2
min
Image de Démange

Démange

173 lectures

28

Tous les matins je vais à l’école. Je joue, je souris, je rigole. J’ai des copains, enfin pas beaucoup, même pas du tout en fait. Les autres ne m’aiment pas. Pourquoi ? Je ne sais pas trop, vous savez je n’ai que 10 ans alors la vie on ne la comprend pas trop. Est-ce qu’on la comprend étant adulte ? Je ne sais pas non plus. Oui, je ne sais pas grand-chose, mais ce que je sais c’est que je travaille beaucoup pour réussir à l’école. Pour la maîtresse mais aussi pour rendre fière ma maman. Une maman on en a qu’une non ? Peut-être. Moi en tout cas je fais en sorte qu’elle soit toujours contente de moi. Je range tout le temps ma chambre et la maison, je mets la table, je fais le ménage et je fais même la cuisine. Une fois j’ai invité une copine à la maison et elle m’a dit le lendemain à l’école que sa maman disait que j’étais « autonome ». Peut-être. Elle n’est plus jamais revenue à la maison, ni revenue me parler. Donc je reviens à l’école. Dans la cours je suis alors souvent seule. Oui, la seule copine que j’ai reste avec des filles méchantes. Bon, je vous ai menti, apparemment c’est moi le problème, maîtresse dit « Tu es trop violente avec les autres ». Oui, je me suis bagarrée plusieurs fois et j’ai souvent été punie. Mais le mot « violent » pourrait être redéfini. La vie entière ne serait-elle pas violente ? Peut-être. Mes journées à l’école sont alors toutes les mêmes. Je ne parle à personne et personne ne me parle, mais c’est à cause de moi parce que c’est moi le problème. Mais ce n’est pas grave car je sais au moins que je ne peux pas être violente avec moi-même. Peut-être. Parfois j’ai quelques bleus, mais comme tout le monde, non ? Quand l’école est finie je rentre chez moi. A pied. Maman oublie à chaque rentrée de me payer l’abonnement du bus. Mais j’aime marcher. Prendre l’air, réfléchir. Calculer à combien de minutes et de secondes j’arriverai à la maison. Mon cœur bat de plus en plus vite et mon allure ralentie quand je sais que je suis bientôt arrivée à la maison. Quand j’arrive, maman est souvent en train de dormir. Je ne fais pas de bruits, pour ne pas la réveiller. Elle est belle ma maman, même quand elle est en colère je l’aime. Je fais toujours en sorte de ne pas l’énerver mais parfois je ne fais pas exprès je ne comprends pas, elle me crie dessus, je pleure... Mais je ne savais pas que ce soir-là serait la dernière fois que je pleurais, la dernière fois que je vivais.
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Une ultime fois ... combien de petites filles vivent cette vie ? Combien ? Votre texte est sobre et veut tout dire ...
Image de Démange
Démange · il y a
Malheureusement trop... Merci beaucoup...
Image de Mimine
Mimine · il y a
Une lecture simple et agréable....
Image de Démange
Démange · il y a
Merci beaucoup Mimine !
Image de Yasmine Anonyme
Yasmine Anonyme · il y a
Vous écrivez avec beaucoup de fluidité et d'émotion. Quelle triste histoire comme je l'aime… Bonjour, une invitation à lire ma TTC en concour. Merci d'avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-inventions-naissent-mais-les-hommes-meurent-1
Merci d'avance, Yasmine 14ans

Image de Démange
Démange · il y a
Merci beaucoup Yasmine ! J'avais lu ta TTC et j'avais voté, j'irai faire un tour encore une fois
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quelle triste histoire :( mais j'aime beaucoup la façon de narrer! C'est un très beau texte!!
Image de Démange
Démange · il y a
Oui malheureusement.. Merci encore une fois MéliMélo!
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Une tranche de ( derniers instants de ) vie qui résonne d'autant plus profondément maintenant que l'on vient de retrouver les parents tortionnaires de la petite martyr de l'autoroute.
Image de Démange
Démange · il y a
Oui, quelle tristesse quand j'ai vu le corps de cette petite à la télévision, couverte de bleus et de mutilations.. Triste de voir que depuis des années et des années des enfants meurent sous les coups de leurs parents et que cela empire au fil du temps..
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Hélas...
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Je ne sais si ça vient des tripes mais on le croirait, et c'est ce qui compte. C'est beau, à vif et enrobé d'un espoir irrationnel parfaitement exprimé. Bravo ! Si vous avez six minutes et l'envie de remonter un peu le temps https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/woodstock-et-le-geant-vert Sinon, au plaisir ;-)
Image de Démange
Démange · il y a
Merci beaucoup Serge, votre commentaire me touche. J'irai volontiers faire un tour sur votre oeuvre
Image de T. Siram
T. Siram · il y a
L'enfance pas facile, être adulte non plus... la vie dans la société ! Vous avez interprété cela simplement mais efficacement !
Image de Démange
Démange · il y a
Oui je suis d'accord... Merci pour votre commentaire
Image de Michaël ARTVIC
Michaël ARTVIC · il y a
Que d'émotions..
Image de Démange
Démange · il y a
Merci Artvic
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
écrire des sentiments d'enfant est délicat, et vous le faites bien, avec des mots d'enfant, un regard d'enfant rivé à sa mère et en mal d'amitié... la chute à laquelle on ne s'attend pas, est brutale - et maîtrisée ; j'ai aimé
Image de Démange
Démange · il y a
Je réponds aux deux commentaires en même temps :) Je vous remercie beaucoup pour ce joli commentaire, je suis contente que cela vous ait plu
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
écrire comme un enfant, c'est délicat et vous le faites bien, avec des mots et des sentiments d'enfant; avec cette longue explication qui finit sur une chute brutale d'une phrase ! comme un couperet

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Longtemps, je me suis couché de bonne heure, toujours à contrecœur, en râlant, en pestant, en traînant les pieds. Le moment d’aller au lit était une souffrance, une parenthèse à la vie, une ...