Trois semaines

il y a
3 min
37
lectures
30
Qualifié
Image de 1ère édition
Image de Très très court
- Vous en avez pour 3 semaines.
La sentence tournait en boucle dans sa tête. Trois semaines sans pouvoir aller à l'eau. Trois semaines. Pas d'eau autre que des malheureuses douches. Pour elle qui ne passait presque jamais plus de 48h sans aller nager ça allait être l'enfer. Louise s'était mise à l'eau libre voilà deux ans et elle ne l'avait pas regretté. Garder son élément, l'eau, tout en ayant l'opportunité d'être à l'extérieur, elle s'était même demandé pourquoi elle n'avait pas fait la transition plus tôt. D'un autre côté, en région parisienne, il y avait moins d'opportunités pour la nage en eau libre mais quand même, elle avait attendu plus d'un an après son installation dans le sud avant de sauter le pas. Et c'était maintenant qu'elle était à Nice, où elle pouvait aller nager quand elle le voulait, et quand, avec l'arrivée des beaux jours ils commençaient enfin les entraînements en mer, qu'il fallait qu'elle sa casse le poignet. Et en loupant une marche qui plus est ! Si au moins elle avait une histoire un peu plus honorable à raconter, mais non, elle était mal réveillée, elle avait raté une marche, elle s'était étalée de tout son long par terre et c'est son poignet qui avait pris. Ses colocs allaient bien rigoler, elle passait en tête, et de loin, dans leur concours de la blessure la plus ridicule.
En parlant du loup elle entendait justement la porte d'entrée s'ouvrir
- Lou ! Comment ça va alors ? T'en as pour longtemps ?
C'était donc Clara qui était rentrée. Ses deux colocataires lui avaient dit qu'elles allaient essayer de rentrer tôt du travail après avoir dû la laisser aux urgences le matin.
- 3 semaines, répondit-elle d'une voix morne.
- Aïe... Allez ça va passer vite !
Louise lui lança un regard avant de répondre en retenant un sourire
- Clara je ne veux pas que tu sois positive ! Là tu es censée compatir avec moi et me dire que ma vie est terrible !
Clara ne prit même pas la peine de cacher son grand sourire devant la tragédie que Louise essayait de lui jouer, alors que Louise elle-même avait du mal à garder son sérieux.
- Tu sais quoi ? Dimanche Laura n'a pas match normalement. On n'a qu'à aller faire cette rando qu'on essaie de planifier depuis bientôt 1 an !

Clara et Laura étaient en colocation depuis presque un an lorsque Louise les avait rejoint il y a de cela deux ans. Laura faisait du hockey subaquatique, Clara de la natation synchronisée. C'était donc tout naturellement dans les vestiaires de la piscine que Louise avait entendu parler de cette colocation. Leur troisième colocataire déménageait et les filles cherchaient quelqu'un pour reprendre sa chambre. Louise cherchait justement à se rapprocher de son travail et l'appartement était en plus proche de la mer. C'était probablement ce qui avait fini de la convaincre de sauter le pas et tenter l'eau libre d'ailleurs.
Elles s'étaient immédiatement très bien entendu, bien que les soirées à trois soient rares car leurs entraînements ne tombaient pas du tout les mêmes soirs. Depuis quelques mois, elles avaient envie de faire une randonnée dans les montagnes environnantes mais entre les entraînements et les matchs de chacune, ou la pluie, les rares fois où elles étaient toutes les trois disponibles, elles n'avaient pas encore réussi à trouver une journée pour y aller.

- Je suis trop contente qu'on fasse enfin cette rando !
Laura était excitée comme une puce. C'était elle qui leur avait proposé l'itinéraire et elle avait hâte de découvrir le chemin et la vue. Son enthousiasme était contagieux, Clara et Louise était à deux doigts de commencer à sautiller avec elle. La randonnée commençait par un petit chemin, pendant lequel elles ne s'arrêtèrent pas de parler, avant d'arriver sur une partie un peu plus raide.
- C'est pas possible d'être essoufflée comme ça après une montée, lâcha Clara en arrivant à la fin du raidillon. Je sais pas gérer mon souffle, c'est horrible. Je sais faire du sport qu'en apnée !
- C'est problématique effectivement. Après si tu évites de parler ça t'aide à récupérer ton souffle plus vite tu sais, lui répondit Laura en rigolant.

Quelques heures de montée et d'essoufflement plus tard, elles arrivaient au sommet, prêtes pour pique niquer en profitant de la vue.
- C'est tellement beau.
Laura marqua une pause avant d'ajouter avec un sourire en coin :
- Tu vois Lou ça valait le coup de se casser le poignet, y a aussi des trucs sympas à faire en sortant de l'eau finalement.
- Dit-elle alors qu'elle va aller nager dès demain, lui répondit immédiatement Louise en lui lançant un regard noir, qui perdait un peu en crédibilité au vu du sourire qu'elle n'arrivait pas à retenir.
- Allez il te reste 2 grosses semaines, ça va le faire.
- 2 semaines et un jour. Et je t'assure qu'à la seconde où on m'enlève ce plâtre je cours plonger dans la mer !
- Fais quand même attention à ne pas tomber en courant vers la mer hein, commença Clara avec un grand sourire, avant de se recevoir un pull dans la tête.

Deux semaines et un jour plus tard, on lui retirait son plâtre. Il allait falloir qu'elle se remuscle un peu mais elle s'en occuperait plus tard. Pour l'instant elle était en route pour la plage. Moins d'une heure après avoir récupéré ses deux poignets libres, elle était de retour à l'eau. Enfin !
30

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,