Tous les matins

il y a
2 min
175
lectures
28

Je suis une jeune fille passionnée de lectures et d'écritures. J'aime découvrir. Je ne sais pas trop qui je suis moi-même alors je vous laisse découvrir qui vous pensez que je suis à travers  [+]

Tous les matins je vais à l’école. Je joue, je souris, je rigole. J’ai des copains, enfin pas beaucoup, même pas du tout en fait. Les autres ne m’aiment pas. Pourquoi ? Je ne sais pas trop, vous savez je n’ai que 10 ans alors la vie on ne la comprend pas trop. Est-ce qu’on la comprend étant adulte ? Je ne sais pas non plus. Oui, je ne sais pas grand-chose, mais ce que je sais c’est que je travaille beaucoup pour réussir à l’école. Pour la maîtresse mais aussi pour rendre fière ma maman. Une maman on en a qu’une non ? Peut-être. Moi en tout cas je fais en sorte qu’elle soit toujours contente de moi. Je range tout le temps ma chambre et la maison, je mets la table, je fais le ménage et je fais même la cuisine. Une fois j’ai invité une copine à la maison et elle m’a dit le lendemain à l’école que sa maman disait que j’étais « autonome ». Peut-être. Elle n’est plus jamais revenue à la maison, ni revenue me parler. Donc je reviens à l’école. Dans la cours je suis alors souvent seule. Oui, la seule copine que j’ai reste avec des filles méchantes. Bon, je vous ai menti, apparemment c’est moi le problème, maîtresse dit « Tu es trop violente avec les autres ». Oui, je me suis bagarrée plusieurs fois et j’ai souvent été punie. Mais le mot « violent » pourrait être redéfini. La vie entière ne serait-elle pas violente ? Peut-être. Mes journées à l’école sont alors toutes les mêmes. Je ne parle à personne et personne ne me parle, mais c’est à cause de moi parce que c’est moi le problème. Mais ce n’est pas grave car je sais au moins que je ne peux pas être violente avec moi-même. Peut-être. Parfois j’ai quelques bleus, mais comme tout le monde, non ? Quand l’école est finie je rentre chez moi. A pied. Maman oublie à chaque rentrée de me payer l’abonnement du bus. Mais j’aime marcher. Prendre l’air, réfléchir. Calculer à combien de minutes et de secondes j’arriverai à la maison. Mon cœur bat de plus en plus vite et mon allure ralentie quand je sais que je suis bientôt arrivée à la maison. Quand j’arrive, maman est souvent en train de dormir. Je ne fais pas de bruits, pour ne pas la réveiller. Elle est belle ma maman, même quand elle est en colère je l’aime. Je fais toujours en sorte de ne pas l’énerver mais parfois je ne fais pas exprès je ne comprends pas, elle me crie dessus, je pleure... Mais je ne savais pas que ce soir-là serait la dernière fois que je pleurais, la dernière fois que je vivais.
28

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Nuit

Laurence Goergen

Les murs étaient encore chauds de l'après-midi. Elle s'installa sur le vieux canapé de la terrasse, comme tous les soirs d'été, pour profiter du calme du jardin avant d'aller retrouver sa chambre... [+]