiles, dérangés, projettent des reflux visqueux qui aveuglent. Le voici en train de gesticuler en frappant l’air pour les abattre. En vain.
D’un coup il se sent agrippé par la peau du dos , sa capuche “jogging”. C’est la fin. Ils vont l’emmener dans leur nid et le bouffer.
-La polymorphie domotique a encore de beau jour devant elle : entend-il pardessus ses épaules. Sacré bécane !
Virginie à déjà posté à tous les internautes amis, la joyeuse nouvelle.
Le nouveau papa se met à tourner éperdument. Il arpente l’alvéole du gratte ciel de long en large.- Pourquoi ne m’a-t-elle pas attendu ? Plus rien en e-mail personnel ! Rien que du collectif ! Virginie n’est pas comme ça !
Sur la banquette du salon, une cape de cuir sombre et des”ray-ban”
Sur le moniteur, un faire-part.
“Pour fêter la naissance de notre nouveau-né ce 25 décembre ; rendez vous à la crèche de l’hôpital universitaire “métropole”. Signé VV

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
300

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Bonjour Polotol, J'ai déjà eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
à bientôt.
Julien.

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Un récit futuriste qui rend notre présent d'autant plus appréciable.
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Sympa des p
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
passer ,hors compet. A+
·
Image de J.H. Keurk
J.H. Keurk · il y a
J'ai compris l'essence du thème... Le nouveau né, comme le messie, dans ce monde trouble. Intéressant.
·
Image de coquelicot
coquelicot · il y a
un peu difficile à suivre. Nouvelle, je ne peux mettrequ'une voix. Coquelicot
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
velib' en version futuriste non ?
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
tout juste. A+
·
Image de Ozerjacques
Ozerjacques · il y a
J'ai lu et j'ai apprécié votre écriture.
·
Image de Alain Vargas
Alain Vargas · il y a
C'est vrai qu'il manque une ombre au tableau, mais c'est un bon récit de SF qui vaut mes voix A+ https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/changement-de-perspective
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Après Jésus place à un nouveau né dans la crèche ? Pas sûr que j'ai envie de vivre dans ce nouveau monde...y avait une série à la télé avant qui s'appelait V , les reptiles sont dans la place et l'homme ne sera bientôt plus que l'ombre de lui-même, un bon récit fantastique très bien écrit, bravo
·
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Si ce n'est lui, c'est donc son... frère ? ou... clone ? ou...
·
Image de Bruno Malivert
Bruno Malivert · il y a
Je suis aussi de l'avis de Michel Baudry à propos de la référence à Bilal. Il ne faut pas entrer tête baissée dans cette hsitoire mais une fois que l'on y est, il suffit d'en suivre le cours. Bravo.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Sur la route de cette sainte journée du dimanche sous le soleil, sans ressenti de la longueur du trajet , je suis content de me rendre à cette rencontre autour d’un repas de midi, avec ma belle ...