1
min

Trop tôt mais... trop tard

Image de Lnwe

Lnwe

38 lectures

1

« J’éprouve une grande joie à n’être pas seule. »

Il se souvenait qu’elle lui avait dit ça, il n’y avait pas si longtemps. Ensemble, ils avaient parlé de sa mère. Il l’imaginait heureuse dans cette maison de retraite. Elle avait fait la moue parce qu’il supposait toujours à la place des autres. Il était comme ça.
Aujourd’hui, il l’attendait, là, le premier, sans joie. Ils devaient se revoir. Il s’était dit qu’elle pensait qu’il le fallait. Lui n’était sûr de rien mais il était venu. Le ciel bas et l’obscurité de la fin de la journée l’angoissaient. Pourquoi ici, si tard, après tout ce temps ? Des adieux ? C’était démodé. On se voyait, puis plus. L’époque rendait ces situations simples. Parfois, un message électronique suffisait. Entre elle et lui, rien n’avait été dit ou écrit. La relation avait rendu l’âme. C’était tout. De toute façon, pour le chagrin, on était irréductiblement seul ; il n’y avait rien à officialiser. Lors de ces retrouvailles, il ne faudrait pas évoquer la douleur des premiers temps, celle au réveil et celle au coucher, quand le corps réclame sa part du manque. Du manque de tout. A cette heure, il aurait aimé un lieu de rendez-vous plus tiède. Un endroit où s’assoir, où regarder la vie passer. Tous deux auraient été côte à côte. Serrés côte-à-côte. Juste côte-à-côte. Le parc était fermé. Debout, tapant des pieds pour se réchauffer, il scrutait l’allée. L’imposante grille reposait sur le sol gelé, blanchi par le sel, nervuré comme du marbre, froid. Pour en finir, peut-être avait-elle besoin de ce décorum, de cette rigoureuse austérité de l’hiver. Il songeait à son sourire attendri, tout de suite après la mauvaise nouvelle. Il ne saurait pas quoi dire. Le froid persistant refoulait toute promesse de printemps. Elle était en retard. Ca ne lui ressemblait pas. Dans son souvenir, elle était ponctuelle. Toujours ponctuelle. Parfois les gens changent, pensa-t-il. Cet endroit était désert. Personne au loin, personne en vue. Il l’aurait vu arriver.

Maintenant, il regarde sa montre : ça fait deux heures qu’il l’attend. Au même moment, dans une salle d’accouchement, un bébé vient de naître, prématurément.

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lnwe
Lnwe · il y a
Merci beaucoup pour votre curiosité Polopoil.
J'ai vraiment aimé votre histoire très très courte - elle est drôle et très bien écrite.
Je pense être une fille déroutante (on me dit aussi imprévisible), mes écrits me décrivent assez bien et j'espère que vous n'avez pas perdu le Nord pour autant !
Au plaisir de vous lire et relire.
Hélène

·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Bonjour LNWE,
Je suis venu par curiosité...
Je ne sais que trop penser de ce texte déroutant, il m'a fallu plusieurs lectures pour l'approcher.
Trop tôt, trop tard mais....trop court ?

·