Trafic routier

il y a
2 min
58
lectures
1

Produit en parfait état de fonctionnement, la myopie a été corrigée au laser. Une légère difficulté au démarrage mais la sortie des Caractères Mobiles pourrait permettre une accélération  [+]

Vous disposez d'un véhicule personnel ? Oui, Madame. Au début, je répondais, très candide : Oui, j'ai mon vélo. Et là, les recruteurs se renfrognaient : " Ce n'est pas possible, il faut que vous puissiez vous déplacer en dehors de la ville. Transporter rapidement des choses. Ou encore quand je postulais simplement pour les gardes de sortie d'école : Non, vous devrez chercher les enfants.
Les enfants, ils ne peuvent pas marcher, prendre le vélo, le bus ? J'étais perplexe.
Avec les nanas, j'étais tout aussi piteux de franchise. T'as pas de voiture ? Elles étaient doucement étonnées, puis irrémédiablement déçues. Un mec sans caisse, trentaine passée, pas même Parisien : une mauvaise rencontre. T'as pas de voiture ? Si, bien sûr ! Mais elle est au garage.
Cela faisait deux semaines que je mentais autant qu'un concessionnaire : j'y avais remporté deux entretiens et une copine, Zoé, qui babillait, l'air chiffonné, l'œil mouillé, devant son apéritif " Je me suis retrouvée dans les embouteillages au péage de Saint-Arnould, j'ai attendu plus d'une heure ! Je comprends pas : c'était même pas l'heure de pointe ou les vacances, il y a peut-être eu un accident..."
J'ai dû m'excuser.
Mais,... a-t-elle bredouillé (étonnée, déçue ? Etais-je déjà devenu une mauvaise rencontre ?) Tu veux pas que je te raccompagnes ? Puisque ta voiture est au garage ?
Je ne monte plus dans aucune automobile. Une ambulance ou un camion de pompiers puis enfin le corbillard seront les seuls véhicules dans lesquels je serai désormais passager.
J'ai dû m'excuser : l'accident du péage de Saint Arnould, je l'ai trop bien connu.
C'était avant. Avant quand je marchais uniquement du parking à la cafétéria, quand j'entendais encore en m'endormant les alertes des radios des autoroutes, quand j'adorais rouler vite, rouler en camion, en décapotable, quand j'étais chauffeur chauffard, homme de moteurs, de kilomètres/heures ; homme assis.
Mon boulot : conduire ; mes loisirs : conduire.
Au péage de Saint Arnould, j'attendais entre une camionnette blanche, au conducteur nerveux, qui devait être en excès de vitesse constant, et une voiture familiale chargée du sol au toit d'enfants, de vêtements, de vélos.
J'avais vu tous les représentants de la petite faune forestière ou champêtre aplatis écrasés sur les routes ; j'avais vu des carambolages dus à des cascades dignes de films d'actions. J'attendais au péage de Saint Arnould.
Je vois déjà Zoé écarquiller ses yeux et imaginer la suite de l'histoire : des enfants sont morts, tu as provoqué un accident et une famille ne s'en ai jamais remise, n'est-ce pas ? Je vois déjà ses images mentales : les corps en lambeaux, les survivants éplorés au procès.
La douane volante, un poids lourd en panne, une voiture bloquée avant la barrière pour un problème de carte bleue. Il n'y avait que la climatisation qui ne fonctionnait plus ; j'ai ouvert la fenêtre de la voiture et tout s'est arrêté.
Malaise ou illumination ? Je suis sorti et j'ai laissé mon véhicule. Le seul accidenté fut moi-même. Un accident non corporel. La pollution dans les poumons pendant la journée de marche pour rejoindre Paris. Illumination. Comme ces anciens alcooliques qui deviennent évangélistes. Mais que suis-je devenu ? Un homme non véhiculé.
Je suis allé à mon entretien, un rendez-vous collectif où chacun doit se faire remarquer plus que le voisin. Il n'y avait personne. Les autres candidats ont téléphoné, un par un, pour dire qu'ils étaient coincés dans les embouteillages. La recruteuse et moi avons pris un café, elle semblait un peu triste. Nous avons discuté pendant une heure, de circulation, de code de la route, de gestion des gens énervés. Elle m’a offert l’emploi et m’a demandé de ne rien dire concernant l’absence des autres candidats ; j’ai opiné. C’est comme ça que je suis devenu administrateur de fourrière.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,