Trois semaines

il y a
2 min
36
lectures
11

J'écris par passion mais surtout pour m'amuser, flâner, rêver. Si le cœur vous en dit, vous pouvez me retrouver sur Amazon où sont publiés mes romans et mes recueils ainsi que sur Facebook "Les  [+]

Ils l'avaient invité pour vingt heures, aussi se présenta-t-il au 9 Allée des Véroniques à vingt heures précises.
Madame Brossault,vêtue d'une robe de soie bleue et portant un sautoir de perles lui ouvrit, et le conduisit jusqu'au salon.
Leurs visages s'éclairèrent aussitôt qu'il apparut, André et Constantin se levèrent pour lui serrer la main pendant que Maud et Justine remplissaient les verres de champagne. Ses deux amis le pressèrent de s'asseoir entre eux d'eux, ce qu'il fit sans manière, un verre de champagne lui fut offert.
« Restez-vous longtemps à Saumur ? » lui demanda Justine pleine de malice. « Quelques trois semaines » répondit-il naturellement, heureux de retrouver et sa ville et ses vieux camarades. Justine, enfant de dix-sept ans applaudit et pria l'un de ses frères de porter un toast au retour d’Émile Pontain.
Instantanément, les corps se déployèrent, les mains se joignirent et dans un joyeux cliquetis, tous trinquèrent.
La fête était belle, les cœurs heureux et les âmes légères. Cependant, le silence de Maud le taraudait. Avait-il été trop longtemps absent pour que de lui, elle n'attendit plus rien ? Pourtant, chacune de ses lettres avait reçu réponse, et toujours, il concluait son courrier par un baiser certes de papier mais enflammé malgré tout.
Semblable à l'image qu'il avait emmenée avec lui, elle resplendissait dans sa robe de mousse beige, ses cheveux bruns et épais enchâssés dans des perles et des strass. La lumière des lampes torchères soulignaient le bleu profond de ses yeux et faisait, qu'il ne pouvait s'en détacher.
« Viendrez-vous avec nous au parc demain monsieur Pontain ? » l'interpella Justine. Il hésita, se tourna vers Maud puis lâcha un « Sans doute » maladroit. « C'est entendu mon vieux, à partir de ce soir, on ne se quitte plus » lui envoya André, lui tapotant l'épaule.
« Saumur a dû bien vous manquer ?» s'enquit madame Brossault, lui resservant du champagne. « Oui en effet » fit-il toussotant.
Maud le regarda alors avec insistance, et il lut dans ce regard toute la douleur que fut son absence.
André et Constantin sortirent fumer dans le jardin tandis que leur mère et Justine s'évanouirent dans la cuisine.
Ils restèrent un long moment Maud et lui, muets, encombrés dans leurs questions et les mots qui venaient au bord de leurs lèvres closes.
« Pourquoi repartir ? » l'interrogea soudainement Maud. Il resta interdit et sa raison vacilla. « Ne pouvez-vous donc vous faire muter ici à Saumur ou dans je ne sais quelle autre ville de garnison ? » revint-elle à la charge. Il ne dit toujours rien, se contentant de la regarder. « Belfort, Besançon, Lille ou que sais-je encore, je vous suivrai. Mais en terre inconnue, cela m'est impossible comprenez-vous ? » déclama-t-elle. « Oui, je crois » avança-t-il un peu perdu. « J'ai cru que jamais vous ne me reviendriez ! » confessa-t-elle. Il lui avait donc manqué, elle avait craint pour lui, mais toutefois, jusqu'à quel point l'aimait-elle vraiment se demanda-t-il, alors que Justine suivie de sa mère déjà revenaient avec le café.
Madame Brossault convia ses garçons à revenir, et ils se retrouva à nouveau encadré de ses deux camarades, à nouveau loin de Maud à qui il n'avait su quoi dire.
Justine servit le café, André sortit du Cognac, et la fête momentanément suspendue, reprit son cours.
Enfin, l'heure de se séparer arriva, André et Constantin se proposèrent de l'accompagner jusque chez lui, ce qu'il accepta volontiers tant il était heureux de les revoir.
Madame Brossault après l'avoir salué, se retira, Justine lui baisa la joue avec fantaisie puis se laissa choir dans un fauteuil un magazine à la main, jurant qu'elle attendrait le retour de ses frères même si le sommeil menaçait de l'enlever. Tous sourirent de ses gamineries, comprenant que lorsque André et Constantin seraient de retour, elle serait depuis longtemps endormie, ses paupières ne demandant alors qu'ils n'étaient pas encore partis, qu'à se fermer.
Maud les précéda pour leur ouvrir la porte et alors qu'il passa à sa hauteur, elle lui saisit la main et lui chuchota qu'ils avaient trois semaines, exactement trois semaines, puis relâcha son étreinte.
Cette approche inattendue, au cours de laquelle il avait senti son souffle dans son cou, le laissa coi, mais glissa cependant en lui, une certaine fraîcheur et une once d'espoir inattendu.
11

Un petit mot pour l'auteur ? 23 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Charmant ♫
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
merci
Image de Cynthia Maillot
Cynthia Maillot · il y a
J'aime, bravo !
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
merci beaucoup pour votre lecture
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un instant de grâce, dessiné par une plume légère...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
merci infiniment Vivian.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Le charme de Maupassant, j'ai adoré Albane !
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
oh c'est très gentil à vous, merci beaucoup
Image de Alphonse Dumoulin
Alphonse Dumoulin · il y a
L'amoureux strapontain ?
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
c'est à dire?
Image de Alphonse Dumoulin
Alphonse Dumoulin · il y a
Stra Pontain ... Laissez tombez ... Débile, je sais.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Il est extra, Pontain !
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Alphonse vous faites des émules
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Non pas débile, mais amusant, un jeu de mot qui m'avait échappé merci de me l'avoir donné. bonne journée.
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
L'époque n'était pas la même, les moeurs non plus. Maud laisse une porte entrouverte. À savoir ce qu'il en fera.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
autre temps, autre choix, autre approche aussi. Merci Isablelle
Image de Doc Pavo
Doc Pavo · il y a
il va falloir qu'il se décide enfin, monsieur Pontain ! :)
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
j'en ai bien peur.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'aime beaucoup l'atmosphère surannée dans laquelle baigne ce joli récit tout en délicatesse et en pudeur...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci beaucoup Joëlle
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Etonnant cette écriture qui raconte des mondes d'autrefois. Bon, je n'ai lu que deux textes pour l'instant 😊 et je suis séduite. On s'attache très vite à vos personnages. Emile et Maud vont-ils partir ensemble ? Et vous avez l'art de décrire les choses avec de jolies images ni trop simples, ni trop alambiquées.
J'ai relevé quelques petites maladresses d'écriture qui donnerait au texte encore plus de valeur si elles étaient corrigées, mais c'est déjà très beau comme cela.

Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci pour votre commentaire. Dites-moi les petites erreurs que je corrige. Bonne journée
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
En privé, vous en ferez ce que vous voudrez, je ne suis pas experte, mais ce sont juste des réflexions qui me sont venues en cours de lecture. Et c'est insignifiant :))

Vous aimerez aussi !