1
min

Trésors

Image de Didier Caille

Didier Caille

358 lectures

168

Encore un de ces matins pluvieux, où les gens semblent perdus dans le reflet de leurs écrans à l’intérieur de cette rame bondée. Les sourires sont aux abonnés absents et le silence s’avère être le maitre des lieux !
Heureusement, tu es là pour m’accompagner durant tout ce long trajet. Tu absorbes mes pensées. Un contact si charnel avec toi, des aventures éternelles qui déchainent les passions et entretiennent l’imagination. Quel que soit le moment, un plaisir toujours autant immense. Depuis des années, nous sommes ensemble et jamais je ne me suis lassé, même si parfois j’ai du mal à te comprendre, la relation est sempiternellement enrichissante.
J’ai pu visiter des pays inconnus, connaitre des métiers divers, éveiller ma curiosité, résoudre des énigmes policières, entrevoir un certain futur, frissonner, aimer, apprécier d’autres cultures. Pendant tout ce temps, les stations défilent et c’est un constant va et vient à chaque arrêt, un flot de voyageurs qui descend, un autre qui monte. Des cris, des débuts de dispute qui font monter la pression entre tous ces inconnus. Des bouts de vie quotidienne de l’atmosphère de cette grande métropole, qui peut rendre les individus agressifs pour pas grand-chose.
Quant à moi, je m’évade sur une plage exotique ou sur un paysage paisible de montagne. Telle une boussole qui ne perd jamais le nord, tu sais m’emmener encore plus loin à chaque fois. Tu me rends triste, heureux, calme, serein, affolé, effrayé, rassuré, une effusion d’émotions. Tu m’apprends, tu aiguises mon sens critique. Avec toi, je ne subis plus, je suis acteur de mon exploration mentale, responsable de mes recherches, tu ne m’imposes rien. Une connexion sans contrainte, une véritable bouffée d’air frais, qui me soulage dans ces tunnels qui paraissent sans fin ! Tu berces mon itinéraire avant de retrouver mon poste de travail, tu me rends accro, car je veux connaitre la fin de l’histoire, alors je te dévore, te savoure et quand le mot fin apparait, je suis souvent déçu, car ces personnages sont une comme une famille désormais. La plume leur a donnée vie et ils disparaissent comme ils sont venus. Certains traversent les années, voire les siècles, d’autres sont vite oubliés. Une chose est sûre, ils nous ont plongés dans les méandres de l’inspiration et du raisonnement et parfois nous font effectuer des étourderies.... Ce matin encore, la magie de l’écriture m’a encore joué des tours. Je viens de louper ma station. Alors avec le sourire, je referme mon livre et me prépare à descendre au prochain arrêt !

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
168

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Johanna Dupré
Johanna Dupré · il y a
bravo didier, mais j'avais déjà voté bisous
·
Image de Antino
Antino · il y a
Excellent ! Bien observé. Jolie description de ce qui nous anime tous ici. J'ai beaucoup aimé
·
Image de Anne Haumont
Anne Haumont · il y a
Intense
La lecture .. Nous transporte , surtout quand c est joliment écrit.
Merci pour cette évasion,

·
Image de Maninred
Maninred · il y a
amour, désamour, amour, désamour, amour, désamour..... amour? Joli balayage sans concessions mais humaniste. Merci !
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
La plus belle manière de voyager!
·
Image de JACB
JACB · il y a
Itinéraires parallèles, l'un fait oublier l'autre. J'ai apprécié le voyage Didier. Bonne chance.
·
Image de Patrice Merelle
Patrice Merelle · il y a
5* pour mon vote et ma lecture, bonne journée
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Une évasion agréable à lire et que j'aime bien. merci
·
Image de Catherine Ackermann
Catherine Ackermann · il y a
bravo-je vous invite à découvrir mon inconnue du RER...
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Bravo Didier pour ce texte. Si le cœur vous en dit mon 7h24 vous attendra. Mon univers aussi, comme Tropique et tant d'autres choses.
·