3
min

Transporteur Marseille reload

Image de John Lecid

John Lecid

207 lectures

18

Qualifié

À plus d’une reprise les fondations avaient failli céder, mais il avait fallu s’y résoudre. Après une lutte acharnée durant des mois, l’opium des yeux avait franchi le perron de l’appartement. Cet objet moderne, dont les pourtours ergonomiques présageaient des shoots visuels en rafale, la console de jeux de la marque DEHO (prononcé « déo ») cristallisait toute l’attention de Damien, le fils de Marie et de Paul. Tel un animal de compagnie qui entre dans l’intimité d’un foyer, faisant bousculer les habitudes et l’harmonie familiale. Très vite l’énergie vorace de la sangsue cognitive avait transformé l’enfant en zombie, en geek, ce qui revenait au même. Damien avait très vite dépassé son retard dans la manipulation et l’utilisation des logiciels de jeux. En quelques semaines à peine il s’était hissé sur le panthéon des hardcores players. Son pseudo : Knightcoke.
Au sein de la société DEHO, une équipe de développeurs suivaient de près ce petit génie, découvert par des PG (pro-gamers). Cette section étudiait de près les réactions des joueurs via des banques de données Big Data. Les utilisateurs devenaient des cobayes à leur insu. L’algorithme élaboré par DEHO transformait le jeu en permanence dans sa version internet en réseau utilisant les capacités cognitives (mémoire, perception, attention) du joueur dans la perspective d’anticiper les erreurs pour un seul but : le plaisir.
— Alors ? Quand est-ce qu’on établit le contact ? demanda un ingénieur.
— C’est en cours, il a rejoint une de nos équipes de gamers. On le met en confiance. Ils chattent.
— J’ai hâte de voir la première séquence, la prise en main, la maîtrise intuitive.
— Encore quelques réglages sur les teintes des décors, c’est la partie la plus importante du test.
Un peu plus haut, deux hommes se servaient une boisson énergisante.
— À côté de ça, Steve Jobs n’aura été qu’un petit visionnaire, un vulgaire vendeur de tablettes.
L’autre homme, plus pensif, silencieux, laissait évader son esprit à travers la fenêtre, une vitre éclairée par les lumières de la ville, une tablette naturelle en somme qui témoignait de la vie extérieure. C’est comme ça que l’idée de construire une série limitée de 12 consoles lui était venue. Lui, le cerveau de la société DEHO. Une équipe réduite d’ingénieurs confinés au silence venait de terminer un prototype. Il n’avait aucune forme futuriste, ergonomique, un simple rectangle en aluminium. Un jeu unique par console. Son prix variait en fonction du jeu. De 500 à plusieurs milliers d’euros.
— Nous allons rétablir la pleine identité du joueur, son « moi » ne sera plus dilué dans l’écran.
Son regard se noya dans le jeu en ligne multijoueurs « Transporteur Marseille », des joueurs devaient encadrer un véhicule transportant de la drogue, d’un point à un autre dans la ville. La police et des truands tentaient de l’intercepter. Knightcoke pilotait le véhicule et s’était fait une réputation dans le jeu en évitant de tuer. Un chevalier blanc de la cocaïne.
À quelques centaines de kilomètres de là, Damien jouait dans le jeu. Vieux port, 4 véhicules fonçaient à 120 km/h, frôlant des piétons et des voitures. Une patrouille de police lui collait au train. Sur un plan situé en médaillon, des truands véhiculés faisaient leur apparition rapidement.
— Ouais, c’est toi le boss. Au fait, pour ce que je t’ai parlé, ça te botte toujours ?
— Quoi ? Le test ? Tu délires ! C’est ok.
— Demain 21 heures, je t’enverrai le lien par mail.
— Si tard ?
— C’est toi qui vois.
— J’y serai.
Les dés étaient jetés, le compte à rebours s’engageait, qui allait mettre les nerfs de l’équipe Nexus à rude épreuve. 24 heures pour fignoler la machine. À des centaines de kilomètres de là, dans le sous-sol d’une entreprise informatique de la société DEHO à Marseille, des hommes en treillis blancs travaillaient sans relâche sur leur prototype. Il s’y dégageait une atmosphère lourde où l’odeur de la sueur se mélangeait à celle que provoquait le dégagement de chaleur des composants électroniques sur les matières plastiques.
Ce soir-là, Damien ne dormit pas beaucoup.
20h55, le lendemain.
Fébrile, Damien vérifiait ses mails en réactualisant sa page toutes les 30 secondes.
Un message apparut à 20h57 l’invitant à cliquer sur un lien.
Écran noir. Une porte coulisse, dévoilant un décor nocturne sur une rue. Un coup d’œil sur les équipements de la voiture, le plan GPS et le tracé de son road trip. Compte à rebours à moins 10 secondes. D’après son estimation, le parcours était presque impossible à effectuer en si peu de temps. Adrénaline.
5, 4, 3, 2, 1...
La voiture s’élança en dehors du garage en pente, Damien distinguait des personnages se retourner, du jamais vu dans un jeu vidéo. Il appuya à fond sur l’accélérateur en faisant vrombir son moteur surpuissant. Se glissant comme un serpent à travers les voitures, il grilla tous les feux sans commettre d’accidents. À moins d’une minute de la fin, la voiture fit une embardée sur le trottoir d’un arrêt de bus à la sortie d’un virage trop serré, mauvais contrôle de trajectoire. Il remit les gaz. Plus que 30 secondes.
Damien pénètre dans un garage désaffecté 2 secondes après la fin du temps imparti, il hurle.
Sa maman accourt rapidement, bien moins vite que lui, il a eu le temps d’éteindre l’ordinateur.
En tirant sa couette au-dessus de son menton il songe qu’il aura peut-être une seconde chance.
Le lendemain, le journal télévisé titrait sur la mort de 3 adolescents fauchés devant un arrêt de bus en début de soirée dans un quartier nord de Marseille, par un véhicule sans plaque d’immatriculation. Aucun des témoins n’a pu voir le chauffard. Une voiture fantôme.
La meilleure campagne de promotion d’un jeu, en prime time et gratuit.
Un jeu de vie DEHO.

PRIX

Image de Hiver 2015
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Verseau
Verseau · il y a
et un vote de plus, presque à l' arraché ! je passe pourtant sur les auteurs amis ...... j' ai du hiberner un peu ! je serais plus vigilante
·
Image de John Lecid
John Lecid · il y a
Et hop un merci à l'arraché ! ;)
·
Image de Rafistoleuse
Rafistoleuse · il y a
Waow. La grosse claque. Terrible, terriblement efficace !
·
Image de John Lecid
John Lecid · il y a
Merci :)
·
Image de Virginie Colpart
Virginie Colpart · il y a
en effet, comme le dit Bertrand, ça fait froid dans le dos, la technologie va tellement vite sans compter ceux qui confondent réalité et monde virtuel :-(
·
Image de John Lecid
John Lecid · il y a
Oui c'est un peu ce que je dénonce... Merci Ninie.:)
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
salut John
un texte post moderne en adéquation
avec l'univers du jeu
comme système de vie
en circuit fermé
une no life qui fait des ravages chez les hard gamers
clair et dynamique comme un KAZE
un texte frais des pixel qui fait froid dans le dos^^
+1
j'ai une nouvelle BD "le passage" , noir et blanc, 3 planches
si tu veux...passer^^

·
Image de John Lecid
John Lecid · il y a
Merci Bertrand, l'univers des drones mêlé aux jeux en réseau risque un jour d'être explosif.
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
super texte en tout cas
·
Image de TeufTeuf
TeufTeuf · il y a
Un thriller dans un univers ... Virtuel ou réel ? Très bien conduit ...
·
Image de John Lecid
John Lecid · il y a
C'est malheureusement tout à fait crédible avec l'arrivée des drones.Merci pour le commentaire !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Je plane au-dessus du sol, sur le ventre pendant que d'autres personnes descendent à pied un escalier immense. Il y a une ville en bas, on dirait. Des voix se font entendre tout près, ...

Du même thème