une histoire telle qu'elle.

il y a
1 min
6
lectures
1
j'etais pas seul, d'yeux criminels nous l'on voit aussi."Parfois imagine un champ de bataille me semble nécessaire, tous simplement nous étions dans celle-ci comme tout le commandant chef faire une mission au depuis se stressant, avec la balle qui soufflait derrière les oreilles et au-dessus de nos têtes au cours de nos formations ; nous rendions irrésistible quand le moment de bataille nous présent.Pourquoi, je promis à ma petite fille à ne rien ne raconte depuis que ne je ne sors à l’hôpital, raison de plus que de plus d'insomnie ( le docteur m'explique que je ne plus raconté à ce qui t'arrive risque de flash-back). Pourtant, la seule chose qui nous motive quand on est soldat, décrire ou de rêver le pire moment d'un combat, dont nous souviens; ce pas seulement pour nous lâcher- prise de vécue du jour mais vraiment de nos persuade qu'on appartiens aussi notre non vécu ( le vrai temps et temps non vécu).ils entaient comme de bête les merveilleux, le Klachnigov, chars, ils avaient toute même un service d'information ; cette année-là, abri renforce aux petits villages, alors soudain j'ai l’étrange idée, en me baladent au bord de ruelle qui mène vers la sortie du village. Deux femmes me suivaient, l'air calme et avec de physique bien entraîné...cette année-là le service d'information antiterroriste confisque les spy femme!
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de fatice-kadri Elmi
fatice-kadri Elmi · il y a
Merci RAC pour ton intention.
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Un sujet fort et une vraie envie de nous faire partager vos sentiments. Un bel effort ! Continuez !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Coupable...

Dominique Vernier

Je sens que la fin est proche. J’ai décidé de ne plus me battre, j’attends la mort qui me libérera enfin de toutes les souffrances que j’endure depuis des mois. Je ne suis plus qu’un... [+]