315 lectures

356

FINALISTE
Sélection Jury

Pourquoi on a aimé ?

L'imagination est foisonnante dans ce texte qui mêle un univers très bien tenu de science-fiction et descriptions réussies de la nature !

LIRE +
MAX laissa l’eau couler entre ses doigts, creusant d’infimes sillons qui, après s’être chevauchés, allaient se perdre contre la coque du Lakota. La température était idéale et ne pouvait signifier qu’une chose : le multicoque croisait une zone de hauts-fonds. En se penchant par-dessus le plat-bord, le navigateur pouvait deviner dans l’eau limpide quelques sommets connus. A la verticale exacte du sloop, et deux cents mètres sous son étrave, pointait le Pic Lory. Le moment était venu de jeter l’ancre. Max apporta un soin particulier pour carguer la voile et la ferler, pli par pli, sur la vergue. Pas question de voir le trimaran dériver au gré des courants de surface pendant sa plongée. Le marin regarda distraitement un horizon sans limite qui écrasait de sa chape bleu turquoise un océan infini. Puis il plongea. En avalant sa première gorgée d’eau salée, celle-ci s’infiltra dans les ouïes avant d’être expulsée par les branchies striant la base du cou. Une fraîcheur bienvenue gagna en douceur un organisme trop longtemps exposé aux rayons d’un soleil qui régnait en maître dans les cieux de Waterworld. Max s’était lesté de quelques pierres, ce qui rendait la plongée plus aisée. Il dépassa le tapis d’algues chlorelles qui coiffait le sommet du Lory avant de suivre sur quelques brasses l’arête sommitale et de se laisser couler le long du versant de la Face Ouest tapissée d’herbes Sargasse abritant des centaines de petits labres paon. Un léger courant tiède facilitait la descente et le portait vers les ruines d’une ancienne construction humaine. Il s’y arrêta le temps de frotter précautionneusement un panonceau sur lequel étaient gravés les mots « Temple Écrins ». Un lieu de culte. Par respect pour cette civilisation aujourd’hui disparue, Max invoqua les divinités des Grands Fonds puis reprit son périple vers les bancs de La Bérarde où il pourrait faire le plein d’huîtres cinabres agglomérées en vastes massifs récifaux au plus profond de la vallée encaissée. Le courant qui l’avait porté jusqu’au Temple Écrins avait gagné en force et contraignait l’homme-poisson à lutter pour ne pas être emporté vers les gorges encaissées entourant La Bérarde. Sans traîner, il remplit sa nasse des meilleures huîtres du banc. C’est à ce moment qu’il entendit la cloche. Le son, bien qu’assourdi, semblait venir du champ de corail rouge de Venosc. Max prit le battement lent et régulier des cloches pour une invite. Il abandonna là sa provende et se rapprocha de Venosc. Bonites, maquereaux et mérous l’accompagnaient en bancs de plus en plus serrés, poussés comme lui par la force du courant. L’église était en ruines, chaque pan de mur étant couvert de colonies de polypes multicolores, toutes habitées de légions de poissons-clowns, Mullets rougets, petites Demoiselles et facétieux Gobies. Seul le clocher paraissait intact. Il suivit l’escalier hélicoïdal jusqu’au sommet de l’antique campenard. Les cloches oscillaient, asynchrones, poussées par ce courant qui n’en finissait pas de forcir. Les battants heurtaient sourdement le bronze des vieilles sentinelles. La vue portait loin du haut de l’édifice religieux et offrait au pêcheur de l’Isère un spectacle inouï : des centaines de requins-taureau, chimères et torpilles se côtoyaient pour suivre le lit d’un ancien torrent, le Vénéon. Le courant qui l’avait poussé jusque-là donnait désormais la pleine mesure de sa force, une force telle qu’elle entraînait, sans possibilité de pouvoir lui résister, la faune locale vers les pâturages d’algues brunes qui tapissaient les alpages supérieurs du Prés-Clos. Max comprit que tout ceci n’en était que l’avant-garde lorsqu’il vit descendre des étages subalpins de la vallée du Vénéon des centaines de géantes au ventre blanc et manteau noir. Les Diables des mers semblaient planer, toutes ailes déployées, pour se joindre au reste des troupeaux de retour d’estive. Hypnotisé par la magie et la beauté de cette multitude animée d’un seul mouvement immuable, Max resta ainsi de longues heures à regarder passer la Grande Transhumance.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
356

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
je viens de découvrir ce flot impétueux d'une gorgée de Rincedalle à la glotte où le liquide coule à flot en sources tempétueuses, chargés de poissons, cétacés jamais assez, mami et papi fères, des couleurs en arc-en-ciel servi par une plongée en écriture profonde limpide mais d'une richesse rocailleuse et sargastique, bref du haut vol ou plutôt du haut sous marin, du bon koi et en plus cerise sur le gâteux en ce qui me concerne si j'écris un jour un texte maritime pour qu'il ne soit pas vague, même s'il divaguera, je saurais où trouver les mots sans les maux "techniques" et beaux! BRAVO!!!!
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Patrick. Ce sont tes commentaires qui mériteraient d'être retenus pour un grand prix TTC :-)
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
;) 8|
·
Image de Thara
Thara · il y a
Je découvre votre texte. Je vous souhaite une belle finale...
+ 5 voix !

·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Thara :-)
·
Image de Thara
Thara · il y a
Félicitations, pour cette recommandation S.E...
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci :-)
·
Image de Marie
Marie · il y a
J’ai toujours un peu de mal avec la SF mais je trouve votre texte remarquable.
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Marie :-)
·
Image de Marco
Marco · il y a
Merci pour ce beau voyage en Isère + 5
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Marco :-)
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Je crois avoir dit tout le bien que je pense de ce texte, dévoyant brillamment le thème. ♥♥♥♥♥ Ce ne sont que des "j'aime", mais ils valent pour moi et j'espère pour toi autant que des votes. Mais comme Sylvie, je regrette que tu n'aies pas aéré ce texte avec des alinéas.
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Loodmer. En fait, j'ai écrit ce texte en un peu moins de trois heures, en un seul jet. Sur une illumination, l'idée d'un monde inversé. Une forme d'éjaculation précoce littéraire. Hélas, je ne maîtrise pas cette forme d'écriture instinctive. Il faudra, à l'avenir, que j'y fasse attention. Merci du conseil :-)
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
La SF : une façon astucieuse de se sortir des contraintes de ce Short Paysage annuel qui impose d'habiter en Isère ou d'en être un touriste assidu. L'absence de paragraphe ne m'a pas rendu la lecture fluide malgré cette montée des eaux.
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Vous avez raison mais j'ai une excuse : j'aborde l'écriture en autodidacte et j'apprends, hélas, par l'erreur. Merci du conseil.
·
Image de Louise Calvi
Louise Calvi · il y a
j'ai failli vous manquer. Belle montée des eaux. Le Vénéon et la Bérarde noyés. Noooon !!!!!!!! Déjà que la neige s’en retire peu à peu.
Belle imagination.

·
Image de Bertrand Gille
Bertrand Gille · il y a
Je vous renouvelle mes 5 voix avec plaisir! Bonne finale !
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Bertrand :-)
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
je suis enchantée par le paysage de vos mots si beaux!
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci Elena :-)
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une Isère animée par un incroyable spectacle !
·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Merci :-)
·